Bibliographie critique sur les librairies féministes au Québec

Cette bibliographie tente de retracer tous les articles, documentaires, émissions, ouvrages, etc. traitant des librairies féministes au Québec (au-delà d’une simple énumération de titres de librairies). Lorsqu’il n’y a qu’une phrase, j’ai jugé bon de la retranscrire sur cette page, autrement, un renvoi est effectué.
Cette bibliographie se veut être la plus exhaustive possible. N’hésitez pas à m’écrire si vous en avez d’autres références!

1973 – juillet 2002: l’Androgyne (Montréal)
15 octobre 1975 – 1982: Librairie des femmes d’ici (Montréal)
2 novembre 1979 – 1980: L’Euguélionne (Laval)
1980 – 1983: Les Mutantes (Québec)
14 octobre 1983 – 1986: Aube-épine (Montréal)
1987 – 1991: L’Essentielle (Montréal)
1995 – 1997: L’Accroc (Québec)
15 décembre 2016 – présent:
Coop de solidarité, L’Euguélionne, librairie féministe (Montréal)

Sur les librairies féministes au Québec ou plusieurs librairies féministes au Québec:

BOISCLAIR, Isabelle. Ouvrir la voie/x; Le processus constitutif d’un sous-champ littéraire féministe au Québec (1960-1990), Longueuil, Université de Sherbrooke, novembre 1998, 570 pages. En ligne. [pp.267-273: Histoire des librairies féministes au Québec, le document le plus complet existant.]

CKUT. Émission du jeudi 17 mars, Émission «Le lendemain de la veille», 24 mars 2016. [Quelques segments entre 1:40:25 et 1:55:00]. En ligne. [Mentions de L’Euguélionne à Laval, de l’Euguélionne à Montréal et de l’Androgyne]

DELORME, Violette. « De l’ésotérisme à la bande dessinée, des librairies à la carte », La Presse (cahier Arts et spectacles), samedi 11 août 1990, p.2. En ligne.

ENRIGHT, Michael. « First new feminist bookstore in a generation opens in Montreal », CBC (The Sunday Edition), 12 mars 2017. En ligne.

LAZAR, Hélène. « Librairies de femmes; Deux de perdues, une de retrouvée », pp.48-49 dans La Vie en Rose, n°16, mars 1984 [Sur la fermeture de Les Mutantes et la Librairie des femmes d’ici et l’ouverture de l’Aube-Épine.]

L’Androgyne (Montréal)

Le travail bibliographie pour cette librairie reste à faire, elle est très référencées considérant sa longévité.

CHOUINARD, Tommy. « Le sort des librairies indépendantes: le dernier chapitre? » dans Voir, 7 août 2002. En ligne.

LAFONTAINE, Yves. « ANNONCE DE LA DISPARITION DE LA SEULE LIBRAIRIE GAIE ET LESBIENNE AU QUÉBEC; L’Androgyne ferme ses portes » dans Fugues, 25 juillet 2002. En ligne.

PRINCE, Jacques. « Acquisition, traitement et consultation des collections » dans Archigai n°21, 2011, p.5. En ligne.

Librairie des femmes d’ici (Montréal)

BEAULIEU, Germaine. « Des femmes prennent la parole. Une librairie » dans Perspectives, 21 février 1976, p.18.

BROSSARD, Nicole. « ça fait jaser » dans Sorcières n°14 (La Jasette), Stock, 64 pages.
« Octobre 1976 : nous sommes 60 femmes à La librairie des femmes d’ici. C’est une semaine de rencontre organisé par Claude, Thérèse et Lise. Des sujets de discussion ont été prévus pour chaque rencontre. » (p.24)

DUMONT-JOHNSON, Micheline, et TOUPIN, Louise (Éd.). La pensée féministe au Québec: anthologie, 1900-1985. Montréal, Les Éditions du remue-ménage, 2003, 750 pages.
illustration « Signet de la Librairie des femmes à Montréal. La Librairie des femmes d’ici ouvre ses portes en octobre 1975, et constitue un lieu de rencontre et d’information incontournable pour les féministes et les femmes en général. En 1978, la Librairie des femmes ajoute un café dans ses nouveaux locaux. Des tables rondes sur divers aspects de la situation des femmes y seront organisées. » (p. 494)
« En novembre 1976, lors de la semaine anniversaire de la Librairie des femmes d’ici, quelques femmes discutèrent entre elles de la nécessité d’un mouvement politique de pression de masse centré sur des actions plus que sur des revendications, et basé sur un féminisme radical et révolutionnaire […]» (p. 681)
Texte d’un discours (11 avril 1980) endossé entre-autres par La librairie des femmes d’ici (p.687)

JEAN, Michèle. « Luttes de femmes; Quelques notes sur le féminisme québécois (1969-1978)» dans Sorcières n°14 (La Jasette), Stock, 64 pages.
« En octobre 1975, au terme de l’année de la femme dont l’événement le plus important avait été au Québec, la rencontre en mai à l’Université Laval de 200 femmes venues de toute la province s’ouvre à Montréal la Librairie des femmes. Deux maisons d’éditions, les éditions de la Pleine Lune et les éditions Remue-Ménage sont fondées à la même époque. » (p.60)

LAFLÈCHE, Sylvie. « Librairie des femmes d’ici » dans La Berdache, « Dossier femme» n°28, mars 1982, p.25.

LES FILLES DE LA LIBRAIRIE. « Manifeste de l’urgence » dans Les têtes de pioche, vol. 2 n°2, avril 1977, p.8 (p.100 du recueil aux éditions du Remue-Ménage).

PELLETIER, Francine. « À la librairie des femmes d’ici; Les femmes et l’engagement: une semaine de délire » dans Les têtes de pioche, vol. 1 n°8, décembre 1976, p.7 (p.75 du recueil aux éditions du Remue-Ménage).

Brèves mentions dans Les têtes de pioche, vol.2 n°4, p.7 et p.8 (pp.115, 116 du recueil aux éditions du Remue-Ménage).

Petit publicité dans Les têtes de pioche, vol.2 n°5, p.8 (p.124 du recueil aux éditions du Remue-Ménage), vol. 2 n°8 pp.5-6 (p.145-146 du recueil aux éditions du Remue-Ménage).

 

L’Euguélionne (Laval)


« De choses et d’autres » dans La Presse (B4), lundi 10 décembre 1979. [image gauche]
« Quoi faire aujourd’hui » dans La Presse (B11), jeudi 17 janvier 1980. [image droite]

Les Mutantes (Québec)

À l’exception de certaines références notées dans la catégorie commune, je n’ai trouvé aucun article uniquement sur cette librairie.

Aube-épine (Montréal)

HAYSMANS, Martine. « Aube-épine; Librairie des femmes », p.68 dans Fédération du Québec pour le planning des naissances. Cahier Femmes et sexualité n°1, novembre 1985. [+ Infopub pleine page]

LAFORTUNE, Louise. «Colloque: Femmes et mathématique; organisé par MOIFEM», p.40 dans document inconnu, date inconnu. En ligne.
[Brève mention d’un kiosque de la librairie l’Aube-Épine tenu durant le colloque et aussi qualifié de «librairie des femmes de Montréal»]

L’Essentielle (Montréal)

GAUVIN, Lise. « Introduction » dans BOUCHER, Denise. Les fées ont soif, Montréal, L’Hexagone, 1989, 121 pages.
« Une librairie, l’Essentielle, a remplacé la librairie des femme d’ici. » (p.20)

HAROU, Lise. Notre Essentielle ferme dans Treize, Montréal Vol. 8, no 3 (septembre 1991), p. 14.

L’Accroc (Québec)

À l’exception de certaines références notées dans la catégorie commune, je n’ai trouvé aucun article uniquement sur cette librairie.

Coop de solidarité, L’Euguélionne, librairie féministe (Montréal)

J’effectue le travail bibliographique des articles sur l’Euguélionne, librairie féministe directement sur le site Internet de la librairie.
Les ouvrages qui mentionnent l’Euguélionne:
DOMINIQUE, Jan. J. « À la recherche d’Emma Santos » dans Agenda des femmes 2018, les éditions du remue-ménage, 2017.
GAGNON, Alain-G & David Sanschagrin. La politique québécoise et canadienne: acteurs, institutions, sociétés, Québec, Presses de l’Université du Québec (coll. Politeia), 2017. [dans chapitre 1. «Qu’est-ce qu’un mouvement social?»]
GARNEAU, Marie-Claude, Marie-Ève Milot & Marie-Claude St-Laurent, La coalition de la robe, les éditions du remue-ménage, 2017, p.115.
O’GREEN, Pattie, « Accoter les aurores » dans Faire partie du monde, les éditions du remue-ménage, 2017, p.161.