Exécuté

Que reste-t-il après la lame du bourreau? Le public est affamé de sang et attend l’exécution avec la faim de catharsis qui coupe aussi nette la montée des passions.

Il ne reste que des miettes…

Le bourreau toujours masqué sort de la scène invisible, détend ses muscles avant d’abattre la prochaine victime. Celle-ci attendant, plantée là, dans des prisons aux mille cellules isolées.

En attendant le sang coule dans le caniveau avant d’être épongé par un torchon. Le monde rentre, déjà ennuyé de la foule et songeant au lendemain. L’un d’eux se penche et lace ses souliers cirés.

On change la chaîne d’un prisonnier, elle était trop grande, il aurait pu filer.

Dans la foule, le jury, anonyme. Les chevaux bien attelés et bien dressés attendent de se dégourdir pour ramener les magistrats à leur résidence.

Pas une chanson, qui chante la mort? ce n’est pas gai. La fête est ce dimanche, il faut se préparer. Penser à tout ce qui se fera. La boisson.

La place est maintenant déserte de monde. Le vent y pousse les cendres et les papiers qui traînent. La place est ignorée, il ne reste rien de bien intéressant. On préfère les tavernes, filet social, où il y a plus de bruit pour ne pas s’écouter.

Le maire circule fier de la ville et de la sécurité sociale. Il songe à une parade.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s