6 autrices de manga féministe à découvrir

L’alliance des mots manga et féministe n’est malheureusement pas quelque chose qu’on peut voir souvent dans les discours sur la bande dessinée japonaise alors que de très nombreuses œuvres, depuis des décennies, explorent des enjeux qui remettent en question les rôles genrés et les stéréotypes, œuvrent pour l’égalité entre les genres et/ou explorent des questions liés au corps et à la sexualité des femmes. C’est le cas pour ces six autrices et leurs œuvres qui couvrent une période de près de 50 ans et continuent à être publiées et traduites aujourd’hui.

Je n’ai aucune expertise sur le genre du manga, mais au cours des dernières années, grâce aux traductions françaises et anglaises de plusieurs autrices, ainsi qu’au blog anime feminist (des analyses d’anime et de mangas japonais sous un angle féministe) sans qui je n’aurais probablement jamais entendu parler de la moitié de ma liste, j’ai pu découvrir un grand nombre d’autrices ainsi que de fantastiques lectures!

Cette liste ne propose que des œuvres ayant été traduite en français ou en anglais (parfois les deux). Elle exclut aussi beaucoup de mangas que je n’ai pas lus ou qui connaissent déjà une grande popularité (par exemple : Sailor Moon de Naoko Takeuchi, Fullmetal Alchemist d’Hiromu Arakawa, Revolutionary Girl Utena de Chiho Saito, Ranma ½ de Rumiko Takahashi, etc.).

Une liste d’achat avec tous les mangas mentionnés est disponible en français et en anglais à l’Euguélionne, librairie féministe. La plupart des mangas devraient aussi se retrouver en bibliothèque.

Moto Hagio (1949-)

Moto Hagio est considérée comme une des mères des genres du shojo manga moderne (manga à destination d’un public d’adolescentes) et du shōnen-ai (aussi appelé yaoi ou boys’ love, un genre de manga faisant figurer des hommes dans des relations homo-érotiques, mais destiné initialement à un public féminin). Ces spécialisations ne confinent cependant pas les pratiques de l’autrices à quelques récits-type et lieux communs: Hagio a autant écrit des mangas de science-fiction et de fantasy que des contes, des histoires de pensionnats, de guerre, etc. avec des thèmes aussi divers que l’image de soi et la fabrication de la beauté (La princesse iguane), la découverte de la queerness et la prise de conscience de son identité (Le cœur de Thomas), le matricide (Pauvre maman), mais aussi le mariage arrangé, l’homosexualité des enfants, l’inceste, l’hermaphrodisme (dans une nouvelle de SF), etc.

L’autrice a été grandement influencé par le bildungsroman allemand et le film de 1964 Les Amitiés particulières (source, autour de 17:00, en anglais) d’où les nombreuses histoires de jeunes hommes dans des pensionnats qui ponctuent ses récits et le cheminement qu’ils doivent accomplir au sein des œuvres. Cela ne l’empêche pas de faire des critiques d’une certaine féminité et des rôles de genre dans La princesse iguane qui reste mon récit préféré de l’anthologie.

Le coffret d’anthologie de 9 mangas de Moto Hagio chez l’éditeur Glénat

Glénat a eu une merveilleuse idée en éditant une anthologie de 9 de ses mangas pour le public francophone, même le lectorat anglophone n’a pas accès à autant d’oeuvres de l’autrice! Certains de ses récits plus connus comme Poe no Ichizoku restent à être traduit, mais cette anthologie offre une fantastique porte d’entrée à la complexité de son œuvre et même à la diversité du manga en général.

Hinako Sugiura (1958-2005)

Une mangaka qui n’a malheureusement qu’une seule traduction en français (et aucune en anglais!) soit son manga biographique Miss Hokusai (en deux volumes avec le second à paraître) qui porte sur la peintre Oei Hukusai (j’ai déjà écrit un billet qui explore la peintre du XIXe siècle pour les personnes qui désirent en lire davantage). Sugiura s’est retirée de la vie de dessinatrice pour se consacrer à des recherches sur la période Edo et devenir une spécialiste de première importance sur le sujet. Elle fut également l’assistante de la mangaka féministe Murasaki Yamada dont aucune traduction en français ou en anglais n’est disponible à ce jour.

Tome 1 de Miss Hokusai, le tome 2 paraîtra en septembre

Le manga biographique s’inspire, et cite ces inspirations (dans l’édition française à tout le moins), dans ses dessins de très nombreuses peintures de l’époque et les intègre, pas uniquement en tête de chapitre, mais aussi dans ses cases parfois de manière plus dissimulé. La lecture de l’édition française a le bénéfice d’un bon appareil de notes et de mises en contexte puisqu’on parle d’un milieu artistique et de plusieurs peintres qui n’évoquera pas malheureusement grand chose au public occidental (un peu comme si une BD parlait d’un mouvement de peinture des années 1850 et à part un ou deux peintres, il est fort probable qu’on ne connaisse pas les figures dites « mineures »). Le style est intéressant et l’autrice se permet de belles libertés dans les scènes de rêve ou d’ivresse qui accompagnent merveilleusement bien le propos.

Le manga est raconté en plusieurs scènes, surtout des scènes du quotidien de l’artiste, avec, parfois, un peu plus de détails sur le métier de peintre (sur les commandes de clients, la démarche artistique, etc.).

Un merveilleux film d’animation du même nom que je recommande très fortement a été tiré de ce manga.

Fumi Yoshinaga (1971-)

Je doit préciser que je n’ai malheureusement lu qu’une partie de la série Le pavillon des hommes de Fumi Yoshinaga (la seule traduite en français contrairement à un plus grand nombre d’oeuvres traduites en anglais), mais que cette série à elle toute seule justifie amplement la présence de la mangaka dans cette liste (je ne parlerais donc pas du restant de son œuvre).

Le premier tome de la série de Yoshinaga

Le pavillon des hommes est une série uchronique de 16 mangas qui ré-imagine une période Edo où 1 homme sur 20 survie suite à une épidémie, où le shogunat (grosso modo, le gouvernement du pays) est maintenant dirigé par une femme et où la société japonaise devient de plus en plus matriarcale. Se situant dans un « pavillon des hommes » (Ōoku), littéralement un harem constitué d’homme. On suit à travers les mangas plusieurs générations de femmes et d’hommes qui occupent le pavillon à travers leurs intrigues, les crises politiques, les famines, les découvertes, etc.

Tome 2

Plusieurs idées et thèmes sont explorés incluant les discriminations dont sont victimes les femmes et qui semblent perdurer, sous une autre forme toutefois, même après la disparition de la majorité des hommes et des remises en cause qui peuvent être effectuées. Sont aussi explorés comme thèmes la gestion administrative, ses avantages et inconvénients lors de grands bouleversements, les différences de classe, les dynamiques de pouvoir, l’inversion des rôles genrés (qui s’accentuent au fur et à mesure de la chronologie), le backlash face aux pouvoirs des femmes, etc.

Tome 3

Ce que je trouve particulièrement saisissant dans la série de Yoshinaga c’est un souci du détail de lier la narration avec des éléments picturaux qui constitue la poétique d’un volume. Dans le premier tome, par exemple, c’est sur la mode et la couture que se porte l’attention. La mode devient un élément signifiant et progressant du récit qui permet de réfléchir aux personnages, à l’intrigue, mais aussi aux images qui veulent être envoyées, ce que son ignorance apporte pour les personnages qui ne s’en soucient pas ainsi qu’une belle exploration de ses différentes formes à l’ère Edo. Le deuxième tome se concentre beaucoup plus sur les éléments floraux, mais aussi sur le travestissement. Un autre explore beaucoup plus la question de la rumeur et du gossip, surtout en terrain politique et chaque tome peut donc être envisagé comme sa propre œuvre stylistique presqu’indépendante du reste.

Les deux premiers tomes de la série ont remporté, en 2009, le prix James Tiptree, Jr. récompensant les ouvrages de SFF qui développent ou explorent notre compréhension du genre.

Rokudenashiko (1972-)

Rokudenashiko est l’artiste derrière la numérisation de sa vulve qui a organisé une campagne de sociofinancement pour financer la réalisation d’un canot en forme de vulve, de plusieurs expositions ainsi que de plusieurs objets dérivés en forme de vulve. Elle ne se cache pas de banaliser le mot manko (vulve) qui, contrairement au pénis, est considéré comme vulgaire au Japon et dont les gens (surtout les vieux schnocks selon l’artiste) s’offusquent à l’entendre prononcer et encore plus à le voir.

Bien qu’elle n’a publié qu’un seul manga et que sa production est plutôt dans les arts visuels, je pense qu’elle a tout à fait sa place dans cette liste d’autrices de manga féministe.

L’art de la vulve, une obscénité? avec en couverture un de nombreux moulages de manko de l’artiste

Dans son livre L’art de la vulve, une obscénité? (composé de trois mangas +/- distincts, de capsules info, d’une entrevue entre elle et Sion Sono ainsi que de plusieurs courts textes), Rokudenashiko raconte son emprisonnement et son jugement pour « obscénité » par la police japonaise à cause d’une loi contre l’obscénité tellement vieille qu’elle avait, lors de sa dernière utilisation, censurée, brièvement, L’Amant de lady Chatterley (D.H. Lawrence), un roman qui se retrouve dorénavant dans les librairies japonaises.

L’artiste raconte dans le premier manga l’immense surprise lors de son arrestation qui semblait complètement irréel au point où elle ne pouvait que penser à quel point ça ferait un excellent manga. Elle commence toutefois a déchanté en prison alors qu’elle réalise les horribles conditions de détention (espace, nourriture, mensonges, déshumanisation [appelée par un numéro], hygiène, etc.) et l’obsession de la police à son égard. Tout ça est raconté toutefois avec un grand humour qui se reflète même dans les moments les moins joyeux pour l’artiste qui arrive à soulever l’absurdité de la situation et à en rire plutôt que de se laisser avoir. Le manga est divisé en court chapitres entrecoupé de textes et photos d’une page chaque précisant parfois des éléments évoqués dans un chapitre qui pourrait être moins connu pour un public non-japonais (par exemple, la légende d’Urashima Taro ou la chanson Say Yes) ou plus informatif (le système de justice japonais, la pétition demandant la libération de l’artiste, le travail de Rokudenashiko, etc.).

Le deuxième manga s’attarde sur le parcours de l’artiste depuis sa jeunesse, et comment elle est devenue l’artiste qu’elle est aujourd’hui. Beaucoup plus proche d’une autofiction (autobio)graphique, plusieurs critiques sont tout de même adressée à la société japonaise, à la compétitivité dans le milieu de l’édition qui ne semble pas intéressé par le sort de leurs auteur·es, mais aussi les bons moments qu’elle a vécu notamment à travers la découverte par un public de son travail et la nécessité de celui-ci pour beaucoup de femmes.

Le troisième et dernier manga est plutôt sous la forme d’une allégorie avec une manko personnifié qui repasse à travers les étapes de la narratrice des deux autres mangas, d’une jeunesse refoulée où elle ne peut s’exprimer à une vie adulte où elle s’affirme, avec les mêmes charges politiques et militantes.

J’ai découvert l’artiste peu avant son arrestation, mais après sa campagne de socio-financement pour son manko-kayak et j’ai suivi quelques moments de sa vie par la suite, mais ce livre m’a définitivement beaucoup appris et sur le tabou associé à la vulve au Japon (elle est flouée dans toutes ses représentations en plus d’être considérée comme un mot vulgaire), mais aussi les conditions de détentions dans ce pays (quelques capsules informatives complètes le portrait graphique de l’autrice). Outre le politique du texte, le récit est aussi très maîtrisé, balançant l’informatif, le comique, le drame et les dénonciations au sein parfois d’une même page. C’est définitivement drôle, mais on ne peut s’empêcher d’être horrifié·e par le traitement qui lui est réservé.

En plus d’être un livre essentiel dans la banalisation de la vulve dans l’espace publique, c’est aussi un super manga qui raconte le parcours d’une artiste qu’on a tenté de censurer pour justement vouloir lever les tabous entourant le corps des femmes. À lire!

Junko Mizuno (1973-)

La première mangaka que j’ai eu l’occasion de lire, avec son manga Cinderalla, je suis imméditatement tombé sous le charme de son esthétique aux couleurs vives, à la mignonnitude gothique et à ses corps hypersexués (qui remettent surtout en question les représentations) absolument unique et inimitable.

Mizuno a illustré la couverture de la première édition de ce roman de Despentes

Le public français reconnaîtra peut-être son style puisqu’elle a illustré la couverture de la première édition de Bye Bye Blondie de Viriginie Despentes chez Grasset.

Cinderalla

Cinderalla, La petite sirène et Hansel et Gretel sont trois réécriture de contes traditionnels allemands commandé par son éditeur. Dans Cinderella, on réimagine une Cendrillon restauratrice tombant sous le charme d’un prince de la pop zombie ; dans La petite sirène, on retourne aux sources des sirènes mangeant des êtres humains et où la petite sirène représentée par trois incarnations, des soeurs dont une qui tombe amoureuse et l’autre qui veut se venger des êtres humains mais finie par être capturée par ceux-ci et, finalement, dans Hansel et Gretel, les enfants sauvent les adultes tombés dans un mirage de nourriture.

La petite sirène

Chacun de ces contes explorent, à l’aide du style visuel propre à Mizuno, des thèmes plus large. Dans Cinderalla, on parle de l’exploitation domestique des femmes et de la double journée de travail (littéralement puisque le jour Cinderalla doit s’occuper du restaurant et la nuit de sa belle-mère et des ses filles zombies). Dans La petite sirène, ce sont surtout les relations abusives (familiales et sociales) qui sont exploités qui se jumelle avec une réécriture de Roméo et Juliette au niveaux de l’héritage des conflits familiaux qui affectent la vie amoureuse et sociale. Finalement, dans Hansel et Gretel, le thème de l’intimidation est abordé dans un renversement de situation imprévisible; la boulimie, l’introversion et le manque de communication sont aussi liés intrinsèquement à la narration.

Hansel et Gretel

Finalement, je ne pourrais pas aborder Mizuno sans parler d’un de mes ouvrages préférés : Ravina the Witch?, un magnifique conte illustré (pas une réécriture cette fois). Le conte se déroule dans un pays d’Europe au temps de l’Inquisition. Ravina, une orpheline élevée par des corbeaux dans une décharge publique se voit offrir une baguette magique dont elle ne sait pas encore se servir par une vieille femme à qui elle a offert son aide (on a déjà pas mal d’éléments de conte juste ici). Elle doit toutefois quitter sa décharge et habiter chez un riche monsieur qui lui demande de la fouetter en échange de tout ce qu’elle désire. Insatisfaite de ce mode de vie, elle finira par quitter la ville et se liera d’amitié avec un homme solitaire qui aime porter des robes, mais qui semble faire fuir les gens. Elle lui indique que ce n’est pas son port de robe qui fait fuir les autres, mais bien le fait qu’il met trop de parfum au point où les gens s’évanouissent! Le conte poursuit sa lancée dans d’autres situations et ne cesse de rebondir d’un élément, d’un lieu commun retravaillé et d’une fantaisie à l’autre. C’est là une bonne partie du charme de l’histoire.

Ravina the Witch?

Pour ce qui est du style de l’écrit et du narratif, la figure de la sorcière est aussi superbement exploré! Mizuno ne fait pas qu’introduire une femme marginalisée avec de la magie au temps de l’Inquisition, mais il y a une véritable exploration d’une communauté de femmes ou de personnes en marge de la société, qui se réunissent pour fêter!

L’ostracisation sociale, mais aussi le pouvoir des plantes (et surtout du vin), la communication avec la nature (que ce soit à travers les corbeaux, le hibou, le chat noir, etc.) et la paranoïa autour de la figure de l’étrangère qui amène un élément étranger dans une communauté et laquelle prend peur, tous ces éléments viennent compléter des angles d’approches de cette figure de la sorcière européenne. L’autrice n’hésite toutefois pas à glisser une double page sur les tortures (toutes véridiques) que les personnes accusées de sorcellerie (en très vaste majorité des femmes; lire notamment Le Sexocide des sorcières de Françoise d’Eaubonne) subissaient et l’injustice des procès qu’on leur a fait subir: la condamnation étant rarement évitable et n’importe quel prétexte suffisait à justifier l’accusation de sorcellerie.

La fin est aussi très ouverte et laisse entendre, avec la disparition de Ravina (je n’en dis pas plus) comment autant de récits en apparence disloqués peuvent former le conte puisqu’ils viennent de divers personnes qui ont toutes leurs version des faits et ne peuvent que témoigner de ce qu’elles et ils ont vus.

Plusieurs autres mangas de Mizuno ont aussi été traduit en français, mais ne sont plus disponibles.

Kabi Nagata (1987-)

Lire Kabi Nagata, c’est une expérience unique. C’est une lecture qui amène beaucoup plus proche du vécu que n’importe quel autre livre que j’ai eu l’occasion de lire.
L’entrée dans l’intimité, la maladie mentale, la dépression, la peur, la solitude, etc. de la protagoniste était vraiment bouleversante, profonde et transformatrice pour moi. Oui, j’ai souvent lu des courtes BD, des nouvelles, voir des émissions TV, etc. sur le sujet, mais je dois avouer qu’un manga complet sur le sujet, dans toute l’intimité de l’autrice, est une expérience complètement différente.

Couverture de la version française du premier manga de l’autrice

Dans My Lesbian Experience with Loneliness (traduit en français sous l’horrible titre de Solitude d’un autre genre alors que ce n’est pas le genre, mais bien l’orientation sexuelle qui est explorée et qu’on dirait que le titre renvoi les femmes à un « deuxième sexe » ou encore renvoi la dépression comme une autre forme de solitude plutôt qu’une maladie mentale) l’autrice raconte les difficultés qui vont en grandissant de socialiser, de trouver sa place dans la société et de se conformer à des normes sociales (et énormément familiale) et sa descente dans une dépression qui lui fera tout perdre. Elle évolue progressivement et tente de se tirer de sa dépression très lentement lorsqu’elle décide d’avoir une relation sexuelle avec une travailleuse de sexe et de coucher sur papier ses sentiments et expérience. Devant le succès et de la relation sexuelle (plutôt mitigée tout de même), mais aussi surtout de son manga, elle tirera des leçons et poursuivra son travail de mangaka avec une nouvelle perspective sur sa vie et le désir de détruire les attentes familiales qui pesaient sur elle et sa santé mentale.

Outre ce cheminement de la protagoniste et auteure, il y a aussi une énorme critique des attentes sociales et familiales qu’elle met complètement en morceau à travers la narration (et sans faire la critique directement) et accuse à sa manière d’être responsable de sa dépression. Il y a aussi une autre grande critique du système éducatif japonais, mais aussi de l’énorme manque d’éducation sexuelle qui pousse à tellement de désinformations et de problèmes lors des rapports sexuels pour les femmes qui ne connaissent au final même pas leur vulve, vagin ou système reproductif, ni leur corps et ce qu’il est capable de faire et d’expérimenter. J’ai trouvé les critiques extrêmement justes, précises et incisifs sans être moralisante ou sortir du cadre narratif ce qui est un grand exploit en soi.

My Solo Exchange Diary Volume 1

Dans ses « suites », inédites en français, disponibles en anglais, My Solo Exchange Diary volume 1 & 2, à l’aide de tranches de vie, on suit le départ de l’autrice de la maison de sa famille, l’arrivée dans son propre appartement, le succès et les réactions face à son premier livre. Tout ça, c’est en surface, l’autre parle de sa dépression, beaucoup, de la relation malsaine d’amour qu’elle a développée tout au long de sa vie avec sa mère, de son besoin d’affection et du regard qui l’amène à ne pas considérer ce qu’elle peut vouloir réellement ou à tomber dans des conflits sans fin, mais aussi d’une possible véritable relation d’amitié / d’amour avec quelqu’une. Les thèmes de l’amour de soi et des autres, mais aussi de la communication (écoute) et de l’empathie sont explorés comme bénéfiques pour sa santé mentale. À la fin du deuxième et dernier volume, Nagata dessine un manga plus méta où elle explore la réaction critique à ses mangas, qu’elle a perçue comme beaucoup plus négative que son premier manga, et des effets que cette critique a eu sur elle, mais comment la formation d’un meilleur réseau l’a toutefois aidé à passer mieux au travers (ça, et de nouvelles philosophies de vie).

My Solo Exchange Diary Volume 2

Définitivement d’importants mangas au niveau stylistique. Profondément féministe et critique d’une société hétéro-patriarcale qui ne laisse pas la place aux femmes de connaître leur corps et leur sexualité au point de les rendre malades. J’ai très hâte de lire ses futurs projets.

À la découverte de la peintre Oei Hokusai

C’est à la suite de l’écoute d’un podcast que j’ai découvert cette fantastique peintre japonaise. Dans ce billet, je propose deux oeuvres pour la découvrir soit un film d’animation et un roman.

Oei Hokusai est avant tout connue pour être la fille du peintre Katsushika Hokusai (ou plus simplement Hokusai, notoirement connu pour avoir peint La Grande Vague de Kanagawa) avant de l’être pour son propre travail. Malheureusement devrait-on dire puisque son travail artistique est aussi époustouflant, sinon plus, que celui de son père et elle a même peint une bonne partie des oeuvres signées du « maître ». Son travail, comme sa vie, est toutefois inséparable de celui de son père, autant de par le travail et la démarche artistique que par la passion pour la peinture, le partage de la maison et des commandes ainsi que leur réaction devant la censure (bien que les deux pouvaient réagir assez différemment face à celle-ci).

L'affiche dépeint le visage d'Oei Hokusai en avant plan et en arrière plan la peinture La grande Vague d'Hokanawa, une montagne japonaise et un lit de fleur en bas

Affiche française du film Miss Hokusai

Le film, Miss Hokusai, est une adaptation du manga historique du même nom de Hinako Sugiura (dont la traduction en français devrait paraître en mars, aucune traduction en anglais n’est prévue pour le moment toutefois). L’animation dépeint quelques semaines de la vie d’Oei Hokusai, dans la relation avec son père, la relation avec les autres apprentis (dont un qui lui mecsplique comment dessiner un dragon, mais dont elle a rien à faire de son explication et attend juste qu’il ait fini avant de pouvoir continuer à dessiner), avec des courtisanes, mais aussi avec sa famille élargie dont une nièce aveugle. Évidemment, on voit aussi la relation quasi-fusionnelle qu’elle a avec la peinture et l’importance que cette dernière a dans sa vie.

Miss Hokusai est une animation magnifique au niveau des images, pas seulement de par les allusions aux peintures ici et là, mais aussi de par toute la représentation de l’invisible (important pour les peintres Hokusai), et de ce qui est vu dans l’absence de vision (littérale ou métaphorique). Plusieurs scènes à la forme onirique balance le quotidien de la peintre et lui donne une importance tout aussi important qu’aux interactions « réelle ».

Le propos est aussi définitivement engagé au niveau social et culturel et la relation avec son père et le restant de sa famille, très certainement complexe, est très joliment exploré. On passe le temps nécessaire à parler du père qui fut définitivement important à plusieurs égards dans la vie d’Oei, mais on ne s’éternise pas non plus et les scènes avec le père permettent certainement de réfléchir sur Oei et pas juste d’être là pour parler de Katsushika Hokusai.

Le roman The Ghost Brush, lui, est une fiction historique sur la peintre par l’écrivaine canadienne Katherine Govier.

Couverture du livre The Ghost Brush de Katherine Govier

Ce livre est une fiction, c’est important de le souligner, il extrapole, imagine des tonnes de dialogues, de situations, de personnages, bien qu’il est définitivement ancrée dans une réalité dépeinte au possible, que ce soit les peintures qu’Oei peignait à la place de son père, la maladie, l’immense intérêt que portait l’occident au travail d’Hokusai qui les mettaient dans une dangereuse position sociale, etc.

L’autrice imagine aussi une Oei très féministe à plusieurs égards, non seulement quand aux réactions au milieu dans lequel elle évolue, mais aussi quand elle confronte les occidentaux sur leur conception de la femme alors qu’elle discute de Shakespeare avec eux et qu’elle s’imaginait que ce dernier avait une fille qui l’aidait dans l’écriture de ses pièces. Cette idée provoque l’hilarité chez les occidentaux et ils ridiculisent l’idée qu’une femme eut pu écrire aux côtés ou même avec Shakespeare, sans jamais réaliser le travail d’Oei dans les toiles signées Hokusai. (Cette discussion est clairement inspirée par la proposition de la sœur de Shakespeare de Virginia Woolf). Autre aspect très intéressant est l’exploration des bordels par Oei qui apparaît non seulement normal, mais dont les travailleuses vont faire intégralement parti de la vie et de l’oeuvre des artistes père et filles. Je crois que ce thème d’une jeune fille qui accompagne son père dans de tels lieux (pour peindre) est définitivement soit inexistant ou alors très très peu discuté et la, relative, banalité avec laquelle la fille en bas âge lors des premières visites est certainement intéressante en soi.

Évidemment, Govier aborde d’autres aspects dont la place des femmes à l’ère Edo, la jalousie/envie/incompréhension du reste de la famille quand au métier d’Oei, sa propre mise en danger à être artiste en tant que femmes, son refus de la domesticité, etc. Une de plus belle illustration de ces descriptions se déroule alors qu’Oei se fait demander d’accompagner un amateur d’art européen à sa résidence temporaire au risque d’être perçue comme une traître par sa communauté. L’artiste doit alors déployer toutes les méthodes de politesse japonaise qu’elle connait pour refuser (mon père est celui qui fait le « vrai » travail, est-ce que ma présence est bien nécessaire, etc.) sans afficher clairement son refus; le tout en ayant aussi un débat intérieur à savoir si elle veut elle-même y aller (est-ce que la reconnaissance internationale l’intéresse vraiment ou son art n’est-il pas plus important, les deux sont-ils mutuellement exclusifs?, etc.).

Il y a quelques longueurs, je ne le nierais pas, ça m’a certainement pris plus longtemps que d’habitude à lire, mais dans son ensemble, c’est un livre fascinant qu’il était souvent dur de poser et on a tellement l’impression de rentrer un monde, tout aussi fictif soit-il, fascinant, mais historique et philosophique à sa propre manière.

L’ajout d’une postface qui parle de la découverte de Oei Hokusai par l’autrice et l’état de la recherche et de l’authentification des toiles d’Hokusai à l’époque (un peu moins d’une dizaine d’année) apporte un éclairage très intéressant sur la fiction, les théories de l’autrice, ce qu’elle a essayé de mettre en scène, mais aussi la nécessité de s’interroger sur les oeuvres des grands maîtres ce que, pour certains, semblent s’aveugler à ne pas ôter à Hokusai (père) pour ne pas « ôter de la valeur » à certaines oeuvre. À lire avant ou après, les deux éclaireront l’oeuvre différemment.

Couverture française du manga à paraître en mars 2019

Oei Hokusai est définitivement une artiste à découvrir et à séparer de l’oeuvre de son père (bien que cette séparation est très complexe, et sera aussi définitivement artificielle que la fusion, à plusieurs niveau) pour pouvoir la célébrer à juste titre. Sa contribution à l’histoire de l’art international est définitivement invisibilisée par celle de son père alors que les deux devraient nourrir les oeuvres de l’une et l’autre.