Mes coups de cœur lus en 2021

Un aperçu de mes livres préférés lus en 2021. Il ne s’agit pas uniquement d’ouvrages publiés cette année là (je mets toutefois la date de publication à droite du titre), mais des ouvrages que j’ai lu cette année là. Un lien vers la boutique en ligne de l’Euguélionne, librairie féministe est disponible pour les ouvrages (ou vers l’éditeur lorsque pas distribué). Les livres sont présentés par genre (Essais, Romans, Théâtre, Livres jeunesse, BDs et mangas), mais pas dans un ordre quelconque.

Essais

Times Square Red, Times Square Blue (1999) par Samuel R. Delany

Cet essai est brillant et vraiment fascinant à tellement d’égards que tout lister prendrait une éternité.

Dans la première partie, Delany nous propose une exploration du monde des cinémas porno et de leurs fréquentations par un très vaste pan de la communauté gai à l’époque. À travers le récit sur une trentaine d’années de ces cinémas, de la population qui les fréquente, des décisions de la ville qui décide de les fermer (gentrification), des conséquences que ça a sur les lieux et les fréquentations, l’essayiste brosse un portrait à la fois sociologique large sur la fréquentation et l’importance de ces lieux, mais il le fait aussi de manière très anecdotique et fascinante sur les rapports sexuels qu’il a eu, ou que d’autres ont eu dans ces cinémas. Il raconte aussi très bien les sphères de marginalisation qui évoluent dans ces lieux et l’importance qu’ils ont pour que ces personnes marginalisées trouvent un lieu « rassembleur », presqu’exempt de jugement, où ils peuvent permettre de se retrouver, de se parler et de s’exprimer librement.

Dans la deuxième partie de l’essai, on est plutôt dans la théorisation du relationnel. Delany parle de l’importance du contact et de comment la géographie et l’urbanisme est nécessaire pour multiplier ces instances. Il contraste (pas n’oppose) le « contact » avec le réseautage « networking » de la gentrification et parle de l’austérité de ce dernier mode de relationnel. J’ai trouvé la réflexion très intéressante et j’adore qu’il définit super bien ses termes et donne de multiples manières de jeter un coup d’oeil à ses théories pour bien les comprendre. Bien qu’il donne quelques anecdotes ça et là pour illustrer ses propos, on est beaucoup plus dans les théories sociologiques et architecturales que dans la description fluide, unique et intime de relations sexuelles de la première partie (bien que les exemples ne manque pas, mais il semble vraiment montrer comme exemple plutôt qu’être inscrit dans le fil narratif du premier texte).

Je n’ai que deux critiques de l’essai: une carte aurait vraiment été importante à ajouter, je ne connais pas New York, j’avoue être complètement largué lorsqu’il me parle de la quarante-deuxième avenue ou de l’emplacement de tel ou tel lieu. Une carte avec les éléments nommés dans le texte serait certainement le bienvenu. (J’ai cherché sur Internet un google maps où une personne aurait pu mettre les lieux cités, mais rien trouvé 😦 ). Deuxième critique: son analyse du harcèlement de rue comme frustration sexuel des hommes hétéros qui pourrait être, partiellement, réglé par l’équivalent de Love Hotel japonais (il imagine une structure qui ressemble beaucoup à celle-ci, il ne la mentionne toutefois jamais s’il les connait) ; c’est du harcèlement sexuel oui, mais ça na pas vraiment rapport avec le sexe, plutôt avec la violence, la haine, le pouvoir, le contrôle, etc. Oui, comme il le suggère, établir des relations sexuelles saines et multiplier les lieux et manières d’avoir des relations sexuelles peut certainement changer la façon dont est perçu le sexe et épanouir un peu tout le monde, mais ça n’arrêtera pas, même partiellement, le harcèlement sexuel.

Un des rares livres que je vais très probablement relire dans plusieurs années (je ne suis vraiment pas une personne qui relit).

L’Amazone verte (2021) par Élise Thiébaut

Une biographie impeccable sur cette météorite filante du féminisme qu’est Françoise d’Eaubonne.

L’ouvrage d’Élise Thiébaut a non seulement l’avantage d’avoir ce ton libre sur la biographie qui était aussi une marque des biographies d’Eaubonne, très libres, riches en dialogues qui n’ont jamais eu lieu, et qui arrivent à montrer l’impact stupéfiant qu’ont eu ces figures dans l’histoire, mais surtout à leur époque.

Je parle de météorite filante parce que d’Eaubonne est arrivée en force dans le paysage français, que ce soit avec la publication de textes très jeunes, l’engagement dans une forme de Résistance durant l’Occupation, le prix des lecteurs de Julliard, ou plus « simplement » sa personnalité qui résonne encore aujourd’hui de 1 001 manière.
Filante parce qu’aussi vite arrivée, elle semble être partie, laissant un riche souvenir d’elle (et une centaine d’ouvrages), mais peut-être un peu trop vite oubliée, avant sa mort même, malgré l’illumination et les vœux qu’elle a formulée pour la planète, les femmes, les gais, les Algériens et un peu tout le monde aussi.

Cette biographie est remarquable non seulement au travail de recherche déjà bien entamé par le mémoire de Caroline Goldblum et les quelques « révélations » qu’on y apprend, mais aussi par de très très nombreuses « clés » qui sont donnés à ses romans, associant parfois tel personnage à telle personne, beaucoup que je n’aurais clairement jamais découvert ou même envisagé. On passe aussi un peu de temps à parler de ses essais et romans, passage d’une durée variable parce qu’on pourrait évidemment y passer plusieurs volumes, mais tout aussi pertinent pour comprendre les pensées et idées de l’autrice au moment de la rédaction.

C’est définitivement un sacré travail, et de lectures (je rappelle, une centaine d’ouvrages sans compter les articles d’elles et sur elles, etc.), mais aussi de recherche, de parler avec les personnes qui l’ont connu (sa fille, son fils, Alain Lezongar, etc.) pour en réveler autant d’anecdotes de sa personnalité que de moments émouvants.

Élise raconte aussi très bien les fameuses scènes marquantes dans la vie d’Eaubonne que je ne me lasse jamais d’entendre et de lire: l’interruption d’un congrès de psychiatre anti-homosexuel en Italie, le commando saucisson, son sens de l’orientation typique qui l’amène toujours à une nouvelle aventure!!, mais elle est aussi très capable de raconter les épisodes beaucoup plus tristes voir des scènes qui nous déçoivent d’elle par moment avec les nuances nécessaires pour en parler (et ne pas simplement les rejeter sur « elle est de son temps »).

Une magnifique biographie absolument nécessaire (et TRÈS TRÈS attendue de mon côté!!!!!) et éclairante sur cette (à nouveau) fameuse créatrice des mots écoféministe et phallocrate.

Suzanne Césaire : archéologie littéraire et artistique d’une mémoire empêchée (2020) par Anny Dominique Curtius

C’est un très beau (au sens littéraire, mais aussi de l’impression de lecture) et excellent essai sur la figure de Suzanne Césaire qui se penche non seulement sur ses écrits pour en tirer des constatations, des théories, des angles d’analyse, mais qui fait le travail d’archéologie et non de biographie, de la théoricienne martiniquaise.

Le mot d’archéologie littéraire du titre est choisi à escient puisqu’on a malheureusement pas tant de documents pour en tracer une biographie, mais plutôt des témoignages oraux, des correspondances, des écrits d’elles et qui seront faits sur elle qui non seulement amène parfois plus de questions que de réponses, mais peuvent aussi s’avérer incomplet, construit, détourné ou qui se concentre sur l’exotisation de l’écrivaine. Il faut donc, à partir de tout ça, le montrer au lectorat, expliquer son raisonnement et ultimement, laisser le travail se poursuivre (d’où l’archéologie). Une mémoire empêchée parce que, notamment Aimé Césaire, refusait d’en parler que ce soit des questions de deuil douloureux et/ou d’autres facteurs, restent qu’une des personnes avec qui elle a le plus travaillé et partagé sa vie n’a presque rien dit sur elle après sa mort et les quelques traces dans ses écrits sont camouflés, doivent être interprétés, devinés, etc. Ce qui est aussi le cas de d’autres écrits, correspondances sur lequel l’essai s’attarde.

Je parle beaucoup du projet d’écriture de l’archéologie littéraire ici parce que c’est non seulement un ambitieux projet qui a certainement dû demander un travail vraiment considérable, mais aussi parce que cet essai montre beaucoup comment Suzanne Césaire est montré à travers d’autres regards qu’elle-même (ses essais dans la revue Tropiques concernait presque tous un auteur en particulier) et Anny-Dominique Curtius réussi le pari d’en faire ressortir une Suzanne Césaire dans ses propres termes, à partir notamment des nuances que ses filles apportent dans leur description de leur mère (qui semble reprendre des schèmes de descriptions surréalistes et doudouistes, mais qui vont beaucoup plus loin), mais aussi des écrits et de la correspondance de Suzanne. Bref, ce n’est plus juste une biographie à travers le regard d’un personne (exotisant ou non), mais de plusieurs personnes, plusieurs témoignages qui permettent de laisser filtrer quelque chose qui dépasse le simple regard extérieur sur Césaire.
En ce sens, la couverture du livre, une lithographie de Gilles Roussi qui est aussi analysée dans l’essai, est fantastiquement choisi puisque la photo représente une jeune Suzanne Césaire, 1000 fois reprises (dans Tropiques, dans des articles, etc.), mais le code qui est superposé (et censé reprendre en ASCII un extrait de Le grand camouflage : Ecrits de dissidence) permet de réécrire et questionner le regard qu’on porte sur la photo en mettant en avant plan ses écrits et sa personne plutôt que de l’effacer derrière ce regard sur l’autre.

Sinon, l’analyse est très fine, je suis content·, très personnellement, d’avoir eu ma propre lecture de Le grand camouflage de plutôt validé à plusieurs égards notamment en ce qui à trait à l’idée d’homme-plante (ça signifie que je sais encore lire 🙂 ) et de pouvoir explorer un peu plus en profondeur les idées de l’autrice tout en explorant les questions d’influences qu’elle a eu et créé à l’international.

Femmes et littérature. Une histoire culturelle, tome 2 (2020, Collectif)

Une parfaite continuité du premier tome Femmes et littérature. Une histoire culturelle, tome 1 qui donne tout autant envie d’en lire davantage!!!

Je suis quand même un peu surpris par la brièveté des littératures francophones (hors France), notamment en ce qui à trait au Québec, j’avoue avoir été vraiment déçu à ce niveau là (mon cours de littérature de la francophonie ou mes propres lectures me semblaient beaucoup plus riche à ce niveau et il ne s’intéressait pas qu’aux écrivaines), d’immenses noms même pas évoqués (Bersianik? Laure Conan?), ça aurait probablement mérité beaucoup plus d’un chapitre ; peut-être un pour chaque continent avec des pays francophones même (et même pas une seule écrivaine des premières nations alors qu’il semble y avoir un souci pour la « diversité » au Québec en nommant Kim Thuy, Ying Chen, Robin, Farhoud, Agnant, etc. ).

Tout de même nécessaire malgré ce bémol. Peut-être ajouter Femme et littérature ; Une histoire culturelle française pour justifier un peu mieux le tout?

Chauvo-Feminism: On Sex, Power and #MeToo (2021) par Sam Mills

Un vraiment fantastique essai qui s’attarde à la figure du féministe chauviniste ou en d’autres mots, cet allié qui ne donne que son support pour en tirer bénéfice avec une analyse structurelle des enjeux, de nombreux témoignages appuyées aussi par la vie de son autrice, avec des exemples ET des contre-exemples intéressants (ainsi que des explorations, bien que brèves, concernant les prétendus flous des agressions sexuelles).

Un des essais qui peut définitivement éclairé immensément sur le faux allié, les techniques de manipulations et de gaslighting (je recommande vraiment la qualité de l’analyse sur le gaslighting, c’est une des immenses force du livre), ainsi qu’une réflexion plus large sur la culture, avant, pendant et après #metoo, les attitudes qui changent, les excuses (sincères ou non) qui sortent, les conséquences qui surviennent (ou non), etc. Il y a aussi de larges réflexions, un peu foucaldiennes ;), sur les dynamiques de pouvoir sociales (à l’université, au travail, etc.). S’il y a des gens qui posent tout le temps la question: « oui, mais les hommes aussi » ou « oui, mais les femmes aussi », Sam Mills discute aussi de ces questions-là en leurs propres termes (tout en l’inscrivant dans une plus large discussion sur le patriarcat).

Autant un essai fort de par sa qualité argumentative, de son utilité comme bonnes sources d’exemples et d’arguments, mais, sans révolutionner le monde, réussit à innover dans le bon sens, réfléchir avec beaucoup d’acuité sur une actualité très proche, très présente et sur un monde et des attitude en changement. Sa force de pouvoir parler librement d’exemples concrets, d’expériences personnelles, tout en l’ancrant librement dans la théorie féministe large en fait un ouvrage accessible et pertinent à tous les niveaux de lecture et de parcours féministes.

La question de l’allié (ou du prétendu) n’est pas souvent posé je pense, mais ici, il est bien exploré, nuancé et contribue définitivement à une discussion qui mérite de se poursuivre. Une belle découverte!

Literary Afrofuturism in the Twenty-First Century (2020, Collectif)

Un recueil d’articles sur l’afrofuturisme et la black speculation littéraire de très grande qualité.

Après l’introduction, nous lisons immédiatement après la transcription d’une table ronde de plusieurs auteur·es de science-fiction réunissant Bill Campbell, Minister Faust, Nalo Hopkinson, N.K. Jemisin, Chinelo Onwualu, Nisi Shawl et Nick Wood, on a déjà un aperçu très intéressant de la définition de l’afrofuturisme, mais aussi de ses limites (les auteur·es ne s’en réclament déjà pas ou plus, le trouve limitant, comprenne sa pertinence et en propose des analyses). C’est l’essai qui m’a définitivement fait passer de parler d’afrofuturisme à parler d’afrofuturisme, d’africanfuturism et de black speculation pour englober un plus large spectre de littérature et des liens thématique, commémoratif, esthétique qui sont entretenus entre les auteur·es de science-fiction noir·es à travers le prisme de leurs expériences et du questionnement de la « race » dans leurs écrits. Il s’agit du seul texte du genre (réunissant autant de point de vue différent), mais il est définitivement très marquant et informera la lecture (et l’écriture parfois) des articles du recueil qui vont suivre.

Les autres articles sont aussi variés dans les thèmes abordés que dans d’autres anthologies d’articles, ils se content toutefois souvent à un seul livre/nouvelle, dépassant rarement un corpus de trois ou quatre textes différents pour leur analyse. Les motifs d’analyse sont excessivement variés: de la décolonisation au racisme écologique en passant par la géologie, les dynamiques de pouvoir, l’esthétique et le style, la sociologie ou encore la présence thématique de tel ou tel sujet. Beaucoup des articles étaient très intéressants à lire (beaucoup plus que j’en ai l’habitude avec ce genre d’anthologie très divers) même si on n’avait pas lu les textes analysés à la base. Comme d’habitude, je n’ai pas pu m’empêcher de prendre quelques notes de titres pour poursuivre ma lecture.

Bent Out of Shape: Shame, Solidarity, and Women’s Bodies Work (2021) par Karen Messing

J’avais adoré Les souffrances invisibles : pour une science du travail à l’écoute des gens qui m’avait fait réfléchir à plusieurs aspects de l’ergonomie un peu après la fondation de la librairie et qui m’avait convaincu· d’adresser quelques problèmes (et de continuer à avoir un regard critique à certains égards). J’ai été vraiment ravi· quand j’ai après que Karen Messing sortait un nouvel essai qui revisitait l’ensemble de ses travaux (un peu comme le dernier ouvrage) et encore plus ravi quand j’ai réalisé que l’angle du genre (déjà très abordé dans le précédent essai), aller être encore plus observé dans cet ouvrage.

Cet ouvrage est quand même assez similaire au précédent, Messing parle de plusieurs travaux d’observation qu’elle a effectué, de ses équipes de travail, des changements qui sont proposés (trop souvent refusés par les gestionnaires), mais aussi, et ça, je ne m’y attendais pas, des erreurs qui ont été commises ou des assomptions qui ont été faites dans son travail.

On passe beaucoup de temps à réfléchir à la question du genre, des avantages, mais aussi des limites que les observations réparties en fonction du genre des personnes peut poser, des organisations du travail genré, des conséquences que celles-ci peuvent avoir. Il y a de longs et intéressants développement sur les sous-entendus du travail dit léger, dit propre aux femmes.

Il y a aussi une bonne partie sur l’absence de comptabilisation des accidents de travail, des blessures, des maladies à long terme associées au travail des femmes autant sur le manque de suivi sur le long terme des conséquences de ces travaux au détriment des accidents plus facilement observables et comptabilisable comme conséquence du travail associé aux hommes [une longue argumentation qui ne semble pas avoir connaître l’argumentation masculiniste sur le danger du travail des hommes contrairement à celui, mais qui y répond parfaitement en explicitant comment ces observations sont erronées et ignorent les dangers du travail des femmes qui est non seulement invisibilisé, mais non comptabilisé et pris en compte dans les calculs des accidents de travail].

J’ai particulièrement adoré les passages sur les centres de femmes qu’elle est allée observer avec une équipe et de la complexité de la mise en application de certains mesures même si toutes les employées, gestionnaires, C.A., etc. étaient très très enthousiastes à mettre en place les suggestions des rapports. Il y a aussi un (petit) passage intéressant sur le stress du travail collectif par rapport aux structures plus verticales.

Je suis juste un peu déçu de son argumentation au début dans l’introduction sur l’absence d’inclusion des personnes trans dans son travail: pour une personne qui parlait de souffrances invisibles dans son précédent essai, explicité que les personnes trans sont invisibles donc elle n’en parlera pas semble manquer sa cible. Son travail est toujours très honnête et pour l’avoir croisée une ou deux fois, je ne doute pas de sa bonne foi, mais elle aurait pu tout simplement mentionné qu’elle ne l’a pas pris en compte et de réfléchir à comment ça pourrait être pensé à l’avenir: c’est ce qu’elle fait à plusieurs reprises sur différents enjeux dans l’essai! Elle explicite son ignorance initiale et mentionne comment elle a pu trouver les ressources et les personnes nécessaires pour enrichir ses recherches, que le travail d’équipe et d’écoute est primordial à ses recherches, cet enjeu n’aurait pas tant été différent.

Je pense toutefois que Messing est excessivement brave, parce qu’autant qu’elle parle de ses travaux, elle souligne l’importance du travail et de la coopération des autres, mais aussi ses angles morts et les erreurs de parcours (et des conséquences de ceux-ci, mais aussi de ses bienfaits ultimement) ce qui rend cet essai très riche en apprentissage. Il y a d’intéressants développements sur le sexisme en milieu de travail et universitaire (autant celui qu’elle observait que celui qu’elle a subit), un peu de théorie féministe ça et là et de nombreuses et intéressantes réflexions sur la livraison de rapport à des gens qui n’auront pas envie d’implanter les suggestions ou qui y sont idéologiquement opposés.

Cet essai devrait autant être lu par des personnes en démarrage d’entreprise, que des gestionnaires, des féministes, des gens dans les syndicats, des universitaires, et tellement d’autres personnes. Un excellent essai qui continue de me faire réfléchir.
Il y a vraiment beaucoup, beaucoup de stock dans cet ouvrage donc je peine à vraiment couvrir tout ce qu’il aborde, mais il est vraiment très riche et couvre un large éventail de sujets qui va au-delà de la biologie, de l’ergonomie, de l’essai féministe et des conditions de travail.

I Hope We Choose Love: A Trans Girl’s Notes from the End of the World (2019) par Kai Cheng Thom

Un essai/mémoire réflexion sur l’espoir, le monde actuel, les mouvements de justices sociales, les communautés LGBPT2QIA et tellement d’autres sujets abordés de manière vraiment incroyable, touchant et de plein de bonté dans la critique.

J’ai rarement lu un essai dans cette forme, avec des courts poèmes qui accompagnent merveilleusement bien l’essai précédent. La réflexion est juste, touche au cœur de problème que je constate et peine parfois à mettre des mots dessus et pointe vraiment dans des bonnes directions.

On se situe définitivement à la suite de l’ouvrage de Sarah Schulman Conflict is Not Abuse: Overstating Harm, Community Responsibility, and the Duty of Repair à beaucoup d’égards, mais Kai Cheng Thom arrive à avoir un portrait d’ensemble que je crois beaucoup plus réaliste et qui est capable de comprendre un peu mieux d’où viennent ces perpétuations de violence (de son métier, mais aussi de sa propre expérience) et propose plutôt de repenser les mécanismes qui crée cette violence que les personnes qui en sont victimes.

Je ne pensais pas aimer un essai à ce point là pour être honnête, beaucoup beaucoup d’idées de réflexions qui vont continuer à tourner dans ma tête. Il y a trop de chose à dire je pense pour tout aborder ici.

The Heart of a Woman: The Life and Music of Florence B. Price (2020) par Rae Linda Brown

Une fantastique biographie sur Florence Beatrice Price par Rae Linda Brown qui aura consacrée une partie de sa vie à explorer cette compositrice, trouver les partitions à droite et à gauche, trouver une correspondance d’une personne qui aura laissé quand même assez peu de trace au final malgré son importance majeure dans l’histoire étatsunienne (il s’agit de la première compositrice classique afro-américaine « de renom » dans l’histoire).

La biographie compense pour les périodes moins connues dans la vie de Price par des explorations des figures qui l’entourent, mais aussi des analyses musicales (qui demande quand même de bonnes connaissances musicales pour comprendre, mais elles ne sont jamais très longues donc peuvent être sautées au besoin) et des observations des sociétés et mouvements importants à l’époque.

Cette biographie met de l’avant la participation de la vie de Price dans la culture afro-américaine, comment elle s’en est inspirée, mais aussi comment la compositrice elle-même a participé à créer une partie de cette culture. Les questions de métissage, de « passing » sont aussi abordées, impossible de les contourner, et on explore bien comment Price a pu se sentir face à ces enjeux.

J’apprécie beaucoup l’inclusion de partie de partitions et l’analyse qui en est faite (même si je n’ai pas la culture musicale suffisante pour tout comprendre), et de comment ces compositions s’inscrivent dans une continuité de la musique afro-américaine, cela permet vraiment de faire ressortir des éléments importants de l’inscription des américain·es noir·es dans la musique classique sans plaquer un héritage sur un autre, mais comment les deux s’informent et s’harmonisent dans les compositions de Price.

Je pense que toutes les personnes adorant la musique classique devraient connaître Price, à défaut de lire cette biographique, au moins écouter ses deux symphonies et quelques une de ses pièces. L’héritage de cette compositrice est brillamment mis de l’avant par Rae Linda Brown et on ne peut qu’apprécier l’immense travail de plusieurs décennies qui a été mis dans la rédaction de cette biographique.

AfroTrans (2021, Collectif)

Une super anthologie mélangeant fiction, poésie, témoignages, entrevue et théorie d’auteur·es afrotrans (comme l’indique son titre 😉 ) et couvre un vaste ensemble de pratique, personnalité, pays (bien qu’illes ont tou·tes en commun la France à un moment ou à un autre), sujets, etc.

Je suis évidemment, personnellement, beaucoup plus intéressé par la partie théorie et entrevue de l’anthologie que le reste (bien qu’il y a deux, trois fictions plutôt intéressantes à mon avis) et l’ampleur de ce qui est traité est tellement vase que j’avais commencé une liste que j’ai dû réduire considérablement tellement elle était longue. Je peux toutefois mentionner qu’on traite autant de l’histoire coloniale comme frein aux expressions de genre, du passing, des limites de l’expérientiel en ce sens qu’il permet l’individualité, mais pas le rassemblement, la transphobie en France, la transmisogynoire, l’immense fossé de différence entre la transition FtM entre les hommes blancs et les hommes noirs, l’épilation et son histoire vis à vis des corps noirs, la performance et la musique, les ballroom en France, la création d’espace trans, etc. etc. etc.

Pour un premier ouvrage par les éditions Cases Rebelles (dont je suis le blog depuis plusieurs années maintenant), c’est vraiment un recueil impeccable, le travail d’édition est top et les sujets sont traités avec un grand brio ; il n’y a pas de contribution qui se démarque moins ou plus des autres (ce que je trouve très très rare) car la qualité est toujours au rendez-vous et on sent définitivement le soin mis et aux entrevues, et aux textes proposés. Cette anthologie réussit un pari d’être une forme célébration afrotrans malgré les problèmes, difficultés et discriminations qui sont évoquées tout au long de l’ouvrage (en ce sens, ça réussit littérairement ce que Blxck Cxsper propose musicalement).

J’ai déjà très hâte de lire les autres ouvrages de la collection!

Annulé(e) : Réflexions sur la cancel culture (2021) par Judith Lussier

Un super essai qui s’attarde à remettre en contexte pas mal tous les cas d’ « annulation » qui se sont déroulés au Québec dans les dernières années (et quelques cas états-uniens, français et un belge), à présenter qui sont les protagonistes de ces événements et qui décrivent ces soi-disant annulation. On passe aussi du temps à montrer les conséquences à long terme de ces « annulations » (souvent, il n’y en a pas ou sur de la très courte durée), mais aussi sur les personnes qui ont émis la critique en premier lieu (et souvent pas demandé d’ « annuler » l’objet de la critique).

On insiste aussi bien sur le fait que l’action de critiquer est souvent retournée comme une accusation de censure par certains acteurs ce qui a ultimement but de censurer une parole critique.

L’ouvrage a le mérite supplémentaire de présenter comment la censure émanent de la droite et du gouvernement (que ce soit autour de Daniel Marc Weinstock, le retrait d’un capsule sur le racisme systémique, le harcèlement de personnalité, etc.) n’est jamais présenté comme étant de la « cancel culture », et est même normalisé ce qui débalance l’idée que ce serait les « woke » qui censurent et non pas une plus large « droite ».

J’apprécie aussi que Lussier s’attarde sur les annulations intra-communautaires et des conséquences qu’elles ont, qui est réellement le plus susceptible d’avoir des répercussions dramatiques.

Il ne s’agit pas d’un ouvrage scientifique, mais bien d’un ouvrage du vulgarisation et de démystification donc la bibliographie est très réduite (et pas listée en fin d’ouvrage sinon qu’en l’appareil de note donc pas organisé) et consistent souvent en des articles de presse et émissions radiophoniques ou télévisuelles. On vulgarise et fait l’histoire de la cancel culture au Québec donc ce n’est pas surprenant, mais on pourrait être déçu de l’absence de réflexion philosophiques plus profondes (bien que ces discussions ne manquent pas).

Il y a un bon portrait des acteurs sur la scène québécoise et qui joue quel rôle dans cette médiatisation de la cancel culture et on glisse quand même des bonnes critiques des enjeux de pouvoir (très foucaldien) qui se joue au Québec et qui se sert du pouvoir pour vraiment nuire à un autre groupe et de quel manière. Il y a aussi de nombreux paragraphes sur comment la structure des réseaux sociaux contribuent à amplifier, à escient, les problèmes avec de nombreux exemples à l’appui.

C’est aussi un excellent guide d’autodéfense intellectuel qui identifie des enjeux, des structures, de manière de procéder pour les éclaire et les démonter. Il y aussi de bons passages sur la capacité d’empathie et ses limites infortunes (souvent pour les gens qui nous ressemblent le plus).

Je crois que l’ouvrage est assez « neutre » (à escient, il faut lire l’intéressant passage sur la (non-)utilisation du terme de patriarcat par Judith Lussier) pour le donner à un large éventail de personnes sur le spectre politique et ça ne convient pas qu’à la « gauche » comme lecture, c’est vraiment aussi destinée aux gens qui sont plus « conservateurs ».

« […] assoyez-vous trois heures avec n’importe quelle personne qui a été bannie de l’espace public et votre perspective sera irrémédiablement transformée. Même chose si vous prenez le temps d’écouter une victime. Tout le monde gagnerait probablement à tendre davantage l’oreille aux personnes incarnant une posture qui entre en conflit avec ses convictions et autres a priori » (p.212)
Malgré ce que cette citation qui pourrait nous faire penser le contraire, l’essai montre bien qu’il ne s’agit pas d’un « les torts sont des deux côtés », mais qu’il est nécessaire toutefois qu’on tende l’oreille aux personnes qui tentent de s’exprimer et qu’on rejette trop rapidement la critique au risque de la faire taire dans l’espace public.

Bref, je n’ai que des bons commentaires sur cet essai, j’en aurais pris personnellement un peu plus au niveau théorique, mais encore une fois, ce n’est pas l’objectif de cet ouvrage d’en faire une théorisation scientifique ou philosophique.

Octavia E. Butler (2016) par Gerry Canavan

Un fantastique essai sur l’oeuvre et la vie d’Octavia Estelle Butler présenté de manière chronologique de sa jeunesse à sa mort.

L’essai est extrêmement riche en terme biographique et d’analyses générale de l’oeuvre et on a aussi un bel aperçu des très très très nombreux brouillons (les survols de ses brouillons sont des parties super intéressantes de l’essai!!) et ré-écriture que Butler a écrit et ré-écrit au long de sa vie avant de publier les romans. Ça nous informe aussi sur certains livres qui n’ont jamais été finis (Parable of the Trickster) et leur contenu ainsi que l’idée générale de l’oeuvre de Butler, ses séries, ses directions, ses incertitudes, ses regrets.

Au niveau biographique, on s’intéresse un peu à la psychologie de Butler, notamment à travers certains passages de ses journaux intimes ou entrevues lorsqu’un événement marquant traverse sa vie (bourse d’écriture, mort de sa mère, sa décision d’aller à l’écriture, etc.) et ça nous informe sur une personne plutôt introvertie, très très exigeante envers son écriture et qui aimait les comics et Star Trek 🙂

Une très belle entrée dans son oeuvre, ça donne le goût de la lire encore plus!

Jacques Offenbach ou Le secret du Second Empire (1937) par Siegfried Kracauer

Un fantastique essai où Kracauer trace l’émergence de la figure de Jacques Offenbach comme le fruit de l’émergence et de la fin du Second Empire en liant les événements politiques de la France avec les répercussions sur la vie et l’entourage du compositeur.

On unie à la fois un portrait historique de la politique française, l’émergence de nouveaux théâtres, de l’opérette, des hauts et des bas de la bourgeoisie, de l’empereur et des impacts matériels, artistiques, etc. sur la vie des Français (et surtout des Parisiens). On parle de l’émergence d’une presse à petit frais contre un coût d’annonces plus élevés qui permet une plus grande diffusion des journaux, et l’impact (ou non) de la critique sur la réception des opérettes, des querelles culturelles et politiques entre l’Allemagne et la France (et entre Wagner et Offenbach), de questions d’immigration, de public, de dettes et de vedettes, en même temps qu’on suit la vie de Jacques Offenbach, d’un jeune prodige qui peine à obtenir rémunération à la « superstar » qu’il deviendra et qui marquera l’histoire de la France (les dernières pages arrivent à bien démontrer cet impact du compositeur).

Je dois avouer que la lecture était très agréable, on n’avait pas l’impression de lire un livre d’histoire ou une biographie, mais presqu’un récit (par moment, on aurait dit Les Misérables avec ces allers-retours entre l’histoire plus large, les considérations sociales, puis le retour à la narration autour d’Offenbach). Certains moments semblent être tirés d’un roman tellement ils sont incroyables (notamment lorsqu’Offenbach retrouve un compositeur déchu d’une mélodie qui l’a accompagné toute sa vie).

Kracauer se défend de faire dans le biographique ou l’analyse littéraire et musicale, mais on a tout de même droit à une mise en contexte de l’hypertexte et la réception des opérettes d’Offenbach, dans quel contexte elles émergent, à quoi elles font référence (pas toujours), à leur fonction, mais surtout à leur accueil par le public, les journaux, les personnes influentes et l’héritage que ces pièces auront dans les années à suivre. L’essayiste s’attarde aussi beaucoup aux conditions matérielles des théâtres et du compositeur, qui informe la production des pièces et leur re-travail ou retard parfois et des conséquences que celle-ci auront sur les productions suivantes.

J’ai toujours beaucoup aimé la musique d’Offenbach et j’ai eu un véritable plaisir à découvrir un peu plus ce monde musical, à mettre en contexte cette production et me donne vraiment envie de voir toutes celles que je n’ai pas encore écoutée et c’est toujours un plaisir de finir un livre et d’avoir envie d’en lire/écouter davantage pas par manque de détails dans l’essai, mais pour approfondir l’appréciation de l’oeuvre d’Offenbach.

Ecofeminist Literary Criticism: Theory, Interpretation, Pedagogy (1998, Collectif)

Une anthologie de textes assez courts sur l’écoféminisme à travers la théorie et l’interprétation littéraire (et vice-versa 😉 ). Un portrait assez large de couverture quand même, on parle autant d’essais (dont celui de Françoise d’Eaubonne) que de poésie ou de romans (Ana Castillo, Christa Wolf, Octavia E. Butler, Ursula Le Guin, etc.) de différentes traditions littéraires et pays. Ma seule grande déception est vraiment la brièveté de certains des textes qui auraient bien mérité un peu plus de place.
Je ne suis pas encore trop sûr quoi penser des deux derniers textes sur l’enseignement de l’écoféminisme non plus.

J’aurais définitivement bien aimé pouvoir le lire avant la fin de la rédaction de mon mémoire, ça n’aurait probablement pas changé la théorie, mais m’aurait probablement conforté à certains égards dans mes analyses littéraires (et la piste de l’alimentation en est une intéressante que je n’avais pas exploré). J’aurais aussi probablement lu Buffalo Gals, Won’t You Come Out Tonight de Le Guin qui a l’air vraiment intéressant! mais je l’ajoute à ma liste de livres à lire à l’instant.

Fictions et romans

L’Atelier de Marie-Claire (1920) par Marguerite Audoux

Ce livre est un chef d’oeuvre, tout simplement.

J’ai pleuré 2 fois lors de la lecture et j’ai bien manqué de le faire deux fois plus souvent. Tous les éléments stylistiques du premier livre, Marie-Claire, que j’avais apprécié s’y retrouvent à nouveau: cet espèce de regard permanent sur le monde qui semble bercer et n’y toucher qu’à peine comme pour ne pas le perturber, ces observations impeccables sur les comportements, situations, etc. des différentes personnes qu’elle côtoie. Ici, on sent une véritable bonté dans les descriptions, qui même lorsqu’elle souligne des défauts, il y a toujours une cause, une possibilité d’y échapper, ce n’est pas si terrible au fond, etc. (sauf les descriptions physiques qui sont parfois un peu violente).

Grosso, l’histoire tourne autour de son arrivée dans un atelier de couture et des divers personnes qui y travaillent donc ses collègues de travail, les propriétaires et certaines clientes en plus des connaissances proches de tout ce monde là. Au fur et à mesure, certaines personnes partent, meurent, d’autres arrivent, les dynamiques changent un peu et on est jamais en manque de nouveauté.

On sent vraiment la personnalité de chaque personne complètement émerger et il y a là une véritable richesse de l’exploration des fonds intérieurs des gens et de leur potentiel. Pas un personnage n’est pas clairement décrit, dont on n’entend pas la voix dans notre tête, dont on s’imagine bien la vie. Ces impressions émergent notamment des descriptions et dialogues de ses collègues de l’atelier de couture, mais aussi des moments rares de partage de récit de vie qui sont comme une pierre qui vient s’ajouter au collier descriptif.

Elle raconte avec un style absolument maîtrisé des récits aussi tragiques que la maladie, mort, le deuil, le viol, les accidents, la déchéance, la pauvreté, la tragédie, etc. Encore mieux, elle décrit comme les personnes de l’atelier aide les autres à travers leurs épreuves, ce réseau de solidarité suite au deuil, à la mort, ces échanges et dévouement que tous mettent pour rester ensemble, aider la propriétaire à garder sa boutique, comment l’atelier évolue et change au courant des années.

On sent aussi son impuissance dans tellement de situation, notamment ses fiançailles annoncées et arrangées avec un homme qu’elle n’aime visiblement pas, mais qu’elle accepte de fréquenter par pression de son entourage. Probablement la seule personne vraiment antagoniste du récit, même à travers un récit plutôt « neutre », ses actions montre un homme avare, arrogant et complètement entitled aux possessions de sa tante qui se dévoue immensément pour lui quitte à s’en ruiner et perdre des objets qui lui sont cher. La description des rencontres dans la rue avec une personne noire et dont ses compagnons de marche font toujours preuves de racisme complètement disproportionnés envers un simple passant est aussi assez parlant de comment elle arrive à montrer comment les gens peuvent paraître gentils, mais sont réellement odieux envers tout ce qui ne leur ressemble pas. Bien qu’elle ne change pas le comportement de ses partenaires de marche, on sent bien la morale anti-discrimination (qui est bien tournée) lorsque la personne noire vient lui faire une sorte de remontrance pour lui dire qu’il est comme elle.
[Une note cependant au niveau du lexique employé: l’éditeur aurait définitivement pu moderniser le vocabulaire, c’est une collection destiné à la jeunesse et ça commence à faire beaucoup de racisme qui passe subtilement dans cette collection sans l’adresser à aucun moment ni faire des efforts de l’éviter, à ce niveau, la collection Les plumées n’évolue pas du tout et je continue dans mes reproches d’une très mauvaise édition/préfaçage des textes pour une collection qui veut se démarquer ; surtout pour Talents hauts qui est d’habitude très sensible à ce niveau]

Je pense qu’on ne ressort pas indemne d’une telle lecture, d’un très grand style et d’une immense sensibilité. Marguerite Audoux sait non seulement observer, noter, avoir une immense attention à son entourage et sait le transcrire à l’écrit et à y amener une kyrielle de subtilité et un bel élan narratif où on ne s’ennuit jamais. J’adore l’ajout de retranscriptions de chansons dans le livre, qui non seulement montre très bien l’égaiement ou la tristesse des personnages, mais ajoute définitivement un niveau de lecture supplémentaire et une sorte de mémoire de ces chants là. À ne pas manquer.

Clélie, histoire romaine (1655) par Madeleine de Scudéry

Je me suis procuré ce roman suite à la lecture de l’essai Femmes et littérature. Une histoire culturelle, tome 1 qui parlait longuement de ce roman, de son autrice et de la réception du livre dans la société française. Ma lecture date quelque peu, mais j’avoue avoir été très agréablement surpris du contenu et de devoir décrocher à grand regret lorsque j’arrivais à ma station de métro.

L’autrice compose un roman à clef sur fond de drame historique romain, sur fond de dialogue philosophique notamment sur l’amour, la gloire, l’amitié, les hommes et les femmes et bien davantage tout en gardant des enjeux de narration qui accroche son lectorat: conquête, prisonnier de guerre, mariage arrangé, dilemmes amoureux, drames, etc. Je regrette immensément qu’il s’agit d’une édition qui choisie des parties de textes (très très très très long) de l’histoire plutôt que le récit complet parce que j’aurais bien lu ces récits de guerres, de batailles et de pirates (apparemment!!!) qui était résumé en deux, trois paragraphes entre les récits qui étaient conservés.

Honnêtement, sans être moralisateur, je trouvais que ce livre permettait un apprentissage intéressant de différents points de vue sur les qualités des gens, les perceptions des un·es et des autres et que le roman qui permet de faire valoir le point de vue divergeant de plusieurs personnes sur une même situation était incroyablement réaliste, permettait un dialogue fantastique et maintenant le récit en haleine constamment. J’aurais adoré lire ça plus jeune plutôt que le dialogue de Platon sur l’amour: non seulement il ne s’agit pas d’idées abstraites sur l’amour ou si elles le sont, c’est bien mis en évidence qu’il s’agit de valeurs dont certaines personnes n’ont que faire dans le concret, mais ces dialogues servent en récit, une mise en commun des idées, alimente des querelles et dilemmes amoureux. Bref, on a l’impression que ça va quelque part, au-delà du concret, ce sont des véritables leçons sur parfois que ne pas faire (Artaxandre est probablement le personnage le plus intéressant à cet égard d’une belle élocution, de grands principes, mais de l’aspect au final super vain de toutes ces idées).

Un classique qui mérite définitivement toute sa place dans l’histoire littéraire et qui est encore super lisible et intéressant aujourd’hui. Une découverte fantastique pour moi et je regrette simplement de ne pas avoir eu le texte complet entre mes mains avec cette édition.

Théâtre

Love Song to Lavender Menace (2017) par James Ley

Quoi ne pas aimer dans cette pièce de théâtre pour moi? Deux libraires lors de leur dernière journée avant que la (authentique) librairie écossaise Lavender Menace ne ferme. Reminiscent d’auteur·es comme James Baldwin, Jean Genet, Jeanette Winterson, Rita Mae Brown, etc. tout en parlant du climat politique anglais de l’époque, c’est à la fois un hommage aux oeuvres, au militantisme de l’époque et évidemment à la librairie.

Aussi, un des libraires est très fan de Doctor Who et ça paraît non seulement dans les nombreuses allusions plus ou moins subtiles, mais aussi dans le tissu du texte même avec l’apparition d’un·e voyageur·e / invité·e spécial·e (chaque fois différent lors des représentations) qui parle de l’importance d’un lieu similaire à la librairie pour elle/lui et d’un livre qui a énormément compté.

Une pièce de théâtre idéale pour tout libraire queer ou féministe. C’est définitivement très bien écrit, bien pensé et rempli à la perfection son rôle d’hommage plus large aux mouvements LGBTQ.

Livres jeunesse

Sam et le Martotal (2020) par Louise Mey et Libon

Une super histoire dont le récit tourne autour d’une tribu qui ne rompt jamais avec la tradition comme métaphore des stéréotype de genre et du patriarcat et invite les enfants à faire les activités qu’illes désirent (tout en mentionnant quand même que faire la guerre, c’est pas tant top non plus ; un beau petit plus je trouvais au conte).

Avec des animaux aux noms croisés et aux caractéristiques uniques, des outils aux multiples fonctions qui en trouveront d’autres par la fin de l’histoire, et aux dessins vraiment géniaux de Libon, c’est une histoire parfaite à mon avis, vraiment adorable et avec une belle fin. Une belle construction d’univers.

Bandes dessinées et mangas

The Dire Days of Willowweep Manor (2021) par Shaenon K. Garrity et Christopher Baldwin

Une BD hilarante qui réussit le pari de rendre hommage tout en se moquant gentiment des lieux commun du genre gothique et de l’amener dans d’autres directions. Ces allusions sont autant visuelles que textuelles et ce qui est le fun, c’est que la protagoniste est au courant de ces tropes donc est capable de jouer avec ou de la rendre furieuse. Au final, il y a un bon jeu de reprise de stéréotypes pour créer le récit, s’en détacher, s’en moquer, les subvertir et ultimement avoir du fun avec.

La BD mélange à la fois un humour savant (par les allusions intertextuelles), mais aussi simplement burlesque et une bonne intrigue qui nous accroche jusqu’à la fin. Le tout début et la toute fin de la BD donne aussi un fondement intéressant à l’histoire générale et l’encadre à merveille.

Vernon Subutex, tome 1 (2020) par Virginie Despentes et Luz

C’est tellement bon, tellement bien exécuté, on sent qu’il y a eu tellement de temps mis à préparer, dessiner, planifier tout ça, c’est vraiment incroyable comme résultat.

En terme d’ambition, je le compare vraiment à une Comédie humaine du XXIème siècle. Il faut vraiment que je lise les livres un jour maintenant, c’est tellement complexe et intéressant, nuancé et profond.

Les cavaliers de l’apocadispe n’ont pas fait exprès (2019) par Libon

Hilarant, comme d’habitude. J’ai ris à voix haute à plusieurs reprises. Libon est un des rares auteurs qui non seulement ne me déçoit jamais, me fait toujours rire, mais avec lequel je passe toujours un très excellent moment.

Les cavaliers de l’apocadispe vont bien (2021) par Libon

En parfaite continuité avec les albums précédents, toujours les mêmes enfants toujours en train d’avoir mille accidents et en toujours en conflits absurdes avec des figures d’autorité (parentales, policières, professorales, militaires, etc.) qui abusent parfois de leur pouvoir, mais qui finissent ultimement par être rattrapés si leur rigidité se poursuit.

J’avoue avoir encore beaucoup rit, « L’interro » est probablement un des meilleurs écrits et illustre superbement la poétique de la série.

Le Pavillon des hommes, Tome 12 (2015) par Fumi Yoshinaga

Une entrée particulièrement bonne dans la série qui combine ce que la série fait de mieux: drame de cours, politique intérieure et international, développement scientifique et des personnages aux motifs opposés, dont on croit parfaitement les motifs, avec des drames interpersonnels intenses, des rebondissements inattendus et des résolutions (ou non) intenses.

L’aspect un peu plus contenu de l’histoire (bien qu’elle suit vraiment le tome précédent) avec une « résolution » et une ouverture vers la fin aide peut-être ce jugement d’avoir une histoire complète et intéressante.

Le Pavillon des hommes, Tome 13 (2016) par Fumi Yoshinaga

La série prend une tournure intéressante puisque la narration doit maintenant composer avec un « retour à la normal » (ou un monde post-apocalyptique selon moi) puisque la vaccination est maintenant normalisée et les hommes reprennent petit à petit les postes de pouvoir qu’ils avaient (au détriment des femmes) presque comme un retour de balancier. Les dynamiques femmes-hommes semblent aussi revenir à celle d’avant la pandémie (notamment en ce qui à trait à la violence envers les femmes et des préconceptions essentialistes qui surviennent dans les propos de certains personnages) et les enjeux de la politique japonaise ne sont plus simplement locaux, mais les relations internationales sont maintenant au premier plan.

Il n’est donc pas étonnant qu’on adresse de très multiples sujets dans ce volume notamment au sujet de « l’inversion » des rôles (parfois carnavalesque) superbement illustré par Takiyama qui explore, dans ses propos et sa propre vie, la transition sociale et embrasse cette multiplicité entièrement. Il a de très beaux dialogues tout le long, mais l’histoire qu’il explique à Abe Masahiro concernant les kimonos de courtisanes (et il y a un beau transfert aussi avec le kimono d’intendant à la fin, ça me rappelle l’attention porté à la poétique du vêtement dans un des premiers tomes). Il y aurait probablement à dire aussi sur cette genderqueerisation de la société.

L’importance des relations internationales vient aussi jouer énormément dans les dynamiques de pouvoir, alors qu’on avait affaire essentiellement à des intrigues de cour et faire face à la population, un troisième enjeu politique doit maintenant être pris en compte dans l’exécution de la politique ce qui fait en sorte qu’on a des personnages un peu plus mature, il me semble, en politique (sans maturité, c’est l’invasion du Japon et ce n’est évidemment pas concevable pour les gens au pouvoir). Ça se traduit par une recherche d’équilibre plus intéressante, notamment sur des questions de classe, mais aussi d’aversariat politique ce qui rend le récit très intéressant.

La question de la violence genrée revient aussi au premier plan et de manière très frontale avec la question du viol et de l’inceste et des menaces de violences envers les femmes. Une critique très directe de notre propre société qui n’avait pas vraiment été possible dans un régime matrilinéaire comme la série l’avait été jusqu’à présent (ou en fait, pas possible qu’autrement qu’à travers le prisme de l’inversion des genres et des rôles). Cette question touche aussi les enjeux internationaux qui forcent la contamination de la politique (la perception des anglais sur les femmes en poste de pouvoir comme un aveu de faiblesse force la considération des hommes shōgun).

Un volume donc extrêmement riche à mon avis. J’ai à peine effleuré les nombreux thèmes et la narration du volume, il y a encore beaucoup beaucoup beaucoup plus de choses à creuser et on voit vraiment une belle réalisation qui à la fois réussi à poursuivre la mission que l’autrice s’était lancée malgré un changement de paradigme important dans cet univers et une possible fin prochaine de la série et éviter de succomber à la tentation de juste en finir là aussi valait vraiment le détour. On n’a pas l’impression que ça s’étire, au contraire, il y a un beau second souffle à cette série.

Mes coups de cœur musicaux découverts en 2021

Un aperçu de mes découvertes musicales préférées en 2021. Il ne s’agit pas uniquement de compositions publiées cette année là, mais vraiment de celles que j’ai entendu pour la première fois en 2021. Il n’y a pas d’ordre quelconque à cette présentation. Je les ai tous regroupés dans une même liste de lecture YouTube au besoin.

Je dois avouer que mes découvertes ne sont pas aussi nombreuses et variées que je l’aurais souhaité cette année avec la fermeture de plusieurs des blogs et pages que je suivais depuis quelques années. Soit je vais devoir en trouver des nouvelles, soit je vais devoir acheter beaucoup plus de DCs, mais j’ai seulement trouvé cinq albums de compositrices en magasin l’année dernière donc on verra…

Emilie Mayer – Ouverture de Faust

Une magnifique ouverture, j’espère vraiment pouvoir découvrir d’autres de ses oeuvres éventuellement.

Laurie Anderson – Slip Away

Dans la catégorie « chansons tristes » d’une artiste incroyable.

Marianna Martines – Overture (« Sinfonia ») in C Major

Wilhelmine von Bayreuth – Concerto in G Minor for Harpsichord and Strings

Lili Boulanger – Du fond de l’abîme

Une des compositions les plus magistrales que j’ai entendu dans ma vie. Même si Lili Boulanger est souvent une des rares compositrices classique mentionnée dans des listes ou articles, sa notoriété n’est même pas proche d’être ce qu’elle mérite tant ses compositions sont sublimes et incroyables.

Lil Nas X – That’s What I Want

L’entrée pop de mes préférences de l’année. Il y avait plusieurs chansons très intéressantes dans son premier album Montero. Celle-ci se démarquait un peu plus pour moi (et apparemment des millions de personnes aussi…).

Samuel Coleridge-Taylor – Nonet en Fa mineur, Op. 2

Je l’avais déjà entendu avant, mais promotion obligée de l’ensemble Obiora « premier ensemble de musique classique canadien, essentiellement composé de musiciens et musiciennes dits issus de la diversité » qui n’a pas reçu l’attention médiatique qu’il aurait dû recevoir (quelques articles annonçant la création ou le spectacle, mais c’est un peu tout ce que j’ai vu). J’essaie toujours de tenter de trouver des compositions d’Avril Coleridge-Taylor sans le même succès malheureusement.

Louise Farrenc – Symphony No. 1 in C Minor, Op. 32: IV. Finale. Allegro assai

La meilleure découverte que j’ai acheté cette année. J’ai fait aussi un petit résumé d’une biographie, Louise Farrenc, compositrice du XIXe siècle ; Musique au féminin (2003), qui lui est consacrée.

À la découverte de quelques biographies de compositrices classiques

La présence des compositions de compositrices classiques dans les concerts est encore très rare, pour ne pas dire inexistante: en France, en musique classique 1% des pièces programmés en salle de concert sont l’œuvre de compositrices. Sans compter que dans les magasins de musique, les DCs de compositrices ne comptent même pas pour 1% de l’offre (quand il y en a!!) si j’en crois mes propres recherches dans trois succursales différentes d’Archambault/Renaud Bray et de quatre disquaires usagés à Montréal en 2020 (avant la pandémie). Dans les faits, seule la succursale Archambault de Berri proposait quelques titres de compositrices, mais sur les deux rangées de près de 100 compositeurs classé en ordre alphabétique par nom de famille de la succursale, pas une seule compositrice n’était mise de l’avant. Je dois donc souvent me tourner vers les achats en ligne pour pouvoir me les procurer.

De nombreuses initiatives se mettent toutefois en place pour les mettre de l’avant, que ce soit à travers des concepts théoriques expliqués par des compositions féminines, des podcasts et des suggestions hebdomadaires d’écoute, des ensembles qui mettent de l’avant cette musique, des maisons d’édition spécialisées dans la publication de partitions de femmes ou encore des bases de données avec plus de 1500 compositrices! Bref, il est tout naturel alors que des essais soient écrits pour faire (re)découvrir ces figures et les mettre de l’avant.

Je propose donc, dans l’esprit d’aider à la diffusion de la pensée et des compositions, une petite sélection de titres que j’ai lu avec la possibilité que ce billet s’élargisse au cours des années avec la sortie de nouvelles biographies ou au fil de mes lectures bien que mes recherches ne donne pas beaucoup plus d’essais sur des compositrices que celles qui sont présentées ici (plusieurs, notamment sur Clara Schumann ou Lili Boulanger, sont épuisées ou inaccessibles sur le marché québécois).

La majorité de ces biographies touchent à des thèmes concernant les conditions des droits des femmes à l’époque de la compositrice et de marginalisation et d’oppression. Ces essais ne sont pas nécessairement tous féministes, mais ils traitent définitivement d’enjeux qu’on peut considérer comme tel.

Les essais sont présentés dans un ordre chronologique de parution. Un lien vers la boutique en ligne de l’Euguélionne, librairie féministe est disponible pour les ouvrages en cliquant sur les couvertures (s’il n’y a pas de lien, il n’est pas ou plus distribué).

Piano music by Black women composers: a catalog of solo and ensemble works (1992)

Pour lire cet essai, il faut au moins se préparer plusieurs choses très importantes: prendre beaucoup de note, avoir une connexion Internet pour pouvoir écouter les compositions référencées dans l’essai et avoir une carte de crédit dans la main pour commander des biographies et des partitions des compositrices présentées. Ce n’est pas une blague du tout, après avoir lu l’essai, j’ai commandé trois essais et deux partitions fautes de n’avoir pas pu en commander plus!!! (j’y reviens)

Une superbe recension qui ne se contente pas de recenser des oeuvres pour piano de compositrices noires américaines (une tâche effectuée en 1992, pas une mince affaire du tout!!), d’écrire une petite biographie pour une cinquantaine de compositrices, non, la recherchiste a aussi fait un travail immense de:
– Indiquer la difficulté des pièces (vraiment génial pour les personnes qui seraient intéressées à les jouer)
– Décrire le style des pièces, en donner une appréciation générale
– Où pouvoir lire, se procurer ou pouvoir acheter les dites pièces (avec les adresses postales et le temps que ça peut prendre avant de les recevoir!!)
– Mettre une petite bibliographie lorsque possible

Cet immense travail est vraiment incroyable en soi, doublement incroyable quand on sait le temps que ça a du prendre pour juste compiler ces noms, biographies, témoignages, rechercher toutes ces compositions avant parce que personne n’avait vraiment fait cette recension aussi exhaustive avant (on peut tout de même mentionner But Some of Us Are Brave: All the Women Are White, All the Blacks Are Men: Black Women’s Studies, mais qui est beaucoup moins détaillé).

Cette recension est aussi très intéressante à l’effet qu’elle nous montre montre bien comment les compositrices noires ne pas isolées les unes des autres et savent s’inscrire en continuité avec les précédentes ou leurs contemporaines, notamment par les concerts qu’elles organisent, mais aussi les compositions, styles, ou hommages qu’elles rendent. Pour des biographies d’une demi-page à une page, c’est quand même beaucoup d’information qui est communiquée.

J’ai trouvé aussi intéressant de noter que plusieurs compositrices noires furent des élèves de Nadia Boulanger (au moins dès 1931 avec Nora Douglas Holt) ce qui nuance pas mal ce que l’article dans Nadia Boulanger and Her World disait sur son rapport avec les communautés afro-américaines par rapport aux étudiant·es internationaux (surtout les hommes étaient dépeints dans le livre). On note quand même 5 compositrices afro-américaines (sur une cinquantaine de compositrices ) qui ont étudié sous son égide y compris une gagnante du grand prix Boulanger quelque part entre 1951 et 1954.)

La seule immense déception ne vient pas de l’essai, mais des recherches que je faisais tout en lisant l’anthologie. Beaucoup des artistes n’avaient pas une seule composition sur Internet (des fois, avec juste 5 résultats sur Google et simplement dans des listes), et on parle de grande compositrice comme Avril Gwendolyn Coleridge-Taylor dont je n’ai réussi à retrouver aucune partition et une seule vidéo de 5 minutes alors qu’elle fut prolifique et qu’elle était la fille d’un autre grand compositeur connu (Samuel Coleridge-Taylor) qui, lui, ne manque pas d’être partout! Je lisais et je cherchais des biographies ou des partitions et je dois avouer avoir noté beaucoup trop de noms de compositrices dont je ne pourrais pas en apprendre ou en écouter davantage. 28 ans plus tard, même avec l’arrivé d’Internet et de WorldCat, ce n’est pas nécessairement plus simple de les découvrir malgré leurs immenses réalisations, mais c’est malheureusement trop souvent le cas encore dans l’histoire des femmes. C’est pour ça qu’on ne peut qu’essayer de pousser ce genre d’essai, qu’on aimerait beaucoup dire qu’il date, mais qui n’ont finalement jamais accumulé une once de poussière tant ils sont encore pertinents aujourd’hui et dont le travail n’a pas été continué depuis.

Elisabeth Jacquet de La Guerre: une femme compositeur sous le règne de Louis XIV (1995)

Une bonne biographie d’une compositrice classique sous Louis XIV (ce détail n’est pas à négliger puisqu’elle semble avoir joui de sa protection et de ses Privilèges pour l’édition de ses compositions en plus de lui avoir dédicacé tous ses ouvrages sauf un, même en fin de règne!). Le travail très complet de biographie est aussi accompagné d’analyses rapides de ses compositions, mis en parallèle avec les styles musicaux de l’époque et on voit très bien comment elle tentait de nouveaux genres italiens tout en les rattachant à la tradition musicale française et combien elle fut aussi pionnière à beaucoup d’égards musicaux!!! On a aussi droit à la transcription de plusieurs des dédicaces au roi de ses éditions ce qui ravit des littéraires comme moi qui ont étudiés ce genre d’envoi durant leurs études!

Je trouve assez intéressant certaines similarités avec Louise Farrenc, notamment (et même si ça n’étonnera personne pour qu’une femme puisse composer autant et pouvoir jouer ses œuvres) le support de son mari, musicien aussi, le fait de venir d’une famille de musiciens (d’artisans surtout pour Élisabeth, mais le potentiel et l’héritage était là), le fait d’avoir vu leur seul enfant mourir avant elles et d’une période beaucoup plus creuse en terme de composition qui suit durant plusieurs années. Les deux ont aussi été veuves, Jacquet de la Guerre a bénéficié de l’héritage de son mari, mais elle a aussi continué à composer et enseigner pour lui assurer des revenus ce qui la rendait d’autant plus indépendantes financièrement et contribuait probablement pour elle à pouvoir s’essayer dans de nouveaux genres peut-être un peu plus facilement que de s’attacher à toujours refaire le même travail ou le même type de composition.

Une biographie nécessaire sur une prodige, reconnue et louée en son temps (y compris par le roi), qui a laissé un héritage intéressant et souvent précurseur de ce qui suivra ou sinon, dans les premières à expérimenter de nouveaux styles de compositions et de pièces.

Louise Farrenc, compositrice du XIXe siècle ; Musique au féminin (2003)

Une fantastique biographie sur la compositrice, pianiste, professeure et éditrice de musique classique Louise Farrenc qui se divise en une moitié d’ouvrage consacrée à une biographie générale puis à des analyses plus poussées de ses divers compositions puis de ses travaux de compositions, de professeurs et de musicologues.

Très très très appréciée dans son temps (à l’exception de quelques critiques particulièrement plus misogynes que les autres) autant au niveau de ses compositions que de ses interprétations, c’est un véritable drame qu’elle soit tombée dans l’oubli peu après sa mort malgré les efforts immenses qu’elle a accomplis dans ses compositions, son enseignement et la diffusion de ses oeuvres (notamment par l’entremise de son mari Aristide Farrenc, toujours en support de son épouse et qui formait un véritable power couple dans le temps avec les deux collaborant et se relayant dans leur vie commune et professionnelle).
La biographie touche aussi les discriminations sexistes et obstacles que Farrenc a dû supporter comme femme, mais aussi comment elle en a renversé plusieurs (elle a notamment obtenu le même salaire que ses confrères masculins après s’être plaint auprès de son établissement).
Finalement, et bien qu’on semble avoir quand même peu de documentations ou lettres à ces égards, Legras analyse aussi comment la vie personnelle de la compositrice a pu affecter son travail professionnel, notamment suite à la mort de son unique enfant, Victorine, et l’arrêt de son travail de composition pendant plusieurs années.

Une biographie essentielle pour découvrir une femme aux très multiples talents, qui s’est distinguée et imposée d’une façon exceptionnelle pour son époque et les marques qu’elle a laissé dans l’histoire de la musique (notamment à travers son rôle d’éditrice et d’interprête de musique ancienne, ce qui n’était pas commun, vers la fin de sa vie). 

Les compositrices en France au XIXe siècle (2006)

Un des deux essais de la liste que je n’ai pas encore lu, ce panorama présente la biographie et la production d’une vingtaine de compositrices françaises : Julie Candeille, Sophie Gail, Hélène de Montgeroult, Pauline Duchambge, Pauline Viardot, Nadia Boulanger, Lili Boulanger, Henriette Renié, etc.

From spirituals to symphonies: African-American women composers and their music (2007)

Le deuxième livre que je n’ai pas encore lu: selon le résumé, l’essai fournit un examen de l’histoire et de la portée de la composition musicale des compositrices afro-américaines des XIXe et XXe siècles. Il se concentre notamment sur l’effet de la race, du sexe et de la classe des personnalités et des circonstances individuelles dans la formation de cette catégorie de l’art américain.

Partition pour femmes et orchestre: Ethel Stark et l’Orchestre symphonique des femmes de Montréal (2017)

Je triche un peu ici puisque l’orchestre jouais très peu de compositions de femmes (bien qu’on parle de quelques-unes de ses rares interprétations), mais vu qu’il s’agit d’un des rares ouvrage du genre sur le Québec, il vaut définitivement le détour.

Une fantastique biographie d’Ethel Stark qui s’intéresse surtout à la période de la fondation et la durée de la Symphonie féminine de Montréal.

Encore une fois, il s’agit d’une histoire des femmes qu’on ne nous raconte pas et qui devrait être absolument relaté à tou·tes!!! Un orchestre d’une 80aine de femmes dans les années ’40, du jamais vu en Amérique du Nord, une première chef d’orchestre, le premier orchestre canadien à jouer au Carnegie Hall, la première personne noire à jouer de manière permanente dans un orchestre, des expériences de musiciennes devenues professionnelles suite à l’entrée dans l’orchestre (alors que plusieurs n’avait pas nécessairement jouer de leur instrument avant), des critiques dans les médias unanimes qui célèbrent la qualité du jeu, etc. Un orchestre qui représentait ce que le Canada avait de mieux à offrir en terme de diversité, d’apprentissage, de leçon, de sagesse, de succès et de féministe (sans l’être ouvertement)!

Chaque page m’apprenait énormément, je devais noter le nom des interprètes pour pouvoir les chercher par la suite! C’est un essai beaucoup moins académique que ce qu’on a l’habitude de lire chez Remue-ménage (normal, il s’agit d’une traduction) et la narration s’approche beaucoup plus d’un récit épique par moment ou d’essais comme Le féminisme québécois raconté à Camille pour sa vulgarisation et son désir d’en faire connaître un maximum à son lectorat. On prend souvent des pauses d’Ethel Stark pour parler d’autres musiciennes comme Violet Louise Grant, Lyse Vézina, Violet Archer, etc.

Le récit de la symphonie féminine de Montréal se termine un peu tristement, délaissé complètement par les subventionnaires qui l’abandonne un par un, la ville de Montréal ou la province du Québec, vivant de mécènes donnant absolument tout pour qu’elles survivent, un cas classique de ces institutions qui voyaient cet orchestre une sorte de menace pour eux (ou de la concurrence, ce qu’elles n’étaient pas du tout, en fait fois le peu de représentations qu’elles donnaient et le public qu’elles visaient), ne le supportant que par parole et non pas monétairement malgré la réputation internationale de l’orchestre.

À lire pour tout fan de musique classique féministe, un pan de l’histoirE qu’il faut absolument remettre de l’avant!!

Chiquinha Gonzaga (2018)

Le seul ouvrage que je pouvais me permettre de lire sur la compositrice brésilienne (1847-1935) puisqu’il existe des biographies en portugais, mais qui n’ont pas connu de traduction en français ou en anglais. Il s’agit d’une courte (24 pages) biographie très joliment illustrée pour enfant en portugais.

Le livre raconte surtout l’enfance de la compositrice, son éducation, son rapport avec ses parents et comment elle est parvenue à devenir la première cheffe d’orchestre au Brésil. Je l’ai découvert suite à une de ses compositions, Suspiro. et aimerait beaucoup pouvoir en lire, ou en écouter davantage. C’est simplement dommage qu’il ne semble pas y avoir un intérêt suffisant pour à l’extérieur du pays.

The heart of a woman: the life and music of Florence B. Price (2020)

Une fantastique biographie sur Florence Beatrice Price par Rae Linda Brown qui aura consacrée une partie de sa vie à explorer cette compositrice, trouver les partitions à droite et à gauche, trouver une correspondance d’une personne qui aura laissé quand même assez peu de trace au final malgré son importance majeure dans l’histoire étatsunienne (il s’agit de la première compositrice classique afro-américaine « de renom » dans l’histoire).

La biographie compense pour les périodes moins connues dans la vie de Price par des explorations des figures qui l’entourent, mais aussi des analyses musicales (qui demande quand même de bonnes connaissances musicales pour comprendre, mais elles ne sont jamais très longues donc peuvent être sautées au besoin) et des observations des sociétés et mouvements importants à l’époque.

Cette biographie met de l’avant la participation de la vie de Price dans la culture afro-américaine, comment elle s’en est inspirée, mais aussi comment la compositrice elle-même a participé à créer une partie de cette culture. Les questions de métissage, de « passing » sont aussi abordées, impossible de les contourner, et on explore bien comment Price a pu se sentir face à ces enjeux.

J’apprécie beaucoup l’inclusion de partie de partitions et l’analyse qui en est faite (même si je n’ai pas la culture musicale suffisante pour tout comprendre), et de comment ces compositions s’inscrivent dans une continuité de la musique afro-américaine, cela permet vraiment de faire ressortir des éléments importants de l’inscription des américain·es noir·es dans la musique classique sans plaquer un héritage sur un autre, mais comment les deux s’informent et s’harmonisent dans les compositions de Price.

Je pense que toutes les personnes adorant la musique classique devraient connaître Price, à défaut de lire cette biographique, au moins écouter ses deux symphonies et quelques une de ses pièces. L’héritage de cette compositrice est brillamment mis de l’avant par Rae Linda Brown et on ne peut qu’admirer et apprécier l’immense travail de plusieurs décennies qui a été mis dans la rédaction de cette biographique. 

Nadia Boulanger and her world (2020)

Une série d’essais très intéressants autour de la pianiste, organiste, professeure et compositrice classique Nadia Boulanger et des cercles dans lesquels elle a évolué.

Il ne s’agit pas tant d’une biographie ou d’analyse de ses oeuvres (bien qu’on rencontre les deux dans la lecture), mais de regarder plutôt l’inscription de Boulanger dans ce qu’on appellerait en littérature une inscription intertextuel et hypertextuel, mais aussi des réseaux qu’elle a formé: en filiation avec ses propres professeurs et compositeurs favoris (et ceux et celles qu’elle met de l’avant lors de ses performances et enseignements), mais aussi l’héritage musical et intellectuel qu’elle a laissé à ceux à qui elle a enseigné au court de ses très nombreuses années de professorat. De nombreux textes s’attardent à tracer cette généalogie musical, ses inspirations et les personnes qu’elle a inspirées et les formes que cet héritage à pris sur les différentes personnes concernées.

J’ai été agréablement surpris· de découvrir un petit article de Black Studies sur Boulanger qui observait comment elle n’a pas approché (ou n’a pas été permis d’approcher) les cercles de compositeurs classiques afro-américains lors de ses déplacements aux États-Unis et ce que cela disait aussi de ses relations, de son héritage musical et du monde dans lequel elle évoluait.

Cet article doit quand même être nuancé un peu: dans Piano Music by Black Women Composers: A Catalog of Solo and Ensemble Works, on note tout de même plusieurs compositrices noires qui furent des élèves de Nadia Boulanger (au moins dès 1931 avec Nora Douglas Holt) ce qui nuance pas mal ce que l’article disait sur son rapport avec les communautés afro-américaines par rapport aux étudiant·es internationaux (surtout les hommes étaient dépeints dans le livre). On note quand même 5 compositrices afro-américaines (sur une petite cinquantaine dans la recension du livre) comme ayant étudié sous son égide y compris une gagnante du grand prix Boulanger quelque part dans les années ’50.

La recherche, toujours dépendamment des articles, se base souvent sur de la correspondance qu’elle a entretenu, les inscriptions dans ses classes, les textes et biographies qui ont été écrites sur elle, les programmes de musique auquel elle a contribué, mais aussi des analyses de ses notes de cours (des compositions qu’elle enseignait ou des notes de ses étudiants), donc plusieurs formes d’analyse de document que je n’avais jamais encore vu auparavant!

Une connaissance musicale théorique de base est demandé pour la plupart des textes, deux des articles nécessitent toutefois une meilleure connaissance que celle que j’ai pour pleinement comprendre ce qui est écrit (je comprenais l’idée générale, mais était incapable de comprendre les concepts évoqués). Ne pas du tout connaître la musique classique n’apportera aucun plaisir à la lecture, je le déconseille fortement à ce niveau. Autrement, il s’agit d’une exploration très intéressante de l’univers dans lequel Nadia Boulanger a nagé toute sa vie et l’influence qu’elle aura eu sur la musique classique.

Mes coups de cœur lus en 2020

Un aperçu de mes livres préférés lus en 2020. Il ne s’agit pas uniquement d’ouvrages publiés cette année là (je mets toutefois la date de publication à droite du titre), mais des ouvrages que j’ai lu cette année là. Un lien vers la boutique en ligne de l’Euguélionne, librairie féministe est disponible pour les ouvrages (ou vers l’éditeur lorsque pas distribué). Les livres sont présentés par genre (Essais, Romans, SFF, Drames audio, BDs et mangas), mais pas dans un ordre quelconque.

Essais

Partition pour femmes et orchestre ; Ethel Stark et la Symphonie féminine de Montréal (2017) par Maria Noriega Rachwal

Une fantastique biographie d’Ethel Stark qui s’intéresse surtout à la période de la fondation et la durée de la Symphonie féminine de Montréal.

Encore une fois, il s’agit d’une histoire des femmes qu’on ne nous raconte pas et qui devrait être absolument relaté à tou·tes!!! Un orchestre d’une 80aine de femmes dans les années ’40, du jamais vu en Amérique du Nord, une première chef d’orchestre, le premier orchestre canadien à jouer au Carnegie Hall, la première personne noire à jouer de manière permanente dans un orchestre, des expériences de musiciennes devenues professionnelles suite à l’entrée dans l’orchestre (alors que plusieurs n’avait pas nécessairement jouer de leur instrument avant), des critiques dans les médias unanimes qui célèbrent la qualité du jeu, etc. Un orchestre qui représentait ce que le Canada avait de mieux à offrir en terme de diversité, d’apprentissage, de leçon, de sagesse, de succès et de féministe (sans l’être ouvertement)!

Chaque page m’apprenait énormément, je devais noter le nom des interprètes pour pouvoir les chercher par la suite! C’est un essai beaucoup moins académique que ce qu’on a l’habitude de lire chez Remue-ménage (normal, il s’agit d’une traduction) et la narration s’approche beaucoup plus d’un récit épique par moment ou d’essais comme Le féminisme québécois raconté à Camille pour sa vulgarisation et son désir d’en faire connaître un maximum à son lectorat. On prend souvent des pauses d’Ethel Stark pour parler d’autres musiciennes comme Violet Louise Grant, Lyse Vézina, Violet Archer, etc.

Le récit de la symphonie féminine de Montréal se termine un peu tristement, délaissé complètement par les subventionnaires qui l’abandonne un par un, la ville de Montréal ou la province du Québec, vivant de mécènes donnant absolument tout pour qu’elles survivent, un cas classique de ces institutions qui voyaient cet orchestre une sorte de menace pour eux (ou de la concurrence, ce qu’elles n’étaient pas du tout, en fait fois le peu de représentations qu’elles donnaient et le public qu’elles visaient), ne le supportant que par parole et non pas monétairement malgré la réputation internationale de l’orchestre.

À lire pour tout fan de musique classique féministe, un pan de l’histoirE qu’il faut absolument remettre de l’avant!!

Mes bien chères sœurs (2019) par Chloé Delaume

Un livre d’une puissance rarement égalée, une dénonciation forte, colossale et mordante du patriarcat, un jeu d’intertexte féministe presque sans fin (tout particulièrement adoré celui avec le King Kong Théorie « j’écris de chez les », une réappropriation des textes masculins canoniques en les subvertissant sans retenu (la réécriture p.18 du Nuit Rhénane de Guillaume Apollinaire est un chef d’oeuvre en soi! « Tout l’or des coups de reins devient le chant d’un batelier, au creux des tables de nuit, le tiroir aux petites morts »).

À la fois poétique, essayistique, fictionnalisation de la pire dystopie imaginable pour les personnes friandes du bon vieux temps de la culture du viol ; un hommage aux plus jeunes générations, à cette quatrième vague de l’Internet à la parole et à l’écrit qui ne peut être réduit au silence malgré l’acharnement d’un backlash qui voit sa fin arriver.

Un ouvrage comme il est difficile d’en écrire et qui fonce droit vers ce qu’il a à dire avec une pluralité de style d’écriture, de figures de style et de force. J’ai eu l’impression de revivre les premières page de King Kong pendant toute ma lecture et de hurler ces mots dans le métro tellement ils sont beaux, énergiques et fermes. Un vrai cri du cœur.

You Look Like a Thing and I Love You: How Artificial Intelligence Works and Why It’s Making the World a Weirder Place (2019) par Janelle Shane

Hilarant, fascinant et éducatif. J’adore le blog de l’autrice, j’ai donc été super ravi· de pouvoir lire un livre entier sur le sujet et je n’ai pas été déçu une seule seconde! D’abord, bien que certaines très rares parties (surtout deux, trois listes) de ses listes se retrouvent dans l’essai, c’est vraiment majoritairement du nouveau contenu donc pas de risque de s’ennuyer ou de juste y retrouver un recyclage des billets avec un intro et conclusion voili-voilou, non, nous avons vraiment affaire à des descriptions détaillées de comment l’IA fonctionne, comment elle appréhende le monde (virtuel) dans laquelle elle évolue, ses très très nombreuses limitations et défauts, etc.

Il y a un grand nombre de sujets traités, des biais de l’IA reprises de contenu soumis (ou de sa programmation) qui perpétue des pratiques racistes ou sexistes (de ne pas faire fonctionner un distributeur à savon pour les peaux noires à la discrimination à l’embauche selon le genre ou la situation géographique). On y explique aussi comment l’IA ne dominera jamais le monde et ne remplacera jamais efficacement le travail humain ou si rarement et nécessite toujours une supervision humaine importante. On y détaille aussi comme l’IA pour les automobiles, ce n’est vraiment pas pour demain et sont plutôt dangereuse (même avec un·e conducteur·e au volant puisque cette personne risque souvent d’être inattentive).

L’essai est aussi très très très drôle. Pas un chapitre ne passe sans rire aux différentes listes que les IA produisent ou les solutions très originales qu’elles trouvent pour surmonter un problème. Dans l’ouvrage, l’autrice parle de ses propres expériences, mais aussi de celles de beaucoup d’autre

Si vous voulez lire un essai de vulgarisation scientifique qui combine un aspect éducatif avec le comique de vidéos de machines qui effectuent des tâches étranges, ce livre est pour vous.

Invisible Women: Data Bias in a World Designed for Men (2019) par Caroline Criado Pérez

Un essai féministe qui couvre très large, du déneigement aux élections américaines en passant par le Brexit, la représentation de l’univers, les foyers de cuisson, le syndrome de Yentl ou encore les crimes de guerre.

Un foisonnement de données (ou une analyse de leur manque flagrant en ce qui concerne les femmes et les conséquences mortelles que cela peut avoir), d’interprétation, de sources et d’information. Elle analyse de nombreux domaines, aussi différent que l’astronomie, l’urbanisme, la médecine, l’économie, l’architecture, l’agriculture, la politique, etc. à travers le prisme de la collecte et l’interprétation des données et statistiques.

Caroline Criado-Pérez démontre avec brio comment le manque de collecte de données réparties selon les genres conduits à l’invisibilisation des femmes pas seulement en théorie, mais comment ces negligence peuvent conduire jusqu’à la mort ou à tout le moins désavantage les femmes toujours aux profits des hommes.

Un essai qui montre comment nous devrions repenser les statistiques et la collecte de données de manière urgente à tous les niveaux ou à tout le moins, commencer à en tenir encore plus, mais de plus rigoureuse.

Le concept de couverture est aussi vraiment génial. Je n’avais jamais remarqué les pictogrammes de femmes du livre avant d’en débuter la lecture (et il était bien visible et en présentation dans la librairie donc je le voyais quand même souvent). Clairement une des meilleurs couvertures que j’ai pu admirer.

Piano Music by Black Women Composers: A Catalog of Solo and Ensemble Works (1992) par Helen Walker-Hill

Alors, pour lire cet essai, il faut au moins se préparer plusieurs choses très importantes: prendre beaucoup de note, avoir une connexion Internet pour pouvoir écouter les compositions référencées dans l’essai et avoir une carte de crédit dans la main pour commander des biographies et des partitions des compositrices présentées. Ce n’est pas une blague du tout, après avoir lu l’essai, j’ai commandé trois essais et deux partitions fautes de n’avoir pas pu en commander plus!!! (j’y reviens)

Une superbe recension qui ne se contente pas de recenser des oeuvres pour piano de compositrices noires américaines (une tâche effectuée en 1992, pas une mince affaire du tout!!), d’écrire une petite biographie pour une cinquantaine de compositrices, non, la recherchiste a aussi fait un travail immense de:
– Indiquer la difficulté des pièces (vraiment génial pour les personnes qui seraient intéressées à les jouer)
– Décrire le style des pièces, en donner une appréciation générale
– Où pouvoir lire, se procurer ou pouvoir acheter les dites pièces (avec les adresses postales et le temps que ça peut prendre avant de les recevoir!!)
– Mettre une petite bibliographie lorsque possible

Cet immense travail est vraiment incroyable en soi, doublement incroyable quand on sait le temps que ça a du prendre pour juste compiler ces noms, biographies, témoignages, rechercher toutes ces compositions avant parce que personne n’avait vraiment fait cette recension aussi exhaustive avant (on peut tout de même mentionner But Some of Us Are Brave: All the Women Are White, All the Blacks Are Men: Black Women’s Studies, mais qui est beaucoup moins détaillé).

Cette recension est aussi très intéressante à l’effet qu’elle nous montre montre bien comment les compositrices noires ne pas isolées les unes des autres et savent s’inscrire en continuité avec les précédentes ou leurs contemporaines, notamment par les concerts qu’elles organisent, mais aussi les compositions, styles, ou hommages qu’elles rendent. Pour des biographies d’une demi-page à une page, c’est quand même beaucoup d’information qui est communiquée.

J’ai trouvé aussi intéressant de noter que plusieurs compositrices noires furent des élèves de Nadia Boulanger (au moins dès 1931 avec Nora Douglas Holt) ce qui nuance pas mal ce que l’article dans Nadia Boulanger and Her World disait sur son rapport avec les communautés afro-américaines par rapport aux étudiant·es internationaux (surtout les hommes étaient dépeints dans le livre). On note quand même 5 compositrices afro-américaines (sur une cinquantaine de compositrices ) qui ont étudié sous son égide y compris une gagnante du grand prix Boulanger quelque part entre 1951 et 1954.)

La seule immense déception ne vient pas de l’essai, mais des recherches que je faisais tout en lisant l’anthologie. Beaucoup des artistes n’avaient pas une seule composition sur Internet (des fois, avec juste 5 résultats sur Google et simplement dans des listes), et on parle de grande compositrice comme Avril Gwendolyn Coleridge-Taylor dont je n’ai réussi à retrouver aucune partition et une seule vidéo de 5 minutes alors qu’elle a immensément composer et qu’elle était la fille d’un très grand compositeur (Samuel Coleridge-Taylor) qui, lui, ne manque pas d’être partout! Je lisais et je cherchais des biographies ou des partitions et je dois avouer avoir noté beaucoup trop de noms de compositrices dont je ne pourrais pas en apprendre ou en écouter davantage. 28 ans plus tard, même avec l’arrivé d’Internet et de WorldCat, ce n’est pas nécessairement plus simple de les découvrir malgré leurs immenses réalisations, mais c’est malheureusement trop souvent le cas encore dans l’histoire des femmes. C’est pour ça qu’on ne peut qu’essayer de pousser ce genre d’essai, qu’on aimerait beaucoup dire qu’il date, mais qui n’ont finalement jamais accumulé un gramme de poussière tant ils sont encore pertinents aujourd’hui et dont le travail n’a pas été continué depuis [je note tout de même que j’ai fait des recherches de base sur la question, peut-être existe-t-il des sites web et des livres consacrés à la question, mais je ne les trouve pas super facilement].

She Called Me Woman (2018, Collectif)

Une montagne russe d’émotions en lisant ce livre de témoignages de femmes nigérianes queer.
[Par queer, l’ouvrage entend la diversité des expériences des femmes qui en aiment d’autres, des lesbiennes aux genderfuck, en passant par les femmes queer, trans, butch, femme, tomboy, bisexuelles, etc.]

On a vraiment des témoignages de toutes sortes: des témoignages émouvants, qui donnent de l’espoir, heureux, qui finissent bien, mais aussi des témoignages tragiques, de violences (toutes les violences), d’abus, de peurs, de placards, etc. Dans ce qui est considéré comme un des pires pays en ce qui a trait aux droits LGBPT2QIA (notamment avec la loi qui prévoit une dizaine d’années de prison pour les homosexuel·les, sans compter les nombreux meurtres), ces témoignages offrent un portrait qui sort des statistiques nationales pour parler du quotidien des femmes qui le vivent, parfois très mal, mais souvent avec un grand bonheur d’aimer d’autres femmes.

Les témoignages sont des transcriptions orales anonymes. On sent parfois les questions qui sont posées par les éditrices une fois qu’on a lu une dizaine d’entrevue (genre: famille, religion, quand les premières fois, parcours, maintenant), mais le récit reste toujours très fluide à l’exception de deux, trois témoignages qui sont un peu plus fragmentés.

Je dois avouer que laisser la parole à celles qui le vivent dépoussière pas mal de préjugés que je pouvais avoir sur les droits des personnes LGBPT2QIA au Nigéria, souvent résultant de la propagande politique ou journalistique du pays ou encore d’organisations qui ne semblent pas toujours connaître la réalité du terrain. On y découvre des communautés queer vivantes, surtout dans certaines villes et certaines universités, mais aussi beaucoup de réseaux d’ami·es et l’importance des réseaux sociaux.
Tous les témoignages semblent, lorsqu’elles croient en un Dieu ou une religion, ne faire aucun cas du rapport conflictuel qui pourrait y émerger entre la religion et l’homosexualité, souvent dans une perspective où: Dieu m’a créé ainsi pour une raison et je n’ai pas à me renier ; ou encore: seul Dieu me jugera (toi aussi tu pêches, moi aussi je pêche, mais ce n’est pas à toi de porter jugement).

On parle évidemment aussi beaucoup de la famille, qui renie ou qui accepte, qui peut être de la pire violence à un refuge pour ces femmes. On parle aussi de mariage, pour passer inaperçu, pour ne pas risquer le rejet social, qui empêche des relations ou qui ne durent souvent jamais longtemps . On parle aussi énormément de violences, des avertissements sont placés en début de presque chaque témoignage puisqu’elles sont réelles et très difficiles à lire. La seule parole qui semble échapper au recueil serait celles de femmes prisonnières, mais on comprend aussi pourquoi c’est un peu impossible de les écouter.

Je pense que ce livre devrait être dans les témoignages importants à lire, pour toute personne qui désire lutter pour les droits qui ont trait à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre, pour toutes les personnes qui voudrait parler des réalités LGBTQ* du Nigéria. Après avoir lu Under the Udala Trees l’année dernière (le roman est d’ailleurs cité par une des femmes témoignant), je ne peux que réaliser encore plus la force de ce roman, son réalisme, son analyse tellement fine des réalités nigérianes avec ses religions toujours en conflit (musulmans et catholiques) et ses peuples aussi (Igbo, Hausa, Fulani, Yoruba surtout).

Un livre extrêmement touchant, brutal, choquant, qui fait autant pleurer de tristesse que de joie.

Femmes et littérature. Une histoire culturelle, tome 1 (2020, Collectif)

Aucun parcours de baccalauréat en littératures de langue française ne devrait pouvoir être complet sans avoir lu cette essai qui trace l’histoire et les fil(l)iations des littératures des femmes françaises. Il n’y avait aucun essai paru, à ma connaissance, aussi magistral et exhaustif que Histoire du féminisme français. Du moyen age a nos jours de Maïté Albistur et Daniel Armogathe (1977) et Femmes et littérature parvient à effectuer ce travail immense de présentation, de vulgarisation, d’explication, d’exposition de réseaux, de statistiques, de découverte (pour le lectorat), etc. avec toutes les avancées et découvertes effectuées depuis presque 50 ans maintenant.

Super complet et intéressant, un essai qui ne donne envie que d’en lire encore davantage (je dois avoir commandé une dizaine de livres suite à cette lecture et j’en aurais probablement noté davantage si je n’avais pas déjà suivi de nombreux cours consacrées aux femmes au Moyen-Âge et à la Renaissance).

Sinister Wisdom 118 ; 45 Years Tribute to the Lesbian Herstory Archives (2019, Collectif)

Une anthologie de court textes rendant admiration au centre d’archives lesbienne Lesbian Herstory Archives (LHA) de différentes manières: certains textes abordent leur première découverte du lieu, d’autres sur comment il a changé leurs vies, comment elles se sont impliquées à travers ce projet, des échanges de correspondance sur la LHA et même quelques poèmes dans l’anthologie!!

Ces textes traversent plusieurs générations et lesbiennes toutes très différentes et comment le projet d’archive les a traversées à différents moments de leur vie, quelles sont les découvertes qui y ont été faites (en terme d’archives, de textes, d’histoirE, de personnes ou même d’amours!) et c’est vraiment émouvant de lire ces textes et l’impact immense que ce centre a eu dans la vie de tant de personnes.

Les textes présentent aussi, souvent à travers leurs fondatrices, un peu la mission de la LHA, ses objectifs, ses ressources, ses personnalités, son influence et évidemment sa nécessité.

Une manière vraiment très belle et unique de découvrir ces archives à travers les personnes qui ont vécues ces transformations et ses évolutions de très près et qui ont contribué à les bâtir au court de ces 45 ans. Un must pour tous les fans d’archives et les membres des divers communautés LGBPT2QIA. 

Fictions et romans

Ru (2009) par Kim Thúy

J’ai pris le livre en me disant que je n’aimerais pas nécessairement: l’écriture en fragments ne m’a jamais interpellé et la déchronologie et le genre auto-fictionnel du récit allait simplement m’achever (en plus, je viens juste d’écouter un livre audio qui a ces mêmes ressorts). J’en sors toutefois à l’opposé de mon horizon d’attente et j’y ai trouvé un merveilleux récit avec des figures de styles fortes et percutantes, empli d’une grande compassion et d’une immense bonté dans son regard sur le monde malgré les horreurs qu’elle aura vues et subites (elle a quitté à 10 ans le Vietnam communiste avant d’atterrir au Québec.

Je crois, vu les grands écarts entre la réaction de lecture que j’ai pu constater et qui m’a certainement fait hésiter avant de lire du Kim Thúy, que c’est parce que ce récit est fondamentalement un texte qui sollicite beaucoup l’émotion pour sa lecture malgré un style omniprésent qui demande constamment des arrêts de lecture pour s’attarder à la force des images évoquées ; bref, la lecture demande quand même beaucoup à la fois.

Même si je ne suis pas une personne friande des récits familiaux, je suis vraiment tombé sous le charme de l’écriture de Thúy et vais clairement continuer à la lire.

Bonus de lecture: c’est vraiment le type de livre ID-É-AL pour le métro.

Drames audio

Torchwood: Fall to Earth (2015) par James Goss

Un épisode en huis clos tout simplement incroyable et époustouflante. À la fin de l’écoute, on est littéralement en pleure tellement les deux acteurs sont investis et la tension narrative est immense. Alors que Ianto est pris dans une navette à la dérive, son seul lien, et espoir, est une téléphoniste, Zeynep, qui tente de lui vendre des assurances et cette communication par téléphone est un moteur narratif immense et qui est utilisé à son plein potentiel, des mises en attentes à la confusion de ne pas se voir en personne, la narration et l’utilisation de ce motif est brillant.

Alternant entre l’humour et le drame, les revirements de situation (qui est le ou la protagoniste en danger notamment), cet épisode nous attrape émotivement et il est impossible de détourner l’oreille. La fin est tout simplement superbe.

Définitivement un des meilleurs audio de Big Finish Productions. Je vais clairement essayer de le ré-écouter dans quelques années (et ce n’est pas dans mes habitudes de relire ou réécouter!).

Torchwood: Torchwood_cascade_CDRIP.tor (2017) par Scott Handcock

Les drames audio Torchwood de Big Finish sont vraiment à leur meilleur lorsqu’il y a une tentative d’expérimentation sur la forme et le fond (avec un métadiscours, c’est la cerise sur le gâteau), Torchwood: Fall to Earth vient en tête avec l’utilisation de l’appel téléphone pour créer un huit-clos entre deux personnes, à distance, qui se communiquent de l’information.

Avec torchwood_cascade_CDRIP.tor on utilise le médium d’un fichier corrompu pour véhiculer une histoire ; histoire elle-même fragmentée (légèrement, on n’a pas affaire à une histoire complètement dé-chronologisée) et corrompue. Le travail d’ingénérie du son exploite toutes les ressources à sa portée: ralentissement, saccade, répétition, augmentation/diminution du volume, bruits perçants, prolepse/analepse, jeu sur les nuances, etc. Il y a a souvent des jeux sur la musique d’introduction et de conclusion dans cette série (TRÈS apprécié), les effets sonores n’y échappent pas ici, mais je trouve qui il y a une reconfiguration musicale très réussie et intéressante à entendre. Les effets ont aussi été très bien incorporé au point où bien que je savais que l’épisode jouais sur ces éléments, je ne pouvais m’empêcher d’angoisser à l’idée que c’était mon lecteur DC qui me jouait des tours (et il le fait parfois et étonnamment, il ne semble pas avoir planté avec cette lecture!).

L’histoire arrive à passer d’un impression de métadiscours (« stop listening ») à l’intégration de celui-ci dans la trame narrative (les bouts sur le piratage sont particulièrement amusant quand on a les deux discours en tête!) L’épisode est vraiment aussi très talentueux puisque les avertissements qui veulent nous empêcher de l’écouter ne fait que renforcer notre volonté de l’entendre. [Parmi d’autres commentaires méta-narratif, on a à la toute fin un MAGNIFIQUE glissement vers le « coming soon » auquel je ne m’attendais pas et qui m’a vraiment ravi.]

Sinon, au niveau de l’histoire en temps que telle, elle était définitivement bien racontée, superbement inscrite à au moins deux niveaux de chronologie de Torchwood (et de manière intelligente et qui font du sens pour l’intrigue et le canon en général). Le changement de la relation d’affection qu’a habituellement Toshiko entre elle et Stephen (souligné dans les commentaires de fin) était quand même très crédible et c’était super d’enfin entre Toshiko être dans cette autre position (autrement que dans l’épisode Adam qui ne faisait qu’une inversion de rôle au final).

Bref, un épisode très agréable à entendre (certains commentaires sur des sites de critique disent que les effets sonores sont gênants, je suis au contraire ravi· qu’ils le soient, qu’ils nous gênent et nous donnent de l’inconforts, un demi-effet ou une impression de… n’aurait pas donné un résultat aussi vivant), très riche au niveau de l’histoire et de son inscription et dont le potentiel de réécoute est quand même aussi assez grand.

Science-fiction et Fantasy

Maplecroft (2014) par Cherie Priest

De l’horreur cosmique comme on en voit rarement et avec une grande attention portée aux types de narration et d’explications des phénomènes.

Les récits des différents protagonistes sont tous portés par un genre différent: épistolaire, journal, narration à la première personne, rapport, article de journal… (parfois, plus d’un genre est utilisé) ce qui amène des voix uniques aux personnages et aux récits et des points de vue perpendiculaires sur certains événements. Combiné à l’horreur, ces genres permettent de mettre en valeur certaines explications plutôt que d’autres: amour, science, mythe, etc. pour expliquer les phénomènes autour de la ville de Fall River.

Cette hésitation sur la nature exacte des phénomènes (magiques, scientifiques, mythiques, une créature toute-puissante, des mutations, l’évolution, la possession, etc. ou même des mélanges de ceux-ci) rendait ce roman tout particulièrement vis à vis des genre de l’horreur et du fantastique de par les interrogations constantes sur la nature des phénomènes qui entoure les sœurs Borden et dont chaque protagoniste a ses pistes privilégiées. Cette absence totale d’explication est certainement une indication qui laisse à son lectorat la porte complètement ouverte à une ou des interprétations des éléments du récit.

Finalement, si je n’avais pas fait une petite recherche sur Internet après ma lecture, je n’aurais jamais découvert qu’il s’agit d’un roman inspiré de faits réels autour de la personne de Lizzie Borden, une américaine soupçonnée, mais acquittée, d’avoir tué ses parents à la hache. Il est intéressant de voir que certaines des interprétations des causes derrière la possibilité des meurtres était l’hypothèse de la découverte d’une relation lesbienne par ses parents (conservée dans le roman). Une autre hypothèse émise était un abus physique et/ou sexuel de son père qui, bien que pas émis dans ces termes dans Maplecroft, est tout de même abordé de front sous un angle légèrement différent en gardant en tête l’idée d’horreur cosmique du roman.

Bref, un roman intéressant à lire sous beaucoup de prisme, la découverte de l’inspiration d’un fait réel n’était que la cerise sur le gâteau! Le deuxième volume, Chapelwood, est aussi intéressant et aborde un renversement de l’horreur cosmique du côté des nationalistes blancs, des fascistes et des racistes alors que ses origines lovecraftiennes avaient plutôt tendances à être justement à l’opposé de ce récit (lié à une soi-disant dégénérescence raciale plutôt qu’à la pureté dogmatique et la recherche de la perfection comme dans ce roman).

The Future of Another Timeline (2019) par Annalee Newitz

Un livre de SF fascinant, combatif, plein d’idées intéressantes, qui ne prend pas les solutions faciles aux problèmes pour résoudre ses intrigues, plein de questionnements sur les mouvements sociaux et ce qui crée le changement dans le monde. Ça fait 4 ans que je planifiais d’écrire un livre sur des féministes qui voyagent dans le temps pour empêcher des masculinistes qui veulent ré-écrire l’histoire, je n’ai plus à le faire maintenant vu que ça été fait ici et 1 000 fois mieux que je l’aurais jamais fait avec un méchant central parfait pour le récit.

La recherche historique est fantastique et supporte le reste de l’intrigue avec des bases extrêmement solides, réalistes et qui permet à la fois des découvertes historiques, mais aussi de créer une narration impeccable et fascinante. Un roman rempli de bonnes idées partout, à chaque tour et détour, un triomphe sur le méchant principal tourné sur le ridicule qui donne lieu à une scène in-croyable, des enjeux personnels attachants et tragiques, des figures historiques oubliées mises de l’avant, des personnages queer à travers l’histoire, etc.

The Hole in the Moon and Other Tales by Margaret St. Clair (2019 bien que les nouvelles datent du milieu du XXème siècle) par Margaret St. Clair

Une autrice vraiment remarquable dont j’apprécie maintenant les nouvelles après avoir adoré le roman Sign of the Labrys. Ces nouvelles sont toutes très différentes, mais s’inscrivant définitivement dans un certain genre de « weird », de fantastique et de science-fiction en traitant de différents sujets de manière assez novatrice pour le genre et l’époque, notamment toutes ses questions autour de la sexualité, des droits des femmes, de l’intelligence, de cruauté envers les enfants, etc.

Son approche littéraire face à l’écriture des nouvelles est aussi remarquable: un récit à la deuxième personne, des constructions d’univers entiers en quelques pages qui nous présente toute une fiction en seulement une dizaine de page, un riche vocabulaire, des méta-réflexions, etc. Certes, j’ai deviné la fin de certaines nouvelles avant d’en arriver au bout (certaines idées sont quand même prévisibles), mais le voyage pour y arriver ne gâche pas du tout le récit puisqu’il y a plein d’autres éléments intéressants à regarder.

Avec ce recueil, Margaret St. Clair se catapulte définitivement dans mes autrices préférées, c’est exactement le genre de nouvelles que j’aime lire, une grande écriture et des récits weird à souhaits, c’est une tragédie de ne pas avoir plus accès que ça à ses écrits aujourd’hui (il semble avoir une autre anthologie de nouvelles que je vais me procurer, mais à part ce recueil et le Sign of the Labrys, ça semble être vraiment tout), ni qu’elle soit plus connue que ça aujourd’hui. J’imagine que c’est quelque chose qui devra changer dans les prochaines années!

Bandes dessinées et mangas

Les enquêtes de Sgoubidou (2020) par Cathon

Meilleure BD comique de l’année. De très très loin. C’est hilarant d’un bout à l’autre. Je ne peux honnêtement pas en demander plus à la littérature, mais j’en veux encore plus, toujours plus, toujours toujours toujours plus.

C’est vraiment un bijou unique.

La décalogie Descending Stories: Showa Genroku Rakugo Shinju (2010-2016) par Haruko Kumota

Une série vraiment exceptionnelle de manga qui travers près de 4 générations de conteurs de Rakugo dans un long récit tournant surtout autour de Bon (c’est tout de même avec son enfance qu’on débute et sa mort qu’on finit), mais donc chaque génération avant et après est observée avec une immense rigueur et dont on finit toujours par s’attacher.

Dès le premier volume, je suis déjà fasciné· par ce manga dont j’ai vu l’adaptation en anime avant de les lire et je n’ai pas cessé d’admirer la narration et les mises en scène et en abîme. Le manga a aussi l’énorme mérite de permettre une beaucoup plus grande compréhension des termes du rakugo, plusieurs choses semblaient m’avoir complètement échappé dans l’adaptation animée.

Les dessins des protagonistes en train de jouer sont vraiment sublime et le style de l’autrice réussit vraiment à montrer cette incarnation de personnage, tout en gardant l’essence des traits physiques des protagonistes. Superbes idées de mise en scène et de dessin.

La richesse des personnages vient entre-autre de leur complexité, ni bon, ni mauvais, parfois horrible, c’est notamment le cas du personnage principal qui oscille grandement dans ses attitudes et est souvent capable de cruauté autant que Miyokichi et comment ses comportements sont légués à Konatsu par ses parents biologiques et adoptifs et desquels elle (ainsi que Bon) ne se sauveront que grâce à l’amour et l’affection de Yotaro qui s’immiscera dans leurs vies.

J’apprécie beaucoup, à cet égard, le développement du personne de Konatsu où le fait d’être née femme et la restriction à l’accès au rakugo est montré d’emblée comme un problème (contrairement à l’adaptation), un obstacle, une frustration, un enjeu de discrimination, un enjeu narratif ainsi que la solution pour la vengeance envers Yakumo qu’elle prépare, mais une vengeance au final impossible.

Si ce n’était seulement que de la complexité des personnages et de leurs arcs de vie, ce serait déjà vraiment fascinant, mais il y a toute une présentation incroyable des traditions du Rakugo, art dont je ne connaissais vraiment avant de découvrir la série et par lequel je suis maintenant fasciné (même si je ne pourrais jamais en apprécier une performance ne comprenant pas le japonais). Il y a des très nombreux détails, des présentations de différentes traditions, les stratégies d’adaptation à travers les époques, les ressorts utilisés, etc. Les dessins et les polices de caractère unique rend presque vivant cette tradition orale dans un médium dessiné et écrit!! C’est définitivement une exploration à faire et qui n’est vraiment pas académique ou carré, elle s’inscrit fluidement à travers le récit général (et on a des appendices dessinés à la fin de chaque volume qui peuvent enrichir encore plus au besoin).

C’est aussi un récit définitivement féministe à sa manière. Tout le parcours que Konatsu aura à faire durant sa vie pour pouvoir performer le rakugo est un combat qui lui aura pris toute sa vie. Du refus de l’institution, au refus de maître à la prendre comme apprentie, à ses propres barrières qu’elle a intégré de la société, l’absence de corpus de rakugo pour les femmes, des immenses attentes qu’elle place sur elle-même et des attentes sociales. Il lui aura fallu une vie complète (et un allié incroyable) pour passer par dessus toutes ces réticences et barrières!

C’est un récit qui parle de changement, parfois de seconde chance, qui sans minimiser les actes passés commis, propose des pistes de solutions, d’améliorations, de nouvelles voies possible. C’est le cas pour Yotaro, Bon et Miyokichi qui voient tous les trois avoir une sorte de rédemption à différents moments de leur vie (ou de leur mort dépendant…). La réalisation de Miyokichi lorsqu’elle s’explique est particulièrement frappante et touchante, le dessin est juste parfait à ce moment: une femme aux cheveux noirs qui est présentée devant un décor blanc, le dessin où elle commence « I wish I’d been kinder… To you too, to everyone. » voit le décor arrière complètement noir et ses cheveux devenir blanc comme une inversion de couleur le temps d’une case (avant de revenir aux couleurs habituelles), mais dont la coloration des cheveux indiquent clairement aussi la sagesse acquise depuis. Cette demi-page à elle seul est magistrale et m’a complètement subjugué de par sa justesse dans son élaboration et son style.

On pourrait écrire plusieurs essais complets je crois sur cette série, elle est incroyable, super bien dessinée, remplis de joie, de rires et de tristesse. On suit des personnages complexes, qui grandissent, qui échouent, qui triomphent, qui changent aussi, souvent pour le mieux. C’est une « comédie humaine » de quatre générations de conteurs et conteuses en manga qui est à la fois une célébration de l’art du rakugo, de ses traditions, mais aussi de ses adaptations et des personnes qui le portent jusqu’à aujourd’hui. Une des meilleurs série que j’ai lu dans ma vie.

Wonder Woman: The Once and Future Story (1998) par Trina Robbins et Colleen Doran [ouvrage épuisé]

The Once and Future Story est ce qu’un comic de super-héro·ïne devrait aspirer à être. Raconté sous la forme de deux récits parallèles qui informent la narration de l’autre récit (le récit primaire par l’autrice Trina Robbins, le récit « secondaire » par Wonder Woman), la narration aborde les thèmes de la violence envers les femmes et celle dite « domestique » et d’esclavage sexuel depuis l’antiquité à aujourd’hui à l’aide de deux récits tragiques qui tentent d’expliquer pourquoi certaines femmes restent avec leur abuseur. C’est définitivement un récit dur sur le moral (surtout à lire depuis une semaine au Québec) et qui vient chercher les émotions de son lectorat.

Le récit primaire explore une découverte de tablette archéologique par une équipe en Irlande et l’arrivée de Wonder Woman chargée de traduire celle-ci du grec ancien. Le récit s’étire sur plusieurs jours et pendant ce temps, la super-héroïne remarque la violence infligée sur une des archéologues par son mari et se retrouve impuissante à agir à la demande de la femme battue de ne pas intervenir ce que la protagoniste n’arrive pas à comprendre.

Le second récit imagine une Alcippé (ce n’est pas clair exactement laquelle dans la mythologie grecque, mais le flou est assez intentionnel je pense) provenant d’une société matriarcale (différente de Themyscira) forcée de se marier à Thésée suite à sa défaite. Sa fille, Artémis d’Éphèse tente de se porter à son secours pour la délivrer de ce mariage forcé et de la violence qu’elle subit aux mains de Thésée.

Les deux récits mettront en scène des femmes qui restent avec leur mari plus ou moins malgré elle. Je pense que la quatrième de couverture explicite beaucoup mieux le problème au centre des narrations: « There are so many reasons why women stay in abusive relationships. Maybe she feels sorry for him, or thinks she can help him. Or maybe he really has her convinced it’s all her fault! ».

L’édition est complète avec une liste de ressources contre les violences à la fin. C’est vraiment juste désespérant de trouver une telle BD épuisée de nos jours alors qu’elle devrait clairement être parmi les classiques du genre et constamment ré-imprimée surtout avec une autrice connue comme Trina Robbins.

Un des meilleurs comic de super-héro·ïne que j’ai eu l’occasion de lire, de loin. L’échange entre les trames narratives, la mythologie, la narration, les thèmes abordés, tout est réussi.

Mes coups de cœur musicaux découverts en 2020

Un aperçu de mes découvertes musicales préférées en 2020. Il ne s’agit pas uniquement de compositions publiées cette année là, mais vraiment de celles que j’ai entendu pour la première fois en 2020. Il n’y a pas d’ordre quelconque à cette présentation. Je les ai tous regroupés dans une même liste de lecture YouTube au besoin.

Chiquinha GonzagaSuspiro
(1847-1935) compositrice brésilienne et pianiste, première femme chef d’orchestre du Brésil, je comprends mal comment je n’en ai jamais entendu parler avant cette année.

Beatrice OhanessianHamuraby

Vivir Quintana – Canción sin miedo
Dans un registre plus militant, mais qui vient me chercher à chaque écoute.

Florence Beatrice Price – Symphonie n ° 1 en mi mineur
Il y a quatre mouvements donc ça vaut la peine de tous les écouter: Premier mouvement / Deuxième mouvement / Troisième mouvement / Quatrième mouvement.
Une compositrice que j’ai découvert l’année dernière et qui s’est hissée parmi mes favori·es.

Ayanna Witter-Johnson – Mento Mood (Interprété par le Ligeti Quartet)

Helena MunktellBränningar

Mary D. WatkinsSoul of Remembrance

Hildegard von Blingin’ – Oeuvre complète

L’artiste derrière la chaîne YouTube Hildegard von Blingin’ qui reprend des musiques pop dans le style bardcore

Minseo (interprétation) – Happiness of Love
Une chanson en fond d’un court métrage de la série Persona.

En cherchant un peu les autres chansons de l’artiste, j’ai aussi apprécié sa reprise de Dear Moon (composé par IU).

Dalit Hadass Warshaw« Transformations » for Theremin and String Quartet
Une composition dont je ne pensais pas être fan et qui m’a agréablement surpris

Sarah and the Safe Word – The Louisville Shuffle (RIP)
Une autre chanson très loin des styles musicaux que j’écoute habituellement, mais qui m’a accroché au niveau musical avec un petit récit cool pour ce qui est du vidéoclip.

Mes coups de cœur lus en 2019

Un aperçu de mes livres préférés que j’ai lu en 2019. Il ne s’agit pas uniquement d’ouvrages publiés cette année là. Un lien vers la boutique en ligne de l’Euguélionne, librairie féministe est disponible pour les ouvrages. Ils sont présentés par genre (Essais, Romans, SFF, BDs et mangas et des ouvrages qui m’ont très agréablement surpris), mais pas dans un ordre quelconque.

Essais

La boîte noire (2019) par Ito Shiori

Un essai très très difficile à lire puisque la majorité des pages portent sur son expérience personnelle face à une agression sexuelle dont elle a été victime alors qu’elle était inconsciente (drogue du viol), mais aussi absolument toutes les démarches possibles et imaginables qu’elle a entrepris pour tenter d’accuser son agresseur qui ont toutes été vaines au niveau des enquêtes judiciaires et policières (moins toutefois dans le milieu journaliste malgré des pressions de l’entourage du premier ministre japonais).

Il faut prendre des pauses parce qu’elle revient souvent sur des détails de son agression, la violence des témoignages qu’elle doit dire et répéter sans cesse et l’enquête qu’elle finie par elle-même mener puisque la police ne fait rien (des pressions de supérieurs ont étouffé le dossier). C’est aussi difficile parce qu’elle parle de sa famille, de ses ami·es, d’autres victimes de viol, des problèmes que ça a causé, de son SSPT, de sa perte de cheveux, des séjours à l’hôpital parfois qui ont aussi fait suite au viol.

Le mémoire/essai réussit toutefois à partir de son expérience pour montrer à quel point les agressions sexuelles ne sont pas prises au sérieux, bien recensés, ni ayant les ressources nécessaires pour les combattre (policière, judiciaire, hospitalière, journalistique, humaine, etc.) au Japon (dans la majorité des autres pays aussi). Elle parle de son combat personnel contre plusieurs institutions japonaises (dont elle est autrement très fière), mais à travers cette lutte, on voit comment elle dénonce l’organisation implicite de ces structures qui finissent pas défendre l’agresseur dans tous les cas sauf si le viol n’est pas situé dans une boîte noire (c’est à dire qu’il y a un·e autre témoin du viol) ou que la victime à moins de 13 ans. De nombreuses preuves à l’appui étayent son argumentation.

Ito Shiori étant journaliste, le livre est aussi écrit comme une enquête sur elle-même ce qui montre définitivement à quel point le travail des médias japonais (en grande partie) n’a pas été fait, mais aussi la surabondance de preuves qui auraient dû mener à la condamnation du violeur qui n’est jamais arrivée malgré toutes les démarches (et je dis bien TOUTES) prises par Shiori pour tenter de connaître la vérité et de réformer les pratiques.

On ne peut qu’être admiratif de l’immense travail accomplie par l’autrice, non seulement pour l’enquête, les témoignages recueillis, l’accumulation de preuves, toutes les démarches entreprises, mais même, tout simplement, pour le travail émotionnel que ça lui a pris malgré l’absence de justice au final. Elle avait tout un système ligué (in-volontairement ou non) contre elle, mais elle s’est battue jusqu’à épuiser toutes ses ressources pour faire connaître l’histoire et exposer les failles du système. Pour une histoire qui la touche aussi personnellement que ça, c’est un investissement émotionnel absolument indescriptible et je ne peux que trop fortement souhaiter, comme l’autrice, que ça n’arrive à personne d’autre.

Je déconseille la lecture à toute personne qui ne peut pas vraiment lire de témoignage très détaillé de viol, absolument tous les détails y sont présents. À lire par tous les allié·es cependant, c’est un ouvrage pertinent pour soutenir les personnes agressées dans leurs démarches et comprendre ce qui peut arriver suite au viol et les besoins qui peuvent être nécessités. Le récit se passe au Japon, mais l’autrice démontre très bien qu’aux États-Unis et dans plein d’autres pays de telles violences peuvent se produire, il ne faut donc pas prendre ce livre comme un témoignage tout particulièrement japonais (si ce n’est la structure et les lois japonaises qui diffèrent), mais bien comme un ouvrage universel sur la question du viol.

Je tiens aussi à souligner l’intérêt grandissant que j’ai pour les éditions Picquier qui ne m’ont jamais encore offert de lectures décevantes et dont je trouve toujours les traductions (du japonais) d’une grande qualité.

Françoise d’Eaubonne et l’écoféminisme (2019) par Caroline Goldblum

Évidemment, personne ne sera surpris de le retrouver dans cette liste.

Un essai (d’une soixante-dizaine de pages, le reste est des extraits de textes) d’une grande pertinence et nécessité. Un très bon aperçu, surtout historique, mais aussi littéraire, des liens entre la créatrice du néologisme écoféminisme Françoise d’Eaubonne et les différents essais et textes qu’elle a écrit sur le sujet ainsi que les actions (parfois illégale) écoféministes qu’elle a entreprise, parfois seule, parfois en groupe.

Cet essai résumé très bien la pensée écoféministe de Françoise d’Eaubonne, en quoi elle se distingue d’un néo-malthusianisme ou d’un essentialisme (accusation trop souvent lancée à tort à l’égard de l’écoféminisme).

Françoise d’Eaubonne étant mon écrivaine préférée au monde et ayant écrit un mémoire sur un des ses livres, je n’ai toutefois rien à ajouter après cette démonstration, preuve, s’il en fallait vraiment une, qu’elle est absolument réussie. Un ouvrage parfait pour découvrir la grande autrice et sa pensée écoféministe.

 

Nègres noirs, nègres blancs : Race, sexe et politique dans les années 1960 à Montréal (2015) par Caroline Goldblum

Un livre d’histoire que j’aurais vraiment immensément apprécié lire plus tôt puisque, en plus d’être un livre d’histoire en soi, il aborde une panoplie de sujets (l’appropriation du terme de nègre par les québécois·es (« nègres blancs d’Amérique »), par le mouvement des femmes; les liens entre le mouvement indépendantiste québécois et les milieux séparatistes noirs aux États-Unis, les même critiques que je faisais du livre sur l’esclave de Marcel Trudel!! Deux siècles d’esclavage au Québec, comment les québécois se réclament d’une identité de victime des canadiens anglais sans observer leur impact sur les premières nations, la surveillance des communautés afro-québécoises, etc.) dont je discute à l’occasion avec plusieurs personnes.

L’essai s’attarde surtout à analyser la période autour du Congrès des écrivains noirs en octobre 1968, un peu avant, un peu après, beaucoup pendant, parlent des figurent américaines, caribéenne, québécoises influentes (et ne néglige pas du tout l’apport des femmes comme tant d’autres bouquins sur les mêmes sujets et possède définitivement un aspect féministe à plusieurs égards dans son écriture de l’histoire!). L’essai s’attarde aussi au milieu culturel et intellectuel blancs (notamment en ce qui à trait à la soi-disante négritude blanche), les médias et les actions de surveillance et de perturbation de cet événement par la GRC.

Non seulement cet essai donne un contexte beaucoup plus large et précis de ce que je crois savoir , mais apporte aussi beaucoup d’eau au moulin argumentatif et a certainement ré-orienté certaines de mes opinions vis-à-vis certains sujets et m’amène à me poser plein de nouvelles questions tout en connaissant davantage la communauté afro-montréalaise et cet événement que trop rarement évoqué, mais immensément important, dans l’histoire du Québec.

Fictions et romans

Eremo : chroniques du désert, 1939-1945 (2019) par Louky Bersianik

Après Permafrost, Eremo (qui signifie désert) poursuit les récits d’inenfances de Sylvanie Penn dans un nouveau pensionnat presqu’aussi dépourvu d’amour que dans Permafrost. Les critiques de l’institution catholique se poursuivent, ainsi que les nombreuses réflexions sur la langue (dont l’absence de féminin pour le mot vainqueur), tandis que les mythes (Squonk) et Sperenza (la narratrice plus âgée) s’efface progressivement à mesure que Sylvanie grandit et qu’elle se construit un nouveau monde bien à elle.

Tu sais que tu vas lire un super livre quand tu as une note des éditrices avant le texte soulignant l’importance de Bersianik pour la littérature.

Je dois avouer avoir préféré Eremo à Permafrost qui m’a semblé beaucoup plus aisé à comprendre notamment parce que les références sont surtout faites vis-à-vis du premier tome plutôt que dans son univers plus large dont les livres ne sont malheureusement pas encore tous publiés.
On y retrouve toutefois l’humour propre à l’enfance, mais aussi sur les mots, que ce soit au premier degré (comme son frère Plum-Pudding, la sœur Sado, la sœur Maso) ou au second comme les verres incassables Duralex qui font écho à l’expression latine « dura lex sed lex ». Les citations latines et grecques sont toutefois expliquées à l’intérieur de la narration même ce qui permet à tout le monde de les apprécier ce qui est un gros plus (ce qui est quand même rare dans les livres, à peine voit-on parfois des notes de bas de pages les expliquant).

Même si Eremo peut se lire indépendamment du reste de son oeuvre, je recommande toutefois la lecture de Permafrost pour comprendre mieux le rôle de Sperenza, du Squonk (bien qu’on reproduit sa légende en début d’ouvrage), mais aussi l’évolution de la protagoniste dans les pensionnats.

Un roman qui, je l’espère, trouvera sa place avec les classiques de la littérature québécoise; il en a définitivement tous les mérites.

L’aimée : une femme m’apparut (2019, première parution en 1904) par Renée Vivien

Chaque chapitre est presqu’un poème en prose, chaque mot, chaque fleur est symbole. On retrouve les traditionnelles fleurs de Séléné, les violettes, l’inspiration Psapphique, les digitales et la lumière qui compose les poèmes de Renée Vivien, mélangé avec d’étranges amours passionnées et tristesse. Un désir de liberté total, s’affranchir du mâle et de l’attention grâce à l’amour, la passion, la musique, la beauté et l’admiration de l’autre.

Il n’y a évidemment aucun texte de Renée Vivien que je n’aime pas, c’est après trop longtemps que je découvre enfin L’aimée (ou Lorély ou Une femme m’apparut) et aucune déception, que de l’admiration, que de beauté, que de précision et que de clins d’œil à sa propre poésie, à Psappha, mais aussi à la poésie et à la musique.

Merci tant à l’éditrice d’enfin faire revivre ces textes qui n’aurait jamais dû échappé à la l’impression durant toutes ces années. La collection Les Plumées vient dépoussiérer enfin ce vieux canon masculin et L’aimée ouvre magnifiquement cette collection avec une histoire d’amours lesbiennes, de désir, de rupture, de passion, de quête de soi, de recherches, de tristesse et d’amours encore.

Ça fait plus de deux ans que je conseille La Dame à la louve presque systématiquement en librairie pour toutes ces personnes qui m’ont fait confiance, mais L’aimée va maintenant devoir prendre sa place. Un peu comme les amantes de Lorély, les oeuvres de Renée Vivien doivent aller et venir, mais toujours être aimées et désirées.

Under the Udala Trees (2015) par Chinelo Okparanta

Un très beau roman autour d’une protagoniste lesbienne au Nigéria (le deuxième pays le plus religieux juste après le Ghana) dans un pays où il est non seulement illégal de l’être, mais les conséquences peuvent souvent aller jusqu’à la mort.

On suit la protagoniste depuis son enfance (durant la guerre du Biafra) et de ses amourettes lesbiennes de jeunesse jusqu’à l’âge adulte où elle est forcée de marier un homme, qui bien qu’il semble être pas mal moins religieux, voir athée, que ses congénères, est tout de même pris dans des performances sociales, des pressions, dont il a du mal à l’extraire et qui se répercutent évidemment dans la violence qu’il exerce sur notre protagoniste.

C’est une histoire, qui malgré ses nombreux moments difficiles, fini quand même du mieux qu’il peut au Nigéria (je dis ça sans divulgâcheur) ce qui est quand même très apprécié.

Je recommande fortement de lire/voir un peu sur la guerre du Biafra avant de commencer la lecture, l’autrice ne donne pas de repères à ce niveau et c’est assez pertinent dans la construction des personnages (et de votre culture général 😉 ) de connaître ces événements.

Je recommande aussi de connaître les différentes religions associées aux différentes ethnies nigérianes. Ça permet de comprendre les dynamiques sociales et attentes entre les différents personnages (les Igbos sont majoritairement chrétien, les Haoussas et Foulani musulmans, les Yoruba sont plus diversifiés, etc.). La connaissance du contexte politique et religieux nigérian, sans être nécessaire, permet toutefois de mieux comprendre et appréhender le roman.

Je comprends très bien son gain d’un prix Lambda, définitivement mérité au niveau de l’écriture et des thèmes abordés.

Science-fiction et Fantasy

Sign of the Labrys (2019) par Margaret St. Clair

Résumé en une phrase, ce livre serait un roman de science-fiction post-apocalyptique labyrinthique d’inspiration wiccan sur le LSD. Le protagoniste est un homme assez ordinaire pour la société où un démolisseur d’un niveau souterrain avec des aptitudes extra-sensorielles rendu plutôt misanthrope par les effets de l’apocalypse est ordinaire. Je vais m’arrêter là pour les listes interminables de description, mais ça vous donne une idée du type de roman que c’est.

Suite à la visite d’un agent du FBY (et son décès), notre protagoniste est lancé dans une quête à la recherche d’une femme, Despoina, dans les niveaux encore plus sous-terrains que le sien (en contexte, l’homme est situé au niveau sous-terrain E; il tentera d’atteindre le niveau H).

Dans sa quête, il se fera aider par Kyra, une femme mystérieuse qui le guidera à travers un étage (F) rempli d’expériences scientifiques étranges (incluant une machine projetant de la radiation à travers un mur pour une raison jamais expliquée), il se retrouvera après sur un étage réservé à l’élite (VIP) (étage G) ayant survécu à l’apocalypse, etc.

Sa quête va comprendre aussi des hallucinations, des rêves, des perceptions extra-sensorielles, des interactions avec de la technologie et de la magie, des humains/créatures parfois assez étrange.

Bref, un roman complètement éclaté et foisonnant dans un univers riche et labyrinthique à en s’y perdre. Un récit unique en son genre (après, je n’ai pas lu le reste de la fiction de l’autrice), je suis définitivement intrigué· à en lire davantage d’elle et bien que certaines questions restent non répondues, il était intéressant de voir le casse-tête narratif être assemblé.

Native Tongue (1984) par Suzette Haden Elgin

Le meilleur livre que j’ai lu cette année de très très très très loin (même s’il a été écrit en 1984)!!! D’une immense qualité littéraire, science-fictionnel et féministe!!! C’est tellement un des meilleurs livres au monde, clairement dans mon top 10 à vie maintenant. Merci 10 000 fois aux Feminist Press qui réédite cette trilogie aujourd’hui.

Je ne suis pas très porté· sur les dystopies pour plusieurs raisons, mais ce roman est à la fois une dystopie, mais une porte de sortie à l’intérieur d’un système patriarcal (et de ses nombreux boys’ club) et complètement corrompu (ça se passe dans un monde où les femmes n’ont plus le droit de vote ni des décisions, mais continuent de travailler et de faire le ménage le soir). L’intrigue tourne autour d’un groupe de linguistes qui peuvent parler un grand nombre de langues terrestres et extraterrestres et des femmes dans ce groupe qui, tout en étant opprimées (et abusées de 1 001 façons), commencent à construire un langage pour les femmes sous le nez des hommes et eux en ont toutes connaissances de causes, mais trouve que c’est tout simplement une vaine distraction de femmes sans conséquence (puisque les femmes sont considérées comme inférieur).

Je ne veux pas trop gâcher l’intrigue (qui tourne autour de beaucoup plus que ça!), mais il suffit de dire que Suzette Haden Elgin explore l’hypothèse Sapir-Whorf de plusieurs manières très intéressantes (autant de par le langage des femmes que parle les langues extraterrestres qui peuvent avoir des conséquences désastreuses pour ses locuteurs et locutrices terrestre). Le film Arrival est presque de la petite bière à côté de ce livre.

Pour moi, ce roman est aussi une pièce maîtresse dans la critique de l’androlecte (le langage des hommes) et la formation d’un gynolecte (un langage propre aux femmes) et comment ce langage permet de parler des réalités de femmes occultées du langage. Avec Monique Wittig et Michèle Causse, je crois que c’est définitivement des propositions linguistiques fascinantes et explorées avec brio! Le roman propose même un concept pour la récente idée de « charge mentale »! (comme quoi les mots permettent vraiment de mettre le doigt sur une idée et de forger de nouvelles manières de penser). La présence d’un lexique du nouveau gynolecte à la fin excite définitivement mon côté geek et des mes recherches sur la science-fiction féministe.

J’ai tout de suite commander les deux autres volumes de la trilogie et j’ai vraiment hâte à savoir comment cette société et ce langage se développent dans les volumes suivants.

Je suis encore beaucoup enthousiaste par rapport à ce roman pour écrire quelque chose de bien et de sensé, il y a tellement à dire; mais avec les Bergères de l’Apocalypse et l’Euguélionne, Native Tongue est un de ces romans de science-fiction féministes qui sont des propositions fascinantes livrés dans une narration impeccable et réfléchisse dans la forme comme dans le fond sur leurs projets (le langage, et pas simplement celui écrit, est définitivement quelque chose de très important et à double usage dans ce roman sur le langage).

The Judas Rose (1987) par Suzette Haden Elgin

Après l’immense force narrative et intellectuelle qui a poussé le premier roman, Native Tongue, on aurait pu croire que le deuxième tome de la trilogie pourrait être légèrement moins intéressant que le premier. Que nenni!!

The Judas Rose propose une réflexion sociale beaucoup plus large sur le monde dystopique, avec une plus grande variété de personnages, d’enjeux, va beaucoup plus en détails sur les relations entre extraterrestres et humains, parlent des colonies, explorent les aspirations patriarcales et celles des femmes linguistes après avoir créer le gynolecte afin de le pousser à l’ensemble des femmes (et comment vont-elles pouvoir le faire en étant isolées dans des maisons closes).

Nous retrouvons pas mal tous les personnages du tome précédent, qui vieillissent, pris dans des « complots » de plus en plus ourdis par les femmes et les hommes (avec les femmes toujours deux pas en avant dans des machinations abracadabrantes et tellement jouissive lorsque dévoilées!!!). Je ne me risquerais pas à une analyse littéraire pour le moment, la postface du roman est honnêtement très intéressante à cet égard et souvent reprend et élargi la réflexion du premier roman et ma première critique de Native Tongue reste actuelle. Le thème de la non-violence, et de la violence, est cependant la grande nouveauté philosophique du roman, avec de plus en plus d’attention qui lui est porté et des réflexions entre le langage et l’action qui sont posées de manière plus concrète. L’épilogue est on ne peut plus clair à cet égard aussi.

Ce tome a cependant quelques écueils à l’égard d’une certaine essentialisation qui semble parfois émerger, même s’il semble s’agit d’un « jeu » pour se protéger, je ressens un doute grandissant face au double personnages des femmes des Lignes à la fois porteuse d’un nouveau language, mais aussi violentées de 1 001 manière sans vraiment s’y opposer autrement que par le rire et l’espoir. J’espère qu’Earthsong explorera un peu mieux cette question d’une potentielle mutation de la pensée à l’international un jour puisque nous sommes toujours complètement ancrée dans une dystopie et l’espoir des femmes de l’utilisation d’un nouveau discours s’échelonne sur des siècles plutôt que dans un futur proche et accessible pour elle. C’est peut-être le danger de l’intellectualisation du langage ou de l’approche, d’un autre côté il faut s’assurer que le langage soit diffusé et pas détruit avant d’éclore ; de l’autre on semble hésiter autant que les premières créatrices du language n’osaient pas l’ « officialiser » de peur qu’il ne soit pas fini.

Ça reste une toute aussi fascinante lecture que le premier!!

Earthsong (1994) par Suzette Haden Elgin

Avec une couverture très différente de deux premiers tomes, l’éditrice semble nous annoncer dès le départ qu’on s’éloigne un peu des thèmes qui prédominaient alors pour se concentrer sur de nouveaux questionnements. Alors qu’on peut penser que le gynolecte a échoué, selon le point de vue des femmes des Lignes, elles se tournent vers le projet de supprimer la fin dans le monde à l’aide de l’audiosynthèse, une pratique de chant qui nourrit à la place de la nourriture et qui permettra aux êtres humains de se débarrasser de leur dépendance au système capitaliste et des enjeux de pouvoir disproportionnés dans un monde pris dans des catastrophes de tous les ordres (économiques, climatiques, etc.).

Ce n’est évidemment pas un rejet du Láadan qu’on observe dans le roman, le language n’étant qu’une des étapes dans l’ « évolution » humaine, mais de nouvelles perspectives de mettre fin aux formes de violences émanent de différences de pouvoir (tout ça est très Foucaldien).

Je dois avouer être légèrement déçu· par ce dernier opus, non pas seulement qu’il ne s’inscrit pas en continuité avec les précédents ou semble abandonner un peu trop le Láadan et l’aspect science-fictionnel au profit d’une certaine fantaisie (communiquer avec les esprits / l’idée d’audiosynthèse). Earthsong semble fragmenter encore plus son récit en plusieurs « nouvelles » liées, ce sont encore de nouveaux personnages qui émergent, les anciens disparaissant complètement vers le milieu du roman au profit du nouvelle génération, mais les nouveaux ne semblent plus être aussi travaillés ou je n’ai pas ressenti d’attachement particulier envers elles et eux. On semble avoir un peu tout lâché les structures du départ (ce qui est bien pour la société du roman ; les femmes semblent avoir même regagné le droit de vote [pas celui de représentation par exemple]), mais les nouvelles organisations ne sont pas détaillées, on en apprend davantage qu’ « accidentellement » dans la narration.

J’ai bien aimé la présence de l’annexe à la fin. Le rôle des Premières Nations dans le récit aurait probablement été mieux servi si celles-ci avaient été présentes dès le premier tome de la trilogie et non pas comme simple ressort narratif issu d’une idée de diversité (qui est assez mal justifiée à la fin, on comprend que ce n’est pas ce que les femmes veulent nécessairement véhiculer comme idée, mais ça reste assez mal formulé/justifié).

Bref, une finale qui se tourne vers de nouvelles directions plutôt que de poursuivre sur la lancée des deux premiers romans ; on comprendra que les opinions peuvent différer sur son appréciation.

Bandes dessinées et mangas

La chair et le sang (Médée vol.4) (2019) par Blandine Le Callet et Nancy Pena

La fin d’une série que j’attendais depuis très longtemps, mais aussi la fin parfaite que je suis vraiment content· d’avoir lu.

Après avoir quitté Iolcos après avoir assassiné le roi Pélias, Médée et Jason se rendent à Corinthe où ils sont accueillis par Créon qui les accueille à bras ouvert en échange des plans de l’argo et de l’expertise marine de Jason malgré la méfiance du roi à l’égard de la réputation de sorcière de Médée. Je ne voudrait pas trop divulgâcher, mais ça, c’est le début du premier livre sur deux de ce quatrième et dernier tome de Médée.

Inscrit beaucoup plus formellement dans le récit de Médée de son propre récit (au début et à la fin), de la réappropriation/réécriture du récit, de la justification des crimes qu’elle a commis, des questions d’héritage, mais aussi de recommencement (le deuxième livre du volume est beaucoup plus explicite dans ces questions recommencement et de boucle, dans la trame narrative principale, mais aussi avec l’idée de l’île où les femmes ne vieillissent presque plus).

Le lectorat découvre encore comment une femme a fait tomber des empires, des rois, de par ses seules connaissances médicales, on apprécie aussi quand même beaucoup le Jason du début du premier livre qui est très intéressant (et comment il finit, petit à petit, par devenir un autre de ces hommes qui rejette Médée). Le dessin est plus raffiné, précis et joli que jamais et rend vraiment justice au récit. C’est assez rare, pour moi, de voir des récits se terminer aussi bien stylistiquement sans jamais perdre de vue sa poétique initiale, ses thèmes, et offrir quelque chose de neuf et d’innovant à chaque fois en plus d’être, à mon avis, le meilleur des quatre volumes.

C’est définitivement une série que je recommande chaudement, cette réécriture/ré-évaluation de Médée doit être bien en haut de cette longue liste de réinterprétations mythiques.

La Rose de Versailles, tome 1 (1972) par Riyoko Ikeda

Un manga historique (avec des personnages et quelques intrigues fictives) sur la vie de Marie-Antoinette, épouse de Louis XVI. La narration de la vie de Marie-Antoinette semble être par moment un peu un prétexte pour pouvoir raconter l’histoire d’Oscar, un soldat royal, née femme, mais élevé comme un homme par son père. Alors qu’il semble s’en acquitter dans les premiers récits sans problème (et séduit autant les hommes que les femmes de la cour), plus le récit avance, plus les discriminations contre lui s’accentuent, en tant que femme, mais aussi en tant que travesti (ce n’est pas un manga sur des enjeux trans bien qu’on peut certainement faire beaucoup de liens quand on voit le traitement qui est réservé à Oscar par la cour).

J’étais un peu craintif· quant au traitement de Marie-Antoinette au départ, montré comme une jeune enfant naïve qui ne pense qu’à s’amuser et passe son temps à se faire manipuler par son entourage, mais je crois que le genre, Shōjo, justifie cette attitude assez bien: il faut une personnage de porte d’entrée, sans réel caractère, qui doit découvrir comment la cour se déroule. Elle acquiert une certaine indépendance, très lentement, et la création du personnage de Rosalie permet un nouveau point d’entré pour développer un peu mieux Marie-Antoinette qui perd sa naïveté et commence à comprendre les intrigues de cour.

Une brique de 650 pages comme ce premier tome a son lot d’action et de personnage: des intrigues de cour concernant la descendance noble d’une pauvre, la fameuse affaire du collier de la reine avec Jeanne de Valois, un voleur de noble masqué (qui évoque un Robin des Bois), (plein plein de) drames amoureux, des discriminations fondée sur le genre, des menaces de toutes sortes sur les protagonistes, des remises en question de la noblesse face à la pauvreté, etc. le tout sur fond de révolte qui grogne (et on connaît quand même la fin de Marie-Antoinette).

Avec des illustrations magnifiques, un superbe style, une grande créativité dans l’inscription historique, je comprends que ce manga est lui-même tombé dans l’histoire et aura influencé grandement le genre et certaines carrières.

Ravina. The Witch? (2014) par Junko Mizuno

Un des plus beaux livres illustrés que j’ai pu lire dans ma vie, tout simplement.

J’avais déjà lu Cinderalla et La Petite sirène de la même autrice et tout simplement adoré la réactualisation des ces figures européennes avec de nouveaux niveaux de sens, des graphiques à couper le souffle, le tout dans une narration et un style absolument unique à Mizuno.

Ici, on a affaire à un conte pour adulte (notamment parce que Ravina fouette des hommes avec un tel fétiche et il y a des concours de boisson, mais le reste pourrait très bien passer pour un enfant assez mature) illustré. L’édition française a une couverture rigide, mais texturé (et brillante) qui font ressortir les détails du dessin, mais l’intérieur, à défaut d’être texturé, reste aussi percutant visuellement que la couverture. Aucun scan ne peut vraiment faire honneur à ce texte.

Le conte se déroule dans un pays d’Europe au temps de l’Inquisition. Ravina, une enfant orpheline élevée par des corbeaux dans une décharge publique se voit offrir une baguette magique dont elle ne sait pas encore se servir par une vieille femme à qui elle a offert son aide (on a déjà pas mal d’élément de conte juste ici). Elle doit toutefois quitter sa décharge et habiter chez un riche monsieur qui lui demande de la fouetter en échange de tout ce qu’elle désire. Insatisfaite de ce mode de vie, elle finira par quitter et se liera d’amitié avec un homme qui aime porter des robes à qui elle indique que se n’est pas son port de robe qui fait fuir les autres, mais bien le fait qu’il met trop de parfum au point où les gens s’évanouissent! Le conte poursuit sa lancée dans d’autres situations et ne cesse de rebondir d’un élément, d’un lieu commun, d’une fantaisie à l’autre. C’est là une bonne partie du charme de l’histoire.

Au niveau stylistique de l’écrit et du narratif, la figure de la sorcière est aussi superbement exploré! Mizuno ne fait pas qu’introduire une femme marginalisée avec de la magie au temps de l’Inquisition, mais il y a une véritable exploration d’une communauté de femmes ou de marginalisées, en marge de la société, qui se réunit pour fêter et avoir du fun! L’ostracisation sociale, mais aussi le pouvoir des plantes (et surtout du vin), la communication avec la nature (que ce soit à travers les corbeaux, le hibou, le chat noir, etc.) et la paranoïa autour de la figure de l’étrangère qui amène un élément étranger dans une communauté et laquelle prend peur, tous ces éléments viennent compléter des angles d’approches de cette figure de la sorcière européenne. L’autrice n’hésite toutefois pas à glisser une double page sur les tortures (toutes véridiques) que les personnes accusées de sorcellerie (en très vaste majorité des femmes voir notamment Le Sexocide des sorcières de Françoise d’Eaubonne) subissaient et l’injustice des procès qu’on leur a fait subir: la condamnation étant rarement évitable et n’importe quel prétexte suffisait à justifier l’accusation de sorcellerie.

La fin est aussi ouverte et laisse entendre, avec la disparition de Ravina (je n’en dis pas plus) comment autant de récits peuvent former le conte puisqu’ils viennent en fait de divers personnes qui ont toutes leurs version des faits et ne peuvent que témoigner de ce qu’elles et ils ont vus.

Je me dois de répéter que c’est vraiment un livre magnifique ; probablement même dans mon top 50 de livres préférés à vie.

Exit Stage Left: The Snagglepuss Chronicles (2018) par Mark Russell et Mike Feehan

Une assez incroyable surprise que ce comic, la critique dans le magazine Fugues m’avait vraiment donné le goût de le lire, mais sa lecture s’est avérée encore meilleure que ce que je pouvais imaginer (il a quand même reçu un prix GLAAD donc c’est une impression assez généralisée!).

Snagglepuss, dans ce comic, est un dramaturge gai qui vit dans les années ’50 aux États-Unis en plein maccarthysme. Durant sa carrière, il est convoqué à la « Commission parlementaire sur les activités antiaméricaines » qui tente d’enquêter sur les activités communistes aux États-Unis. Cela mène Snagglepuss a une situation similaire aux « Dix d’Hollywood » où, je cite Wikipédia: «la commission tient neuf jours d’audiences sur la présence d’une supposée influence et propagande communistes dans l’industrie cinématographique d’Hollywood. Les Dix d’Hollywood sont les dix producteurs, auteurs et/ou réalisateurs qui ont été condamnés pour avoir refusé de répondre aux questions de la commission et ont été inscrits sur une liste noire dans l’industrie. Finalement, ce sont plus de 300 artistes qui ont été boycottés par les studios.»

Snagglepuss dans ce comic, doit choisir entre conserver sa carrière, sa réputation et celles de ses ami·es (dont Huckleberry Hound, un autre écrivain gai qui lui sera exposé par les médias) en mentant et mettant son art au service de la propagande américaine ou alors exposer les faits et risquer sa carrière et la vie de ses ami·es et amants.

Il y a beaucoup d’actions narratives qui se déroulent dans ce comic, plutôt que d’en faire des paragraphes pour chaque (il y a tellement de matière pour faire une analyse vraiment super riche), je vais simplement les lister: les parallèles tracés entre ce qui se passe simultanément à Cuba et aux États-Unis, les questionnements sur les masques de théâtre et les masques métaphoriques (prétendre à l’hétérosexualité durant les années ’50 comme survie), on parle des liens entre les lieux de refuges des gais, la mafia, le communisme et la subversion (même quand, des fois, ils n’existent pas), Snagglepuss est très inspiré par le dramaturge Tennesse Williams dans ce comic, on parle (et dépeint) de la violence homophobe physique et psychologique dans ces années là, le début surtout me semblait des critiques très contemporaines de la politique américaine, une belle réflexion sur le rôle de l’art (l’opinion de Snagglepuss est que l’art est là pour subvertir par essence), la fin clôt quand même plutôt bien avec les dessins animés comme s’il s’agissait là d’une continuité, un clin d’œil plutôt réussit.

Évidemment, de très nombreuses allusions au vedettariat et à la politique américaine sont aussi présentent, un glossaire à la fin est assez apprécié et m’a permis de mieux comprendre certaines scènes (dont celle du maïs que j’ignorais totalement!). Ce n’est certainement pas le comic le plus rose qui existe, il arrive cependant à représenter les difficultés des communautés gaies et artistiques dans les années ’50 avec beaucoup de réalisme et d’allusions, la fin laisse une bonne note d’espoir, surtout quand on connaît la suite. Une grande réussite!

Qui ai-je lu, et dans quelles proportions, en 2019?

Présentation du projet

Je suis déjà sensibilisé· au besoin de balancer mon corpus de lecture. Cette prise de conscience est facilitée par le fait de travailler dans une librairie féministe ce qui me permet, plus aisément, d’être capable d’effectuer une sélection beaucoup plus représentative des divers écrits contrairement à, par exemple, des critiques ou des prix littéraires. Cependant, même le fait d’être conscient·e de certaines réalités n’empêchent pas l’inscription de nos biais dans plusieurs sphères de notre vie comme le genre des personnes qu’on suit sur Twitter (ou les personnes qu’on re-gazouille) ou le type de livres qu’on prend (qui peut être influencé par une critique, une disposition et une disponibilité des livres écrits par les hommes).

Afin de prendre conscience de mes propres biais, que je remarque chez certains autres dans leur biographie presqu’exclusivement masculine, j’ai non seulement noté toutes mes lectures de l’année, mais leur ai aussi donné une note sur 5 (de 1 à 5, entièrement subjective, j’ai donné des notes de 1 à des ouvrages que d’autres pouvaient considérer digne de prix littéraires et il est probable que l’inverse soit possible!!!) afin de voir comment je jugeais la littérature de personnes que je lis en fonction de leur identité de genre, leur ethnicité ou leur orientation sexuelle. Je n’ai pas constitué cette base de donnée avant la fin-décembre (et après avoir choisi les livres que je lirais avant début janvier) afin qu’elle n’influence pas mes résultats, mais j’avais déjà fait l’exercice l’an dernier donc j’avais clairement en tête ce billet lors de l’achat de certains de mes livres. Je referais l’exercice l’année prochaine, mais cette fois-ci, j’aurais des quotas fixes en tête (au moins un auteur des Premières Nations par mois à lire par exemple).

Une perturbation importante dans les données

Je suis libraire dans une librairie féministe et que j’ai tendance à sur-privilégier les livres de femmes à ceux d’hommes pour rééquilibrer ma bibliothèque, mais aussi pour pouvoir parler des livres que je vends. Je suis aussi très fan de Doctor Who, ce qui me pousse à acheter et écouter beaucoup de drames et livres audio produits par une compagnie anglaise (Big Finish Productions). Toutefois, malgré un plus grand nombre d’actrices que d’acteurs la vaste majorité du temps dans ces oeuvres, l’omniprésence d’écrivains derrières ces audios est consternante. Ma collection préférée (en terme de prix et d’accessibilité) ne comporte qu’une seule écrivaine sur 72 audios (note: je compte les 7 premières saisons avant le changement complet du format, après on compte une femme et 15 hommes pour quatre saisons). Je fais souvent attention à mes achats à cet égard, mais la BBC diffusant des épisodes gratuits au moins une fois par année (et les DCs étant un luxe pour le dollars canadien), je saute toujours sur l’occasion de les écouter gratuitement.

Mon hypothèse de l’an dernier était que les hommes allaient probablement avoir une meilleure note moyenne que les femmes pour la seule et unique raison que si je lisais max. 2 hommes par mois (sur une quinze-vingtaine d’ouvrages par mois), j’allais certainement privilégier des ouvrages que je risquais d’aimer beaucoup plus que ceux des femmes, mais ça n’a pas été le cas l’an dernier ni cette année.

Cette année, j’ai aussi ajouter une colonne pour mes lectures de personnes non-binaires.

Le détail complet de mes lectures en 2019

Analyse des résultats

sur 200 ouvrages

J’analyserais les résultats colonne par colonne les résultats avant de livrer un comparatif de l’ensemble. Petite précision toutefois, j’ai tenté de chercher pour chaque auteur·es les différents critères de sélection, pour certains, je suis persuadé· de n’avoir fait aucune erreur (concernant le genre de l’auteur·e ou son statut de canadien·es ou d’étrangèr·es), mais l’appartenance à une minorité de sexualité, ethnique ou autochtone peut être légèrement sous-estimée.

Genre

La note moyenne des 200 ouvrages que j’ai notés (ça ne comprends pas les revues et beaucoup de livres pour enfants que je lisais au travail toutefois) est de 3,745, un peu plus haut qu’une moyenne parfaite (3) si j’avais vraiment lu des livres de toutes les qualités en proportions égales et elle est aussi plus élevée que l’année dernière (3,6) probablement dû au fait que je ne suis pas dans un comité de lecture cette année et que j’ai vraiment pu privilégier les ouvrages que je voulais lire. Celles des hommes, 3,625 , est légèrement en-dessous de celle-ci (et est beaucoup plus élevé que l’année dernière, 3,3 , clairement dû à mon retrait du prix). J’ai aussi évidemment lu beaucoup plus de femmes (on parlerait de 70,5% de femmes si on ôtait les collectifs et ouvrages mixtes) que d’hommes, probablement plus toutefois de ce que je pensais lire (de l’ordre de 1 H pour 4, 5 F).

Pour ce qui est des ouvrages collectifs et/ou mixtes, je ne semble pas en avoir lu beaucoup, à peine 17, et la note n’est pas si haute, 3,65 , non plus, mais j’ai souvent tendance à ne pas pouvoir mettre des notes parfaites à des collectifs en raison souvent de la présence de textes moins parfaits (subjectivement) à d’autres, ce qui leur donne souvent une note moyenne selon mon jugement. À l’exception de Gallifrey: Time War 2 qui obtient une note parfaite, les notes sont toutes de 3 ou 4 contrairement aux textes de femmes et d’hommes qui comptent plus d’entrées dans les extrêmes.

Nationalité

J’ai été très surpris de voir que le corpus canadien ne comptait que pour 23% de mes lectures! Un effondrement total depuis l’année dernière où j’étais à 36,6%. La présence de Français·es et d’Américain·es dans les « classiques » que je lis joue certainement là-dedans, mais je semble être plus porté naturellement vers des corpus étrangers malgré une très grande présence québécoise dans ma librairie. Mon appréciation de la littérature étrangère se reflète aussi beaucoup dans la note que je lui attribut qui est légèrement plus positive (3,76 exactement la même que l’année dernière) que celle des Canadien·es (3,7, beaucoup plus élevée que l’année dernière, encore une fois dû en partie à mon retrait du comité de sélection).

L’année dernière, j’ai émis l’hypothèse pour expliquer cette immense disparité en terme de jugement est que le corpus étranger étant tellement immense que les livres que je finis par me procurer sont généralement meilleurs, à mon avis, simplement parce que j’ai déjà effectué une présélection (influencée par la critique notamment). Mon corpus canadien étant souvent composé de nouveautés, je découvre souvent avant les autres la qualité d’un livre ce qui aura comme conséquence évidemment d’influencer la lecture que d’autres pourront avoir. C’est pour l’instant ma seule hypothèse, mais je pourrais certainement réfléchir à mon biais favorable à la littérature étrangère au cours de l’année. Je crois maintenir cet avis cette année aussi.

Minorité d’identité de genre et d’orientation sexuelle

Pas trop de surprises à cet égard, je lis 14% d’ouvrages pouvant tomber dans cette catégorie (incluant, quand même, tout le spectre LGBPT2QIA*), un pourcentage légèrement plus élevé que celui de la population (évaluable très très grossièrement entre 5 et 12%). La note moyenne, de 3,929 m’a encore surpris· étant vraiment beaucoup plus haute que la moyenne et que tous les autres groupes analysés (la même situation que l’année dernière). J’avoue ne pas avoir trouvé d’explication à cet égard sinon un reflet de ma propre subjectivité et expérience. C’est un pourcentage de lecture très correct à mon avis puisque, comme précisé, je n’ai pas cherché activement les livres que je lisais cette année en fonction de mes paramètres d’analyse, mais j’aimerais viser à augmenter ce dernier un peu plus considérant mon métier.

Cette année, j’ai aussi lu six ouvrages de personnes non-binaires avec une note moyenne de 3,833 , la deuxième meilleure moyenne de note juste au dessus des minorités ethniques ou autochtones (3,815). Cinq des six ouvrages avaient des notes de 3 ou 4 et seulement A Quick & Easy Guide to They/Them Pronouns avait une note parfaite.

Lorsque je sépare la nationalité dans mes résultats concernant ces minorités, il est intéressant de trouver que je lis moins d’auteur·es canadien·nes (10,87%) qu’étrangèr·es (14,94%), l’échantillon étant tellement bas toutefois qu’un seul de plus ou de moins fait remonter ou descendre les pourcentages rapidement. Ces pourcentages ont à peine varié depuis l’année dernière (respectivement 11,54% et 14,07%).

Minorités ethniques et autochtones

Pour cette catégorie, considérant le grand nombre d’auteur·es étrangèr·es que j’ai lu (et qui pouvait alors fausser les données), je me suis donné une règle: ne rentre dans cette catégorie que les minorités ethniques et autochtones au sein du pays dans lequel ces auteur·es vivent en ce moment (excluant les résidences d’auteur·es évidemment). Ainsi, une écrivaine japonaise (d’origine japonaise) ne rentrera pas dans cette catégorie (ex: Moto Hagio), mais une immigrante nigériane noire aux États-Unis le sera (ex: Nnedi Okorafor). Cette catégorie étant assez complexe, j’ai tenté de me baser, toujours, sur les informations biographiques de l’auteur·e. Ainsi, une personne née dans un pays dont les parents sont immigrants, mais qui n’a jamais mentionné appartenir à une telle minorité dans un pays n’apparaîtra pas.

Je constate qu’il s’agit probablement du plus grand biais dans mes lectures: je n’ai lu que 13,5% de personnes issues de ces groupes bien que je semble apprécier leurs ouvrages un peu plus que la moyenne (3,815). Il est impossible de calculer le pourcentage de « minorités ethniques et autochtones » dans le monde vu qu’il change drastiquement d’un pays à l’autre et qu’au final, il mesure des personnes différentes dans chaque pays, j’ai donc raffiné mes recherches en séparant les minorités canadiennes des étrangères. Le pourcentage s’améliore cependant beaucoup pour ce qui est des minorités au Canada (on monte à 21,74%!), dépassant un peu du pourcentage réel dans la population canadienne: on compte 20,3% de « minorité visible » à Montréal (1 personne sur 5), 11% au Québec et 19,1% au Canada (source). Aux États-Unis, ce chiffre monte à 27,6%.

Intersection de minorités?

J’ai seulement lu un livre qui pouvait être qualifié simultanément dans les deux catégories précédentes: La balançoire de Jasmin de Danny Ramadan comparativement à quatre l’année dernière. Ce livre compose 0,5% de mes lectures de 2019, un pourcentage beaucoup plus bas que le 1-2% de la population qui qualifierait à cet égard, mais clairement très insuffisant pour une personne qui s’intéresserait à l’intersection des luttes. Je vais donc beaucoup plus activement rechercher ces ouvrages en 2020 ayant failli sur ce point.

Qu’est-ce que je retire de l’expérience?

Outre la remarque que j’ai encore des biais dans mes lectures, je peux remarquer que si je ne cherche pas activement, encore plus que je ne le fait en ce moment, des livres issues de telles ou telle communauté ou de tel groupe marginalisé, ces livres ne s’imposeront, malheureusement, pas à moi tous seuls. Et ce, même si je travaille dans une librairie féministe, même si nous avons des sections spécialisées dans de tels enjeux et même si je suis très sensible à ces questions.

Ça va bientôt faire 3 ans que je travaille dans une librairie féministe et achète presque tous les livres que je lis. Depuis quelques années avant la fondation de la librairie, je me suis toujours questionné· à savoir si j’avais réussi à enfin lire plus de femmes que d’hommes dans ma vie puisque soyons honnête, le parcours scolaire était presqu’exclusivement des lectures d’hommes. J’avais calculé après mon baccalauréat et ma maîtrise en littératures française que j’avais lu, à l’université, seulement autour de 22% de femmes (et j’ai pris tous les cours de littérature de femmes qui existaient et qui faisaient vraiment augmenter la moyenne; dans les biographies de cours (en plus du corpus), on comptait plutôt près de 12-15% de femmes).

À prendre en note que je lis près de 70% de femmes, 20% d’hommes et 10% collectif depuis près de 3 ans et plus de 200 livres par année (clairement une énorme augmentation par rapport au environ 100-150 livres par année que je lisais avant).

J’ai donc mis ma bibliothèque (juste les monographies, les livres de cuisine et les zines) dans un document Excel et fait des additions rapides. Je n’ai pas été trop surpris de voir que j’avais toujours plus de livres d’hommes dans ma bibliothèque (environ 713 livres d’hommes et 683 livres de femmes, ce qui va probablement être renversé l’année prochaine!). À noter que ce n’est vraiment que ce que j’ai dans ma bibliothèque et ne tient pas compte de mes (milliers) de lecture en bibliothèque (ça inclut probablement une cinquantaine de livres d’Agatha Christie et de Jules Verne). Je pense honnêtement que les livres lu en bibliothèque doivent peser pour plus de 75% de mes lectures et à voir mes historiques à la BAnQ, c’est assez clair que 5 ans supplémentaires viendront peut-être enfin accoter cette parité de lecture.

Ma surprise est plutôt au niveau des auteur·es e·lleux-mêmes, si on tient juste compte des auteur·es individuel·les (donc on exclut le nombre de livres qu’illes ont écrit), j’ai encore une fois beaucoup plus d’hommes (406) que de femmes (370) ce qui prendra probablement encore plus de temps à renverser.

Je ne referais plus les calculs pour ça (c’est vraiment long, peu scientifique), mais ça montre à quel point mes lectures, même après près de 3 ans de librairie et un immense intérêt pour le féminisme depuis 2012 (à partir de 2013, quand j’entrais dans une librairie, je m’interdisais d’acheter plus de livres d’hommes que de femmes pour balancer), n’est même pas encore proche d’être paritaire.

Une dernière observation que cette rapide base de données m’a permis de voir, c’est qu’à l’exception de Françoise d’Eaubonne, j’ai très très peu de femmes avec plus de 2 ouvrages dans ma bibliothèque contrairement aux hommes dont les 4-5 ouvrages et plus ne sont pas rares.

[En musique, et je n’écoute presque que de la musique classique, j’ose même pas faire le calcul même si je n’achète que des compositrices depuis 3 ans (2 exceptions) et je dois le faire par Internet parce que je n’ai pas vu un seul magasin de musique avoir des compositrices classique en magasin depuis ce temps là.]

Ce n’est pas un constat « dramatique », je réussi probablement à avoir une moyenne beaucoup plus élevée que la majorité des gens, mais force est d’admettre que je peux non seulement faire mieux, mais qu’en plus, c’est un effort que je dois doubler pour simplement balancer le fait que, tout au long de ma vie (et surtout dans ma vie universitaire), j’ai lu en très très vaste majorité des hommes blancs hétéro (et cis).

Bref, il faut que je recherche activement certains ouvrages pour l’année prochaine, je vais encore ne rien noter dans mon tableau avant la fin-décembre, ne connaissant seulement ce que je dois rechercher, pour enfin arriver à m’améliorer.

J’encourage, en attendant, à voir vous-même la composition de vos lectures. Je vous partage même ma base de données pour que tous les calculs se fasse automatiquement de votre côté. Entre l’entrée de données et la recherche pour savoir si vos auteur·es se qualifient ou non dans telle ou telle catégorie prend toutefois beaucoup de temps (à 200 livres, j’ai probablement mis quelques heures, mais je compte la création de la base de données et la réflexion sur les critères à analyser dedans).

Je vous souhaite de bonnes lectures diversifiées pour 2019!

Représentation F/H hebdomadaire dans le cahier Lire du Devoir en 2019

Cette recension ne compte pas la critique de livres dans les pages à l’extérieur du cahier Lire du samedi ni les autres cahiers spéciaux qui traite aussi d’art et de performance (que ce soit le cinéma, la musique, la télévision ou le théâtre).

Remarques sur les articles dans le cahier Lire du Devoir en 2019

En 2019, 235 articles étaient réservés aux femmes, 429 aux hommes, 2 personnes non-binaire et 76 collectifs. En pourcentage, cela donne: 31,67% aux femmes, 57,82% aux hommes, 0,27% aux personnes non-binaire et 10,24% aux collectifs. Si on exclut les collectifs, les hommes composent 64,61% des articles.

À titre comparatif, selon le rapport Quelle place pour les femmes dans le champ littéraire et dans le monde du livre au Québec ? (p.10) 880 publications de 40 maisons d’édition étaient réparties comme suit: 351 femmes (39,89%), 450 aux hommes (51,14%) et 79 ouvrages mixte et collectifs (8,98%).

En terme de pages, ces proportions sont assez similaires: 151,15 pages sont réservées aux femmes, 260,27 aux hommes, 1 page aux personnes non-binaire et 64,17 pages aux collectifs En pourcentage: 31,72% aux femmes, 54,61% aux hommes, 0,21% aux personnes non-binaire et 13,46% aux collectifs. Si on exclut les collectifs, les hommes composent 63,26% des pages.

Si on regarde le portrait par semaine, les hommes ont représenté la majorité des semaines avec 46 semaines, les femmes représentaient la majorité durant seulement 5 semaines. Une seule semaine avait une représentation égale. 3 semaines n’ont eu aucun article individuel sur une femme dans leurs pages (ce qui ne s’est pas produit avec les articles d’hommes).

Pour les critiques ayant écrit plus de 4 critiques, Sylvain Cormier (22 articles comprenant 19 d’hommes, 3 collectifs) et Stéphane Baillargeon (7 articles comprenant 6 d’hommes, 1 collectif) n’ont écrit aucun article individuel sur une oeuvre de femme. 9 autres critiques avec 3 articles et moins n’ont écrit aucun article individuel sur une femme. Seulement 5 critiques ont uniquement écrit des articles sur des femmes (mais 1 seul article pour 4 de ces critiques et 2 articles pour la cinquième).

Si on liste les hommes (parce que oui, ce sont tous des hommes) qui effectuent le plus grand nombre de critiques d’hommes, excluant les collectifs et ceux mentionnés au dernier paragraphe, cela donne la liste suivante:
Louis Cornellier (95,56% d’hommes, 45 critiques), Louis Hamelin (87,50%, 16 critiques), Christian St-Pierre (87,50%, 16 critiques), Michel Lapierre (84,62%, 26 critiques), François Lemay (80%, 20 critiques), Michel Bélair (78,72%, 47 critiques) et Ralph Elawani (76,92%, 26 critiques). J’ai exclu toutes les personnes en dessous de 75% d’hommes dans leurs critiques. Ça fait quand même 9 hommes avec plus du 3/4 de leurs articles sur des hommes seulement.

Si on effectue le calcul pour le plus grand nombre de critiques de femmes, les cinq premières sont:
Sarah Boumedda (81,82% de femmes, 11 critiques), Natalia Wysocka (72%, 23 critiques), Amélie Gaudreau (66,66%, 6 critiques), Véronique Côté (62,50%, 8 critiques) et Diane Précour (60%, 10 critiques) qui tombe dans la zone paritaire (+/- 10%). Encore une fois, la comparaison n’est pas proche d’être égale, les femmes écrivent beaucoup moins de critiques et celles qui en a écrit le plus proportionnellement est derrière le 6ème homme en terme de proportion.

Les femmes occupent légèrement plus souvent les couvertures du cahier Lire (23 femmes contre 20 hommes).

Dans la manière dont j’organise les moyennes de note (je fais la moyenne des notes par critique, puis je fais la moyenne des critiques), les femmes ont une moyenne d’étoile légèrement moins élevée (3,40) que celle des hommes (3,47), elle est toutefois plus élevé si on ôte les deux 1 étoile décernée (seulement aux femmes), elle aurait été de 3,52. Les collectifs ont une moyenne de 3,50. Les deux articles avec 1 étoile seulement ont été décerné aux livres de Jo Wood et E. L. James.
Si j’effectue simplement la moyenne de toutes les notes, les moyennes sont beaucoup plus rapprochées: 3,53 pour les femmes, 3,50 pour les hommes et 3,54 pour les collectifs. Je crois que la moyenne des notes légèrement plus élevée pour les femmes s’expliquent simplement de par le fait qu’en en lisant moins, les critiques ont simplement tendance à privilégier de meilleurs ouvrages alors qu’ils critiquent un peu tous les ouvrages des hommes qui passent.

Remarques sur les critiques

Pour l’année 2019, le Devoir a compté 22 femmes et 25 hommes critiques ; les femmes ont écrit 253 critiques et les hommes 502 critiques soit 66,49% de toutes les critiques.

Les hommes ont écrit 120 critiques de femmes, 340 d’hommes et 40 collectifs. Si on exclut les collectifs, les hommes font 73,91% de critiques d’hommes.

Les femmes ont écrit 118 critiques de femmes, 98 d’hommes et 37 collectifs. Si on exclut les collectifs, les femmes font 45,37% de critiques d’hommes.

Si on conserve notre moyenne générale de critique avant de faire la moyenne de l’ensemble des critiques:
La note moyenne des hommes pour les oeuvres de femmes est de 3,27, pour les oeuvres d’hommes, cela monte à 3,47.
La note moyenne des femmes pour les oeuvres de femmes est de 3,58, pour les oeuvres d’hommes, cela descend à 3,48.
Bref, l’écart entre les notations est moindre chez femmes (0,1 au lieu de 0,2) et les oeuvres d’hommes obtiennent une note quasi égale dans les deux cas.

Coup d’œil aux données de 2019

Par couverture

Par critique

Par semaine

Notes générales sur certaines semaines:
18 novembre 2019
2 février 2019
30 août 2019

Les statistiques de 2018

Quelques semaines que j’ai compilées avant de commencer 2019

critique FH devoir

Notes générales sur certaines semaines:
1er septembre 2018
15 septembre 2018
29 décembre 2018

Notes méthodologiques

Afin de présenter une catégorie d’entrevue de groupe ou de survols de plusieurs livres qui échappe à la binarité F/H, nous avons une catégorie « mixte ». Afin que celle-ci ne vienne pas dé-balancer les autres données, tout groupe de femmes ou d’homme comptera que pour 1 « livre/entrevue/article » bien que ces collectifs ont généralement plus d’hommes que de femmes.

Aucune information n’est collectée sur la constitution des groupes à cause du manque d’information sur tous ces auteur·es, très souvent, de ces livres et du temps supplémentaire demandé pour faire ces recherches.

Mini-critique: Speak de Louisa Hall


Les personnages et leurs histoires

Speak (traduit en français sous le titre de Rêves de machines) de Louisa Hall est une fiction intéressante dans laquelle on suit 5-6 différents protagonistes différents: une jeune fille du XVIIème siècle (Mary Bradford) qui part pour le Nouveau-Monde avec un mari issu d’un mariage forcé, Alan Turing qui entretient une correspondance avec la mère de son ami d’enfance, Karl et Ruth Dettman qui créent un logiciel de discussion MARY avec Ruth qui délaisse son mari pour parler avec le logiciel, une autre petite fille, Gaby, qui discute avec MARY3 et souffre très durement de la confiscation de son babybot par le gouvernement et finalement Stephen R. Chinn emprisonné pour avoir créé les babybots.

Évidemment, les cinq protagonistes sont informé·es, directement ou non, par les travaux de leurs prédécesseurs, Ruth Dettman édita le journal de Mary qui donna son nom au logiciel, mais aussi à certains traits de sa personnalité. Turing inspirera les machines pensantes et les travaux de Karl et Stephen. Gaby discutera avec MARY3, une troisième version du logiciel des Dettman et Stephen aura bâti ses babybots sur les travaux de Dettman, Turing et sera aussi influencé (en plus d’influencer puisqu’il a créé les babybots) par Gaby durant son procès.

Vers la moitié du récit, je ne savais pas trop où le roman se dirigeait, mis à part les filiations qui se brossaient à droite à gauche, les 5 trames narratives n’allaient pas se joindre et nous n’aurions fini que par voir 5 narrations se terminer assez platement. Deux réflexions ont cependant retenu mon attention juste avant que je commence à perdre l’intérêt du récit.

Qu’est-ce que la communication, qui communique et qu’est-ce qu’une vie intelligente?

La première réflexion, la plus évidente, est le thème de la communication qui traverse les histoires. Chaque protagoniste a sa propre manière de communiquer: le journal intime (Mary, lui même influencé par un type de récit d’un de ses auteurs préférés), la lettre (Turing), le journal (Dettman), le clavardage/procès verbal (Gaby) et le mémoire (Stephen). Il y a un désir chez chacun des personnages de communiquer, mais de se poursuivre dans le temps aussi. Le logiciel Mary et l’ajout de mémoire à ses processeurs (pour se souvenirs des discussions et savoir mieux répondre à ses interlocuteurs et interlocutrices) est probablement l’aboutissement de ces envies de communiquer/partager et survivre dans le temps. Les histoires à la Shéhérazade de Stephen sont, dans une moindre mesure, aussi une de ces manifestations.

La seconde réflexion, qui m’est apparue très soudainement durant ma lecture, est que chacun des témoignages amène à réfléchir à ce qui constitue une vie, sensible, pour chaque époque.

Pour Mary, son père essai de la convaincre que les animaux n’ont pas d’âme et sont ainsi moindres dans la hiérarchie (elle affectionne énormément son chien d’où son refus de partager ce point de vue); dans une autre mesure, on peut aussi considérer le mariage forcé comme un refus d’une vie choisie pour les femmes au XVIIème siècle.

Pour Alan Turing, qui rêve de machines pensantes, oui, il se questionne déjà à savoir si les robots auront des émotions indistinguables des humains, mais plus profondément, les injections d’œstrogène suite à la découverte de son homosexualité amène à réfléchir à la société anglaise de l’après-guerre qui refusait de considérer les homosexuels comme humains à part entière (soit la prison, soit la castration).

Je saute à moitié la réflexion pour les Dettman, mais quand les robots deviennent trop perfectionnés, la question ne se pose plus tellement à savoir s’ils sont capables ou non d’émotions, mais si ils les ressentent. Une autre question sous-jacente est alors de savoir si les êtres humains ne sont pas inférieurs aux robots au final. À cet effet, l’algorithme de séduction de Stephen sert à faire la démonstration que les humain·es sont conditionné·es à donner X et Y réponses et qu’on peut influencer la psyché humaine à l’aide d’une logique de formules.

Beaucoup de questions sont posés dans ce livre, à savoir comment la communication affecte la société dans laquelle on évolue, mais aussi l’héritage de ces communications pour le futur. La question de délimiter la vie, à l’intérieur même des êtres humains ou en l’étendant aux animaux et au robot, questionne aussi les lignes minces, à travers le temps, à savoir qui a le droit à la vie, qui peut choisir et qui peut violenter ceux qui ne le peuvent pas.

Même si les histoires individuelles ne sont pas forcément remplies d’action ou d’une intrigue intéressante (quiconque connaît un peu la vie de Turing sait où sa trame narrative mène, bien que l’autrice l’anticipe et s’ajuste en conséquent), les questions des inégalités, de la communication et de la reconnaissance de la vie sensible permettent d’explorer ce récit d’une toute autre manière et de vraiment apprécier le travail de ces 5 voix parallèles qui n’entendent pas toujours, mais qui sont font héritièr·es du passé.

6 autrices de manga féministe à découvrir

L’alliance des mots manga et féministe n’est malheureusement pas quelque chose qu’on peut voir souvent dans les discours sur la bande dessinée japonaise alors que de très nombreuses œuvres, depuis des décennies, explorent des enjeux qui remettent en question les rôles genrés et les stéréotypes, œuvrent pour l’égalité entre les genres et/ou explorent des questions liés au corps et à la sexualité des femmes. C’est le cas pour ces six autrices et leurs œuvres qui couvrent une période de près de 50 ans et continuent à être publiées et traduites aujourd’hui.

Je n’ai aucune expertise sur le genre du manga, mais au cours des dernières années, grâce aux traductions françaises et anglaises de plusieurs autrices, ainsi qu’au blog anime feminist (des analyses d’anime et de mangas japonais sous un angle féministe) sans qui je n’aurais probablement jamais entendu parler de la moitié de ma liste, j’ai pu découvrir un grand nombre d’autrices ainsi que de fantastiques lectures!

Cette liste ne propose que des œuvres ayant été traduite en français ou en anglais (parfois les deux). Elle exclut aussi beaucoup de mangas que je n’ai pas lus ou qui connaissent déjà une grande popularité (par exemple : Sailor Moon de Naoko Takeuchi, Fullmetal Alchemist d’Hiromu Arakawa, Revolutionary Girl Utena de Chiho Saito, Ranma ½ de Rumiko Takahashi, etc.).

Une liste d’achat avec tous les mangas mentionnés est disponible en français et en anglais à l’Euguélionne, librairie féministe. La plupart des mangas devraient aussi se retrouver en bibliothèque.

Moto Hagio (1949-)

Moto Hagio est considérée comme une des mères des genres du shojo manga moderne (manga à destination d’un public d’adolescentes) et du shōnen-ai (aussi appelé yaoi ou boys’ love, un genre de manga faisant figurer des hommes dans des relations homo-érotiques, mais destiné initialement à un public féminin). Ces spécialisations ne confinent cependant pas les pratiques de l’autrices à quelques récits-type et lieux communs: Hagio a autant écrit des mangas de science-fiction et de fantasy que des contes, des histoires de pensionnats, de guerre, etc. avec des thèmes aussi divers que l’image de soi et la fabrication de la beauté (La princesse iguane), la découverte de la queerness et la prise de conscience de son identité (Le cœur de Thomas), le matricide (Pauvre maman), mais aussi le mariage arrangé, l’homosexualité des enfants, l’inceste, l’hermaphrodisme (dans une nouvelle de SF), etc.

L’autrice a été grandement influencé par le bildungsroman allemand et le film de 1964 Les Amitiés particulières (source, autour de 17:00, en anglais) d’où les nombreuses histoires de jeunes hommes dans des pensionnats qui ponctuent ses récits et le cheminement qu’ils doivent accomplir au sein des œuvres. Cela ne l’empêche pas de faire des critiques d’une certaine féminité et des rôles de genre dans La princesse iguane qui reste mon récit préféré de l’anthologie.

Le coffret d’anthologie de 9 mangas de Moto Hagio chez l’éditeur Glénat

Glénat a eu une merveilleuse idée en éditant une anthologie de 9 de ses mangas pour le public francophone, même le lectorat anglophone n’a pas accès à autant d’oeuvres de l’autrice! Certains de ses récits plus connus comme Poe no Ichizoku restent à être traduit, mais cette anthologie offre une fantastique porte d’entrée à la complexité de son œuvre et même à la diversité du manga en général.

Hinako Sugiura (1958-2005)

Une mangaka qui n’a malheureusement qu’une seule traduction en français (et aucune en anglais!) soit son manga biographique Miss Hokusai (en deux volumes) qui porte sur la peintre Oei Hukusai (j’ai déjà écrit un billet qui explore la peintre du XIXe siècle pour les personnes qui désirent en lire davantage). Sugiura s’est retirée de la vie de dessinatrice pour se consacrer à des recherches sur la période Edo et devenir une spécialiste de première importance sur le sujet. Elle fut également l’assistante de la mangaka féministe Murasaki Yamada dont aucune traduction en français ou en anglais n’est disponible à ce jour.

Tome 1 de Miss Hokusai

Le manga biographique s’inspire, et cite ces inspirations (dans l’édition française à tout le moins), dans ses dessins de très nombreuses peintures de l’époque et les intègre, pas uniquement en tête de chapitre, mais aussi dans ses cases parfois de manière plus dissimulé. La lecture de l’édition française a le bénéfice d’un bon appareil de notes et de mises en contexte puisqu’on parle d’un milieu artistique et de plusieurs peintres qui n’évoquera pas malheureusement grand chose au public occidental (un peu comme si une BD parlait d’un mouvement de peinture des années 1850 et à part un ou deux peintres, il est fort probable qu’on ne connaisse pas les figures dites « mineures »). Le style est intéressant et l’autrice se permet de belles libertés dans les scènes de rêve ou d’ivresse qui accompagnent merveilleusement bien le propos.

Tome 2 de Miss Hokusai

Le manga est raconté en plusieurs scènes, surtout des scènes du quotidien de l’artiste, avec, parfois, un peu plus de détails sur le métier de peintre (sur les commandes de clients, la démarche artistique, etc.).

Un merveilleux film d’animation du même nom que je recommande très fortement a été tiré de ce manga.

Fumi Yoshinaga (1971-)

Je doit préciser que je n’ai malheureusement lu qu’une partie de la série Le pavillon des hommes de Fumi Yoshinaga (la seule traduite en français contrairement à un plus grand nombre d’oeuvres traduites en anglais), mais que cette série à elle toute seule justifie amplement la présence de la mangaka dans cette liste (je ne parlerais donc pas du restant de son œuvre).

Le premier tome de la série de Yoshinaga

Le pavillon des hommes est une série uchronique de 16 mangas qui ré-imagine une période Edo où 1 homme sur 20 survie suite à une épidémie, où le shogunat (grosso modo, le gouvernement du pays) est maintenant dirigé par une femme et où la société japonaise devient de plus en plus matriarcale. Se situant dans un « pavillon des hommes » (Ōoku), littéralement un harem constitué d’homme. On suit à travers les mangas plusieurs générations de femmes et d’hommes qui occupent le pavillon à travers leurs intrigues, les crises politiques, les famines, les découvertes, etc.

Tome 2

Plusieurs idées et thèmes sont explorés incluant les discriminations dont sont victimes les femmes et qui semblent perdurer, sous une autre forme toutefois, même après la disparition de la majorité des hommes et des remises en cause qui peuvent être effectuées. Sont aussi explorés comme thèmes la gestion administrative, ses avantages et inconvénients lors de grands bouleversements, les différences de classe, les dynamiques de pouvoir, l’inversion des rôles genrés (qui s’accentuent au fur et à mesure de la chronologie), le backlash face aux pouvoirs des femmes, etc.

Tome 3

Ce que je trouve particulièrement saisissant dans la série de Yoshinaga c’est un souci du détail de lier la narration avec des éléments picturaux qui constitue la poétique d’un volume. Dans le premier tome, par exemple, c’est sur la mode et la couture que se porte l’attention. La mode devient un élément signifiant et progressant du récit qui permet de réfléchir aux personnages, à l’intrigue, mais aussi aux images qui veulent être envoyées, ce que son ignorance apporte pour les personnages qui ne s’en soucient pas ainsi qu’une belle exploration de ses différentes formes à l’ère Edo. Le deuxième tome se concentre beaucoup plus sur les éléments floraux, mais aussi sur le travestissement. Un autre explore beaucoup plus la question de la rumeur et du gossip, surtout en terrain politique et chaque tome peut donc être envisagé comme sa propre œuvre stylistique presqu’indépendante du reste.

Les deux premiers tomes de la série ont remporté, en 2009, le prix James Tiptree, Jr. récompensant les ouvrages de SFF qui développent ou explorent notre compréhension du genre.

Rokudenashiko (1972-)

Rokudenashiko est l’artiste derrière la numérisation de sa vulve qui a organisé une campagne de sociofinancement pour financer la réalisation d’un canot en forme de vulve, de plusieurs expositions ainsi que de plusieurs objets dérivés en forme de vulve. Elle ne se cache pas de banaliser le mot manko (vulve) qui, contrairement au pénis, est considéré comme vulgaire au Japon et dont les gens (surtout les vieux schnocks selon l’artiste) s’offusquent à l’entendre prononcer et encore plus à le voir.

Bien qu’elle n’a publié qu’un seul manga et que sa production est plutôt dans les arts visuels, je pense qu’elle a tout à fait sa place dans cette liste d’autrices de manga féministe.

L’art de la vulve, une obscénité? avec en couverture un de nombreux moulages de manko de l’artiste

Dans son livre L’art de la vulve, une obscénité? (composé de trois mangas +/- distincts, de capsules info, d’une entrevue entre elle et Sion Sono ainsi que de plusieurs courts textes), Rokudenashiko raconte son emprisonnement et son jugement pour « obscénité » par la police japonaise à cause d’une loi contre l’obscénité tellement vieille qu’elle avait, lors de sa dernière utilisation, censurée, brièvement, L’Amant de lady Chatterley (D.H. Lawrence), un roman qui se retrouve dorénavant dans les librairies japonaises.

L’artiste raconte dans le premier manga l’immense surprise lors de son arrestation qui semblait complètement irréel au point où elle ne pouvait que penser à quel point ça ferait un excellent manga. Elle commence toutefois a déchanté en prison alors qu’elle réalise les horribles conditions de détention (espace, nourriture, mensonges, déshumanisation [appelée par un numéro], hygiène, etc.) et l’obsession de la police à son égard. Tout ça est raconté toutefois avec un grand humour qui se reflète même dans les moments les moins joyeux pour l’artiste qui arrive à soulever l’absurdité de la situation et à en rire plutôt que de se laisser avoir. Le manga est divisé en court chapitres entrecoupé de textes et photos d’une page chaque précisant parfois des éléments évoqués dans un chapitre qui pourrait être moins connu pour un public non-japonais (par exemple, la légende d’Urashima Taro ou la chanson Say Yes) ou plus informatif (le système de justice japonais, la pétition demandant la libération de l’artiste, le travail de Rokudenashiko, etc.).

Le deuxième manga s’attarde sur le parcours de l’artiste depuis sa jeunesse, et comment elle est devenue l’artiste qu’elle est aujourd’hui. Beaucoup plus proche d’une autofiction (autobio)graphique, plusieurs critiques sont tout de même adressée à la société japonaise, à la compétitivité dans le milieu de l’édition qui ne semble pas intéressé par le sort de leurs auteur·es, mais aussi les bons moments qu’elle a vécu notamment à travers la découverte par un public de son travail et la nécessité de celui-ci pour beaucoup de femmes.

Le troisième et dernier manga est plutôt sous la forme d’une allégorie avec une manko personnifié qui repasse à travers les étapes de la narratrice des deux autres mangas, d’une jeunesse refoulée où elle ne peut s’exprimer à une vie adulte où elle s’affirme, avec les mêmes charges politiques et militantes.

J’ai découvert l’artiste peu avant son arrestation, mais après sa campagne de socio-financement pour son manko-kayak et j’ai suivi quelques moments de sa vie par la suite, mais ce livre m’a définitivement beaucoup appris et sur le tabou associé à la vulve au Japon (elle est flouée dans toutes ses représentations en plus d’être considérée comme un mot vulgaire), mais aussi les conditions de détentions dans ce pays (quelques capsules informatives complètes le portrait graphique de l’autrice). Outre le politique du texte, le récit est aussi très maîtrisé, balançant l’informatif, le comique, le drame et les dénonciations au sein parfois d’une même page. C’est définitivement drôle, mais on ne peut s’empêcher d’être horrifié·e par le traitement qui lui est réservé.

En plus d’être un livre essentiel dans la banalisation de la vulve dans l’espace publique, c’est aussi un super manga qui raconte le parcours d’une artiste qu’on a tenté de censurer pour justement vouloir lever les tabous entourant le corps des femmes. À lire!

Junko Mizuno (1973-)

La première mangaka que j’ai eu l’occasion de lire, avec son manga Cinderalla, je suis immédiatement tombé sous le charme de son esthétique aux couleurs vives, à la mignonnitude gothique et à ses corps hypersexués (qui remettent surtout en question les représentations) absolument unique et inimitable.

Mizuno a illustré la couverture de la première édition de ce roman de Despentes

Le public français reconnaîtra peut-être son style puisqu’elle a illustré la couverture de la première édition de Bye Bye Blondie de Viriginie Despentes chez Grasset.

Cinderalla

Cinderalla, La petite sirène et Hansel et Gretel sont trois réécriture de contes traditionnels allemands commandé par son éditeur. Dans Cinderella, on réimagine une Cendrillon restauratrice tombant sous le charme d’un prince de la pop zombie ; dans La petite sirène, on retourne aux sources des sirènes mangeant des êtres humains et où la petite sirène représentée par trois incarnations, des sœurs dont une qui tombe amoureuse et l’autre qui veut se venger des êtres humains mais finie par être capturée par ceux-ci et, finalement, dans Hansel et Gretel, les enfants sauvent les adultes tombés dans un mirage de nourriture.

La petite sirène

Chacun de ces contes explorent, à l’aide du style visuel propre à Mizuno, des thèmes plus large. Dans Cinderalla, on parle de l’exploitation domestique des femmes et de la double journée de travail (littéralement puisque le jour Cinderalla doit s’occuper du restaurant et la nuit de sa belle-mère et des ses filles zombies). Dans La petite sirène, ce sont surtout les relations abusives (familiales et sociales) qui sont exploités qui se jumelle avec une réécriture de Roméo et Juliette au niveaux de l’héritage des conflits familiaux qui affectent la vie amoureuse et sociale. Finalement, dans Hansel et Gretel, le thème de l’intimidation est abordé dans un renversement de situation imprévisible; la boulimie, l’introversion et le manque de communication sont aussi liés intrinsèquement à la narration.

Hansel et Gretel

Finalement, je ne pourrais pas aborder Mizuno sans parler d’un de mes ouvrages préférés : Ravina the Witch?, un magnifique conte illustré (pas une réécriture cette fois). Le conte se déroule dans un pays d’Europe au temps de l’Inquisition. Ravina, une orpheline élevée par des corbeaux dans une décharge publique se voit offrir une baguette magique dont elle ne sait pas encore se servir par une vieille femme à qui elle a offert son aide (on a déjà pas mal d’éléments de conte juste ici). Elle doit toutefois quitter sa décharge et habiter chez un riche monsieur qui lui demande de la fouetter en échange de tout ce qu’elle désire. Insatisfaite de ce mode de vie, elle finira par quitter la ville et se liera d’amitié avec un homme solitaire qui aime porter des robes, mais qui semble faire fuir les gens. Elle lui indique que ce n’est pas son port de robe qui fait fuir les autres, mais bien le fait qu’il met trop de parfum au point où les gens s’évanouissent! Le conte poursuit sa lancée dans d’autres situations et ne cesse de rebondir d’un élément, d’un lieu commun retravaillé et d’une fantaisie à l’autre. C’est là une bonne partie du charme de l’histoire.

Ravina the Witch?

Pour ce qui est du style de l’écrit et du narratif, la figure de la sorcière est aussi superbement exploré! Mizuno ne fait pas qu’introduire une femme marginalisée avec de la magie au temps de l’Inquisition, mais il y a une véritable exploration d’une communauté de femmes ou de personnes en marge de la société, qui se réunissent pour fêter!

L’ostracisation sociale, mais aussi le pouvoir des plantes (et surtout du vin), la communication avec la nature (que ce soit à travers les corbeaux, le hibou, le chat noir, etc.) et la paranoïa autour de la figure de l’étrangère qui amène un élément étranger dans une communauté et laquelle prend peur, tous ces éléments viennent compléter des angles d’approches de cette figure de la sorcière européenne. L’autrice n’hésite toutefois pas à glisser une double page sur les tortures (toutes véridiques) que les personnes accusées de sorcellerie (en très vaste majorité des femmes; lire notamment Le Sexocide des sorcières de Françoise d’Eaubonne) subissaient et l’injustice des procès qu’on leur a fait subir: la condamnation étant rarement évitable et n’importe quel prétexte suffisait à justifier l’accusation de sorcellerie.

La fin est aussi très ouverte et laisse entendre, avec la disparition de Ravina (je n’en dis pas plus) comment autant de récits en apparence disloqués peuvent former le conte puisqu’ils viennent de divers personnes qui ont toutes leurs version des faits et ne peuvent que témoigner de ce qu’elles et ils ont vus.

Plusieurs autres mangas de Mizuno ont aussi été traduit en français, mais ne sont plus disponibles.

Kabi Nagata (1987-)

Lire Kabi Nagata, c’est une expérience unique. C’est une lecture qui amène beaucoup plus proche du vécu que n’importe quel autre livre que j’ai eu l’occasion de lire.
L’entrée dans l’intimité, la maladie mentale, la dépression, la peur, la solitude, etc. de la protagoniste était vraiment bouleversante, profonde et transformatrice pour moi. Oui, j’ai souvent lu des courtes BD, des nouvelles, voir des émissions TV, etc. sur le sujet, mais je dois avouer qu’un manga complet sur le sujet, dans toute l’intimité de l’autrice, est une expérience complètement différente.

Couverture de la version française du premier manga de l’autrice

Dans My Lesbian Experience with Loneliness (traduit en français sous l’horrible titre de Solitude d’un autre genre alors que ce n’est pas le genre, mais bien l’orientation sexuelle qui est explorée et qu’on dirait que le titre renvoi les femmes à un « deuxième sexe » ou encore renvoi la dépression comme une autre forme de solitude plutôt qu’une maladie mentale) l’autrice raconte les difficultés qui vont en grandissant de socialiser, de trouver sa place dans la société et de se conformer à des normes sociales (et énormément familiale) et sa descente dans une dépression qui lui fera tout perdre. Elle évolue progressivement et tente de se tirer de sa dépression très lentement lorsqu’elle décide d’avoir une relation sexuelle avec une travailleuse de sexe et de coucher sur papier ses sentiments et expérience. Devant le succès et de la relation sexuelle (plutôt mitigée tout de même), mais aussi surtout de son manga, elle tirera des leçons et poursuivra son travail de mangaka avec une nouvelle perspective sur sa vie et le désir de détruire les attentes familiales qui pesaient sur elle et sa santé mentale.

Outre ce cheminement de la protagoniste et auteure, il y a aussi une énorme critique des attentes sociales et familiales qu’elle met complètement en morceau à travers la narration (et sans faire la critique directement) et accuse à sa manière d’être responsable de sa dépression. Il y a aussi une autre grande critique du système éducatif japonais, mais aussi de l’énorme manque d’éducation sexuelle qui pousse à tellement de désinformations et de problèmes lors des rapports sexuels pour les femmes qui ne connaissent au final même pas leur vulve, vagin ou système reproductif, ni leur corps et ce qu’il est capable de faire et d’expérimenter. J’ai trouvé les critiques extrêmement justes, précises et incisifs sans être moralisante ou sortir du cadre narratif ce qui est un grand exploit en soi.

My Solo Exchange Diary Volume 1

Dans ses « suites », inédites en français, disponibles en anglais, My Solo Exchange Diary volume 1 & 2, à l’aide de tranches de vie, on suit le départ de l’autrice de la maison de sa famille, l’arrivée dans son propre appartement, le succès et les réactions face à son premier livre. Tout ça, c’est en surface, l’autre parle de sa dépression, beaucoup, de la relation malsaine d’amour qu’elle a développée tout au long de sa vie avec sa mère, de son besoin d’affection et du regard qui l’amène à ne pas considérer ce qu’elle peut vouloir réellement ou à tomber dans des conflits sans fin, mais aussi d’une possible véritable relation d’amitié / d’amour avec quelqu’une. Les thèmes de l’amour de soi et des autres, mais aussi de la communication (écoute) et de l’empathie sont explorés comme bénéfiques pour sa santé mentale. À la fin du deuxième et dernier volume, Nagata dessine un manga plus méta où elle explore la réaction critique à ses mangas, qu’elle a perçue comme beaucoup plus négative que son premier manga, et des effets que cette critique a eu sur elle, mais comment la formation d’un meilleur réseau l’a toutefois aidé à passer mieux au travers (ça, et de nouvelles philosophies de vie).

My Solo Exchange Diary Volume 2

Définitivement d’importants mangas au niveau stylistique. Profondément féministe et critique d’une société hétéro-patriarcale qui ne laisse pas la place aux femmes de connaître leur corps et leur sexualité au point de les rendre malades. J’ai très hâte de lire ses futurs projets.